Les Thunderbirds resteront-ils encore longtemps sur F-16 ?

Les Thunderbirds resteront-ils encore longtemps sur F-16 ?

Comme une bonne partie des patrouilles acrobatiques dans le monde, les Thunderbirds sont actuellement confrontés à un questionnement sur la pérennité de leur engagement sur leur avion de service, dans leur cas le General Dynamics F-16 Fighting Falcon. Depuis 1992, l’US Air Force a troqué les F-16A pour des F-16C plus modernes et plus en adéquation avec la réalité de ses engagements. Ce dernier avion est donc un meilleur ambassadeur pour sa patrouille. Cependant, avec la montée en puissance progressive de nouveaux modèles d’avions, certains se demandent outre-Atlantique si les Thunderbirds ne devraient pas changer de monture.

La presse généraliste américaine s’est d’ailleurs fait l’écho de cette interrogation qui touche actuellement les plus hauts responsables du Pentagone. Et si les Thunderbirds étaient transformés sur un nouvel avion d’arme. Deux machines semblent bien entendu en lice, toutes deux construites par Lockheed-Martin, le F-22A Raptor et le F-35A Lightning II. Certes sur le papier le premier aurait plus de panache, un biréacteur utilisé par la seule aviation américaine et présenté par ses défenseurs comme le meilleur chasseur de supériorité aérienne au monde serait une vitrine de prestige pour une US Air Force en mal de reconnaissance médiatique depuis plusieurs années.

Dans le même temps, le F-35A pourrait bénéficier pour ses contrats à venir d’une utilisation régulière sous la livrée des Thunderbirds. Lockheed-Martin serait ainsi en capacité d’engranger de nouveaux contrats pour celui qui se voudrait le digne successeur à l’export du F-16.

Reste une inconnue : quel avion sera le plus à même de succéder correctement au très maniable F-16 entre les mains des pilotes américains. Et là force est de constater que ni l’un ni l’autre ne semble aujourd’hui apte à relever ce défi. Lockheed-Martin devra résoudre les problèmes de jeunesse du F-35A s’il veut placer cet avion entre les mains des Thunderbirds. Et l’état-major devra permettre de vraies phases longues d’entraînement s’il veut que ses pilotes fassent des merveilles sur Raptor. Dans les deux cas la tâche s’annonce ardue.

Pour mémoire la patrouille des Thunderbirds a toujours volé sur des avions qui représentaient le nec plus ultra de la technologie américaine de leur époque :

Un œil avisé aura remarqué qu’un avion d’entraînement s’était glissé dans ces appareils, nous étions dans les années 70 et le choc pétrolier était passé par là. Même les Thunderbirds doivent parfois savoir faire des économies substantielles.

Photo © US Air Force.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

8 COMMENTAIRES

Laisser un commentaire