Quel avenir pour les Mirage 2000 égyptiens ?

Quel avenir pour les Mirage 2000 égyptiens ?

Les Mirages 2000 en service en Égypte pourraient bien faire très prochainement l’objet d’un vaste chantier de modernisation piloté par l’industriel français Thalès. Il s’agirait alors de les adapter aux besoins actuels du pays, face à ses mutations. Un chantier qui remettrait le chasseur delta français à sa place dans la région, notamment face aux appareils de combat israéliens et saoudiens un peu plus évolués. Pour mémoire l’Égypte a acquis ses vingt Mirage 2000 en décembre 1981, devenant ainsi son premier client étranger.

Le contrat que Thalès vise pourrait s’élever à plus de deux milliards d’euros, et s’étaler sur les cinq prochaines années. Il se déroulerait bien entendu en pleine et entière collaboration avec les équipes de chez Dassault et les ingénieurs militaires égyptiens.
Si Safran semble en être absent c’est que la question de la remotorisation ne se pose pas, le Mirage 2000 n’étant à priori pas en capacité de recevoir autre chose que son M53 d’origine.

Il faut savoir que ce contrat prévoit notamment que les monoplaces Mirage 2000EM et biplaces BM puissent emporter des missiles Mica de combat aériens et/ou un missile de croisière Scalp. Ces armes permettraient aux Égyptiens de contrebalancer un peu le déséquilibre tactique qui s’est créé avec certains de leurs voisins, et notamment Israël.
Ce dernier voit d’ailleurs d’un mauvais œil la possible modernisation des Mirage 2000 égyptiens, une partie de sa presse quotidienne s’en est déjà fait l’écho.

Il faut dire que depuis la chute de la dictature Moubarak les relations entre Le Caire et Tel-Aviv se sont quelques peu tendus, et ce malgré les récentes tentatives de réconciliations suite au conflit dans la bande de Gaza.
C’est aussi à cause de ces tensions que la force aérienne égyptienne a demandé la modernisation de ses Mirage 2000.

Il faut savoir que les vingt Mirage 2000 égyptiens sont prioritairement destinés à la défense aérienne et aux missions de frappes conventionnelles en profondeur, alors même que les F-16, présents en grand nombre dans le pays, sont plutôt destinés à l’appui aérien rapproché et aux missions de reconnaissance tactiques. Les Mirage 2000 demeurent pour les pilotes égyptiens une sorte de Graal à atteindre dans leur carrière.
Pour le reste le pays aligne des Mirage 5 et des MiG-21 hors d’âge.

Un contrat donc à suivre, avec autant d’intérêt que la situation militaire régionale.

Photo © Reuters

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

2 COMMENTAIRES

  1. Bonjour,
    Le Pakistan n’avait-il pas acheté tous les Mirage 5 égyptiens (et libyens) ?

    Si les 2000 auront réellement la capacité Scalp, on comprend l’inquiétude israélienne…

    Encore un article très intéressant, décidément… 😉 !

  2. @xav520: non le Pakistan n’a pas tout raflé (et si ma mémoire est bonne il y en avait quelques uns en Amérique du Sud) et chez Safran il y a bien eu 2 projets de retrofit séparé (ROSE pour le Pakistan et HORUS pour l’Egypte).

Laisser un commentaire