Rimpac 2014, et l’océan Pacifique se transforme en champs de manœuvres aéronavales

Rimpac 2014, et l’océan Pacifique se transforme en champs de manœuvres aéronavales

Rimpac 2014, c’est quoi ça ? Pour celles et ceux qui l’ignoreraient encore le Rimpac est le plus grand exercice naval et aéronaval au monde. Organisé par les États-Unis il se déroule exclusivement dans l’océan Pacifique du 26 juin au 1er août 2014 et met en scène des tactiques et des scénarii propres à permettre aux différents participants d’être inter-opérants. Focus sur cet exercice pas comme les autres.

Déjà il faut savoir qu’à Rimpac 2014 il y a du monde. Outre bien entendu l’US Navy , l’US Marines Corps et l’US Army, on retrouve des navires de guerre et des aéronefs appartenant aux marines australiennes, britanniques, canadiennes, chiliennes, chinoises, colombiennes, coréennes (du sud bien sûr), françaises, indiennes, indonésiennes, japonaises, malaisiennes, mexicaines, néerlandaises, néo-zélandaises, norvégiennes, philippines, singapouriennes, sultanes de Brunei, et tongiennes. Au total cette années ce sont 49 bâtiments de surface, six sous-marins, un peu plus de 200 avions et hélicoptères, et plus de 25 000 marins et officiers.
Bien entendu chacun n’envoie pas forcément aéronefs et bâtiments, mais chacun en déploie au moins un des deux.
Sans compter les bâtiments de servitude et les vedettes et embarcations légères de sécurité mis à disposition par la marine américaine pour que l’exercice soit le plus réussi possible. C’est notamment le cas du cotre USS Wæsch appartenant aux gardes côtes américains.

Un MBB Bö-105 colombien se pose sur le bâtiment amphibie américain USS Peleliu.
Un MBB Bö-105 colombien se pose sur le bâtiment amphibie américain USS Peleliu.

Pour la France, la Marine Nationale a déployé la frégate Prairial (numéro de coque F731) et son hélicoptère AS-565 Panther. Ce bâtiment de taille modeste est pleinement adapté aux opérations de souveraineté dans le Pacifique. Il faut savoir que assez étrangement les eaux territoriales françaises représentent les principales dans cette océan en terme de superficie. Nous devons cela bien entendu aux différents archipels qui forment la Polynésie française.

L'US Navy engage deux Boeing P-8A dans Rimpac 2014.
L’US Navy engage deux Boeing P-8A dans Rimpac 2014.

Rimpac 2014 permet notamment aux différents protagonistes de mettre en commun leurs techniques dites amphibies. Ainsi le corps des Marines peut se confronter aux méthodes et doctrines de ses alliés, et vice-versa. Il faut souligner que soixante-dix ans après le débarquement en Normandie, les opérations amphibies sont plus que jamais d’actualité. Certes désormais elles incluent les hélicoptères de combat et d’assaut et les convertiplanes de transport tels le MV-22 Osprey. Le Chili aligne notamment deux hélicoptères biturbines Bell 412EP gréés pour ce type de missions.

Malgré l'arrivée des Bell/Boeing MV-22 les Sikorsky CH-53E demeurent des machines importantes pour l'US Marines Corps.
Malgré l’arrivée des Bell/Boeing MV-22 les Sikorsky CH-53E demeurent des machines importantes pour l’US Marines Corps.

Au niveau des avions de patrouille maritime c’est évidemment le royaume des omniprésents P-3 Orion, et ce sous toutes les livrées et cocardes possibles. D’autres « voilures fixes » sont également mis en œuvre tels les chasseurs CF-188 canadiens, un Gardian français, ou encore CN-235MPA en provenance de Brunei.
Au rayon des aéronefs vraiment « exotiques » soulignons la présence d’un Changhe Z-8 chinois configuré pour l’évacuation sanitaire et peints avec deux grosses croix rouges sur les flancs du fuselage, un Sikorsky S-70B aux couleurs singapouriennes, un Embraer P-99 mexicain de patrouille maritime, ou encore un NH90 NFH embarqué sur un bâtiment néerlandais.

Des Hornet canadiens se préparent à prendre les airs dans le cadre de Rimpac 2014.
Des Hornet canadiens se préparent à prendre les airs dans le cadre de Rimpac 2014.

Outre le fait d’être un formidable outil de mutualisation pour les participants, le Rimpac 2014 est un pur bonheur pour les spotters locaux qui peuvent s’en donner à cœur joie avec les navires et aéronefs les plus divers et variés, et venant de toute la planète. Rimpac 2014 c’est aussi l’occasion pour les marins de se confronter sur les terrains de sport, notamment de football, celui que les Américains appellent le soccer. Et là bizarrement l’US Navy n’est plus toute puissante. Un coup de bol pour eux, les Allemands ne sont pas là.

Photos © US Navy

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

2 COMMENTAIRES

  1. il y a un problème avec votre lien de l’hélico chinois Z-8, il renvoie sur le super frelon. sa fait pas très sérieux. pour le reste votre reportage est super intéressant. ces pas ce truc là qu’on voit dans battleship ?

Laisser un commentaire