Les bombardiers d’eau canadiens sur le pied de guerre

Les bombardiers d’eau canadiens sur le pied de guerre

Tandis que la saison des incendies forestiers n’a pas encore pleinement commencé en France, la situation est très différente de l’autre côté de l’Atlantique. Le Canada connait actuellement une recrudescence des feux de forêts et de broussailles au point que l’ensemble de ses bombardier soit désormais placé en état d’alerte. En Colombie Britannique et dans les Territoires du Nord-Ouest, la situation est telle que des déplacements de populations ont été nécessaires. La preuve en est, même la très pluvieuse Vancouver suffoque sous la chaleur, à laquelle se mêle désormais les fumées des incendies.

Selon certaines estimations dans les Territoires du Nord-Ouest ce serait près de 1000 km² de forêts qui seraient partis en fumées. Et le voisin américain ne peut envoyer trop de renforts aériens, étant lui même soumis à de violents feux. Alors les pompiers canadiens font ce qu’ils peuvent avec leurs moyens. Avions et hélicoptères bombardiers d’eau sont en état d’alerte, décollant à chaque instant avec leur cargaison d’eau et de liquide retardant. CL-215 Turbo et CL-415 sont secondés par des appareils plus petits comme les Tracker ou plus lourds comme les L-188 Electra ou les Hercules. Au sol les soldats du feu se démènent comme ils peuvent.

Pour l’instant, le bilan humain se stabilise à une demi-douzaine de victimes, la plupart du temps mortes piégées dans leurs maisons. Alors les autorités civiles procèdent des évacuations massives de population.
Aujourd’hui certains se demandent si le Canada ne va pas demander l’aide internationale, et notamment européenne. L’Atlantique serait vite franchi par les bombardiers d’eau espagnols, français, ou portugais. Mais ne serait-ce pas un aveu d’échec pour le pays qui a quasiment inventé les techniques des pompiers du ciel ?

Quoiqu’il en soit les pilotes canadiens font un boulot remarquable, et ça on peut les en féliciter. Tout en croisant les doigts et en se disant qu’on ne voudrait pas d’un tel été sous nos latitudes. Chapeau bas à eux.

Photo © Radio Canada.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

2 COMMENTAIRES

  1. concernant les bombardiers d’eau, j’ai lu derniérement les exploits des pilotes!!!!!! je constate que ces derniers sont trés courageux!!!!! descendre avec un appareil à basse altitude et larguer l’eau sur les feux ce n’est pas donné à tout le monde, cela demande de la précision, et une attention de tout instant, combien de pilotes sont tombés en service commandé. pour eteindre ces maudits incendies!!!!!

    nous devons tous avoir une pensée toute particuliére pour ces braves pilotes ainsi que leurs familles.

  2. Des pompiers et avions citernes provenant des autres provinces canadiennes viennent prêter main forte à ceux de la Colombie-Britannique et des Territoires-du-Nord-Ouest. La saison des feux de forêt est «normale» cette année dans l’Est du Canada, alors que dans le Nord-Ouest c’est particulièrement sec et chaud. Une entente d’aide mutuelle lie les provinces canadiennes entre-elles dans ce genre de situation.

Laisser un commentaire