La télé française s’autocensure t’elle en cas de crash aérien ?

La télé française s’autocensure t’elle en cas de crash aérien ?

La question peut paraître surprenante mais force est de constater qu’elle est bien réelle. Lorsqu’il y a des accidents aériens majeurs, entraînant la disparition de ressortissants français les chaines de télé hexagonales semblent bien frileuses à l’idée de montrer des fictions dans lesquels des avions de ligne serait représentés dans des conditions particulières. D’où cette interrogation sur une éventuelle autocensure de la part des grands médias télé français après les accidents aériens. Et pour illustrer mon propos deux exemples frappants.

Ce dimanche 27 juillet 2014, la chaine publique France 2 avait programmé à 20 heures 45 le film français « Low cost » dépeignant les mésaventures de passagers et de membres d’équipage d’un avion de ligne d’une compagnie à bas coût retenu sur l’aéroport tunisien de Djerba suite à un quiproquo. S’en suivent des scènes burlesques servies par des acteurs n’engendrant généralement pas la morosité : Gérard Darmon, Jean-Paul Rouve, Vincent Lacoste, ou encore Judith Godrèche. Le film est bien entendu une pure comédie populaire.

Cependant voilà sa diffusion prévue de longue date est tombé pile-poil en même temps que la tragédie du vol AH5017. Du coup le film a été remplacé à la va-vite par une énième rediffusion d’un volet de la saga James Bond le film « Demain ne meurt jamais », où ironie du sort le héros fait s’écraser en ville un hélicoptère.

En juin 2009, c’est cette fois-ci TF1 qui s’est visiblement autocensurée. Quelques jours seulement après la disparition dans l’océan Atlantique du vol AF447 la chaine privée devait diffuser l’épisode pilote de la série télé américaine « Fringe » dans lequel des enquêteurs du FBI mènent une investigation sur un acte de bioterrorisme à l’encontre d’un avion de ligne reliant l’Allemagne aux États-Unis. Un épisode, il est vrai, riche en effets spéciaux dont une scène à l’intérieur de la cabine de l’avion particulièrement gore. Cependant la série n’a pas été interdite, tout juste limitée aux auditeurs de plus de 12 ans.

Ces deux exemples démontrent bien cette gêne, que je peux comprendre, qui semble toucher les médias télés français traditionnels. Cependant quand on voit que sur les chaines d’informations tels BFMTV, I-Télé, ou LCI on nous diffuse en boucle des images de guerre, de violences, et ce même pendant les périodes de drame que sont ces crashs aériens, on se dit que la pudeur exprimée par TF1 et France 2 semblent bien désuète.
À moins bien entendu que ce soit le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, le fameux CSA qui ai mis son grain de sel dans ces histoires, mais là encore c’est faire mine d’un prudence gênante. En effet en déprogrammant ces fictions la télé française infantilise un peu plus ses clients, au risque à terme de les lasser de ses tergiversations.
Il serait intéressant de savoir si nos amis francophones canadiens, ou d’autres pays, connaissent des cas similaires.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

PAS DE COMMENTAIRES

Laisser un commentaire