Des Rafale à la poursuite des fanatiques de Boko-Haram

Des Rafale à la poursuite des fanatiques de Boko-Haram

C’est une des annonces phares du sommet de Paris qui s’est tenu ce samedi 17 mai 2015. L’Armée de l’Air va pouvoir déployer une partie de ses avions de combat basés à N’Djamena au Tchad afin de pourchasser les terroristes de Boko-Haram dès que le gouvernement nigérian en fera la demande. La mission première des Dassault Rafale français serait alors la reconnaissance tactique et le ciblage éventuel des membres cette secte islamique. Le célèbre pod Damoclès pourrait ainsi y faire des merveilles. Dans la même optique la France possède deux drones basés en permanence au Niger voisin, qui pourraient eux aussi servir au renseignement local.

Pour mémoire l’action internationale contre Boko-Haram s’est précipitée après le rapt le 15 avril dernier de 237 lycéennes dans le nord du Nigeria. Les terroristes ont pris de forces les jeunes filles, déclarant par la suite être près à les vendre comme esclave. Il n’en fallait pas plus aux gouvernements américains et français pour déclarer la guerre à cette secte, et pour soutenir les pays concernés.

Dans le même temps la France va envoyer sur place des commandos des forces spéciales afin de former leurs homologues nigérians.  Il faut dire que certains experts internationaux n’hésitent plus à faire des liens concrets entre Boko-Haram et Al-Qaïda au Maghreb Islamique contre qui la France se bat au Mali.
Il est bien évident que les Rafale français pourraient le cas échéant apporter un appui aérien indéniable à une opération de libération des otages, leurs bombes type A2SM pouvant ainsi démontrer une fois encore leur extraordinaire précision et leur facilité d’emploi.

Quoiqu’il en soit le Dassault Rafale démontre une fois de plus que malgré son très haut niveau de technicité cet avion est pleinement apte aux opérations africaines, souvent considérées comme usantes pour le matériel. L’hygrométrie et le climat général du continent n’aide en effet pas les mécaniciens. Pourtant le Rafale semble particulièrement à l’aise en Afrique subsaharienne comme l’ont démontrés les opérations au Mali, en Centrafrique, ou à Djibouti. Gageons que le Nigeria ne fera pas exception.

Photo © Armée de l’Air.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

1 COMMENTAIRE

  1. Dassault a de l’expérience sur ce continent, les F1 y ont bourlingués si longtemps…. Donc logiquement cette expertise a dû servir dans la conception du Rafale.

Laisser un commentaire