Un TB-10 Tobago rate son décollage à Guernesey

Un TB-10 Tobago rate son décollage à Guernesey

C’est un accident aux lourdes conséquence pour le trafic aérien des îles anglo-normandes. Ce mardi 17 juin en fin d’après midi, un monomoteur de tourisme TB-10 Tobago a eu un accident lors de son décollage de l’aéroport de Guernesey. Immatriculé G-POPI, l’avion (similaire à celui visible ci-dessus) a piqué du nez juste après avoir quitté le sol avant de venir s’encastrer dans une serre toute proche du tarmac. Immédiatement, la chaîne des secours a été déclenché.

Parmi les trois personnes se trouvant à bord de l’avion, deux étaient très légèrement blessées et une troisième plus sérieusement touchée. Celle ci a été héliportée par un EC-145 médicalisé jusqu’à l’hôpital de Cherbourg-Octeville, tandis que les deux autres étaient prises en charge par des ambulances locales. Il faut savoir que bien que territoire britannique, l’île de Guernesey entretien des rapports privilégiés avec la France toute proche. En outre, son système hospitalier ne permet pas de traiter les cas graves ou présentant des particularités en matière d’urgence, d’où cette évacuation sanitaire.

Mais surtout, l’accident a bloqué le trafic aérien de l’île pour toute la fin de journée du mardi 17 juin et une partie de celle du mercredi 18. Aucune rotation n’était possible sur l’unique piste en dur de l’aéroport. Les policiers britanniques enquêtaient.
Selon les premières constatations, il s’agirait soit d’un incident humain soit d’une collision avec un oiseau lors du décollage.

Sur ce cliché l'empennage de l'avion apparait clairement ainsi que la serre contre laquelle l'avion s'est écrasé.
Sur ce cliché l’empennage de l’avion apparait clairement ainsi que la serre contre laquelle l’avion s’est écrasé.

Pour mémoire, le TB-10 Tobago est un avion conçu et réalisé en France par la Socata à Tarbes à la toute fin des années 1970. Considéré comme fiable, confortable et agréable de pilotage, c’est un avion de tourisme assez répandu en Europe et en Amérique du nord. L’exemplaire G-POPI portait le numéro de série 315 et avait été construit en 1982. Il semble désormais difficilement réparable.

Photos © Time Magazine.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

PAS DE COMMENTAIRES

Laisser un commentaire