Vers une disparition programmée de NASA One

Vers une disparition programmée de NASA One

NASA One, ça fait un peu penser à Air Force One, mais on imagine mal le Président des États-Unis embarquant à bord d’une navette spatiale en direction de l’espace. Et pourtant il existe bien un avion qui porte la désignation officielle de NASA One. Sauf qu’il n’a jamais été prévu qu’il transport Barack Obama ou un de ses prédécesseurs. Il a juste comme mission d’assurer des liaisons aériennes au profit de l’administrateur général de la NASA, la fameuse administration fédérale américaine en charge de l’exploration spatiale et des recherches aéronautiques.

L’appareil en question est un biréacteur d’affaire Gulfstream III similaire aux C-20E qui équipent l’US Navy. Volant sous une livrée proche des autres avions de la NASA et portant l’immatriculation civile N992NA il n’est pas l’unique avion de ce type en service dans cette administration. Cependant il est le seul ayant un rôle de transport prioritaires, les autres Gulfstream III de la NASA étant des plateformes d’essais et de soutien aux tests. L’un d’entre eux sert notamment de plastron volant équipé de caméras et d’appareils photos pour filmer les premiers vols des aéronefs conçus et réalisés aux États-Unis.

Seulement voilà cet avion passe désormais pour une aberration « presque volante » pour les financiers de Washington-DC. Presque car ce biréacteur vole peu, et généralement sur de courtes distances où sa consommation en carburant n’en fait pas vraiment une machine économique. Alors il a germé dans leur tête une idée surprenante : pourquoi ne pas mutualiser les moyens de transport prioritaire de la NASA et de la FAA, l’administration fédérale américaine de l’aviation civile. Cette dernière dispose également de jets d’affaire qu’elle utilise peu pour le transport de ses autorités.

Ce principe de mutualisation des moyens des deux administration semble faire son petit bonhomme de chemin au point qu’une partie de la presse américaine ai repris ces derniers jours l’information. Bien entendu l’actuel NASA One qui possède encore un bon potentiel d’heures de vols serait maintenu dans la flotte, mais pour des missions plus opérationnelles, comme le soutien aux essais en vol. Quand à son administrateur il découvrirait les joies du vol sur un avion de la FAA. Pas bête cette idée en ces temps de réductions des dépenses publiques. Affaire à suivre.

Photo © NASA

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

PAS DE COMMENTAIRES

Laisser un commentaire