Un typhon balaie la capitale canadienne

Un typhon balaie la capitale canadienne

Non, il ne s’agit pas d’un dérèglement climatique, mais plutôt d’une vedette des cérémonies visant à commémorer le 70ième anniversaire du débarquement de Normandie. Le 6 juin dernier, Ottawa accueillait un visiteur anglais très rare, soit le seul exemplaire complet du légendaire chasseur bombardier Hawker Typhoon.

Unique au monde, ce «Tiffy» (ainsi surnommés par ses pilotes anglais) provient du Royal Air Force Museum qui a prêté ce trésor national au Musée de l’aviation du Canada afin d’honorer le sacrifice des pilotes canadiens ayant perdu la vie à bord de ces avions lors de la bataille de Normandie.

hawker typhoon3

Bien qu’il ne jouit pas de la même célébrité que le Supermarine Spitfire, la force brute du Tiffy eut tôt fait de terroriser l’armée allemande. Lourdement armés et très rapides, les appareils Typhoon ont à eux seuls anéanti une large part des véhicules blindés et panzers allemands grâce aux roquettes capables de transpercer même les chars Tigre pourtant lourdement blindés et considérés invincibles jusque-là. Même les fiers américains n’hésitèrent pas à faire appel aux Typhoon, lorsque leurs troupes furent menacées par des formations de blindés allemands, ce qui témoigne de la puissance destructrice de l’appareil britannique.

hawker typhoon1
Hawker Typhoon avec roquettes anti-char

Malgré les qualités du Tiffy, le taux élevé de mortalité des pilotes d’escadrons de Typhoon de la RAF et l’Aviation royale canadienne (RCAF) durant la campagne de Normandie témoigne du danger des missions accomplies. Ayant précédé le débarquement, les attaques des stations de radar et des ponts lourdement défendus furent particulièrement meurtières pour les pilotes.

Hurricane_Mk2B_174Sqn
Hawker Typhoon du RCAF 440Sqn en 1944

Décollant de bases avancées aménagées à la hâte en Normandie, une vingtaine d’escadrons de Typhoon réaliseront un nombre impressionnant de sorties afin d’harceler les troupes allemandes tentant de repousser les alliés vers la mer. Le 7 août 1944, connu sous le nom de «Jour du Typhoon», les Tiffy stoppèrent une des principales contre-offensives dans la commune de Mortain en détruisant près de la moitié des 300 panzers et véhicules allemands d’un convoi avançant vers les troupes américaines.

Durant les dix semaines de la campagne de Normandie, 151 pilotes de Typhoon, dont le tiers des canadiens, perdirent la vie. Un monument situé dans la commune française de Noyers-Bocage témoigne du sacrifice de ces hommes. Inauguré en juin 1994 pour souligner le 50ème anniversaire du débarquement, le Typhoon Memorial est encore aujourd’hui un lieu de pèlerinage pour les descendants de ces valeureux pilotes.

hawker typhoon memorial
Typhoon Memorial à Noyers-Bocage, France
Marcel
Fils d’un militaire de l’armée de l’air canadienne (il est tombé dedans quand il était petit…) et biologiste qui adore voler en avion de brousse, ce rédacteur du Québec apprécie partager sa passion de l'aéronautique avec la fraternité francophone d’Avions Légendaires.

6 COMMENTAIRES

  1. La réputation du Typhoon est un peu exagéré, ces roquettes ,comme toutes les autres, ne pouvaient traverser uniquement le blindage du haut de la tourelle et de l’arrière d’un Tigre. De plus elles était très imprécises.
    L’efficacité des appareils d’appui tactique a été largement surestimé notamment dans le domaine de la lutte antichar pour deux raisons : les témoignages des soldats allemands vétérans du front russe et peu au fait d’une armée de l’air aussi présente (il auront donc tendance à surestimer la chose) et le « lobby » de l’USAF naissance après le seconde guerre mondiale voulant démontrer son importance sur le dom

  2. Pardon pour le double post, je continue :
    « lobby » de l’USAF naissance après le seconde guerre mondiale voulant démontrer son importance dans le domaine tactique de la guerre terrestre pour justifier un financement important.
    Néanmoins ces appareils n’ont pas été inutiles loin de là. Si leur efficacité contre les blindés était réduite en raison de l’imprécision des armes capables de détruire des chars (bombes, roquettes) et des contres-mesures adverses (DCA et camouflage) ils ont permis de retarder les colonnes allemandes et ont été très efficaces contre les véhicules légers et l’infanterie.

Laisser un commentaire