La Marine Nationale a testé un nouveau drone embarqué

La Marine Nationale a testé un nouveau drone embarqué

C’est fort discrètement que la Marine Nationale a procédé aux essais d’un nouveau drone. Cet aéronef de reconnaissance sans pilote s’appelle DVF 2000 et a été testé du 1er au 3 juillet 2014 à bord du navire français Commandant Bouan. La campagne d’essais a été menée en Méditerranée par une équipe conjointe de la société Survey Copter, de la DGA, et de la Marine Nationale. L’équipage de l’aviso a bien entendu apporté son concours durant ces trois jours.

Pour la Marine c’est le Centre d’Expérimentations Pratiques et de réception de l’Aéronautique navale et les membres de l’Escadrille 10S qui lui est rattachée qui ont fourni le gros de la main d’œuvre. Cependant le pilotage de l’engin était réalisé par des ingénieurs civils appartenant au constructeur. Survey Copter est actuellement une filiale du groupe Airbus basée à Pierrelatte dans la Drôme. Son drone DVF 2000 est propulsé par un moteur électrique entraînant une hélice propulsive bipale. Cet engin est spécifiquement adapté aux missions de reconnaissance, de recueil du renseignement, et de surveillance maritime. Avec un rayon d’action effectif de dix à cinquante kilomètres et une autonomie d’environ deux heures le DVF 2000 pourrait répondre à l’attente des marins français.

Le drone français DVF 2000 à l'issu d'un vol dans le filet de l'aviso Commandant Bouan.
Le drone français DVF 2000 à l’issu d’un vol dans le filet de l’aviso Commandant Bouan.

Les essais à bord du Commandant Bouan ont permis de valider les décollages du drone depuis une petite plateforme et sa récupération après vol à partir d’un filet. Ce système est similaire à celui existant sur les porte-avions et destiné à stopper les avions en difficulté sur le pont d’envol.

Même s’il n’est pour l’instant nullement question d’une commande en série du DVF 2000 par l’aéronavale française, ces essais démontrent bien l’intérêt grandissant des marins pour les aéronefs de reconnaissance sans pilote. Des appareils qui dans l’avenir pourrait bien faire partie de l’arsenal des bâtiments de guerre en patrouille, tels les frégates européennes multi-missions qui devront sous peu remplacer justement les derniers avisos comme le Commandant Bouan.

Photos © Marine Nationale.

CONTENUS SIMILAIRES

PAS DE COMMENTAIRES

Laisser un commentaire