Bardarbunga, le nouveau cauchemar islandais de l’aviation civile

Bardarbunga, le nouveau cauchemar islandais de l’aviation civile

Quatre ans après l’explosion de l’Eyjafjallajökull c’est désormais le Bardarbunga qui cristallise les craintes de l’organisation de l’aviation civile internationale. Ce volcan islandais pourrait très prochainement entrer en éruption engendrant alors des annulations de vol au-dessus de l’Atlantique. Beaucoup de compagnies aériennes scrutent de près ce qui se passe là-bas, en commençant bien entendu par la compagnie nationale Icelandair.

Il faut dire que l’activité de cette dernière est déjà fortement impactée. Si elle n’a pas connu d’annulation sèche, ses vols commerciaux doivent désormais éviter une importante région autour du Bardarbunga. En effet l’administration de l’aviation civile islandaise a décidé de fermer l’espace aérien autour de ce volcan. La zone interdite couvre environ un tiers du territoire dans le centre de l’île.
De l’avis des principaux vulcanologues européens une éruption majeure de sa part serait bien pire que celle de l’Eyjafjallajökull en 2010. On comprend donc largement les inquiétudes de l’OACI. Ce sont notamment les principaux aéroports de la côte est de l’Amérique du nord et de l’ouest européen qui seraient impactés en premier. Par ricochet c’est toute l’activité aérienne entre ces deux territoires et le reste du monde qui serait impacté.
Pour mémoire ce sont plus de 100 000 vols internationaux et locaux qui avaient été supprimé en 2010, bloquant près de huit millions de passagers dans les aéroports du monde entier. Il avait fallu plus de cinq semaines pour que la situation revienne à la normale.

Cependant le volcan montre quelques signes d’apaisements, que les scientifiques mesurent avec beaucoup de précaution, depuis ce samedi 23 août 2014 en fin d’après-midi.
Il faut savoir que le dégagement de fumée en cas d’éruption serait phénoménal, le Bardarbunga étant ce qu’on appelle un volcan sous-glaciaire. C’est à dire qu’une importante calotte de glace s’est formée au-dessus de son cratère et qu’en cas d’explosion tout cela se mélangerait pour donner un effet assez dévastateur sur l’atmosphère. Bien entendu le principe de précaution interdirait toute activité aérienne dans un rayon de plusieurs centaines de kilomètres autour de l’Islande.

Photo © AFP.

 

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

PAS DE COMMENTAIRES

Laisser un commentaire