Un Boeing C-32 tombe en panne au plus mauvais moment

Un Boeing C-32 tombe en panne au plus mauvais moment

C’est ce qu’on appelle un aléa technique regrettable. Ce vendredi 15 août 2014 l’avion officiel du Secrétaire d’État des États-Unis est tombé en panne électrique juste avant un vol retour vers Washington-DC. Cet incident a obligé John Kerry et toute son équipe à avoir recours à un vol commercial régulier de la compagnie United Airlines entre Hawaï et la capitale fédérale américaine. Un vol, bien entendu, nettement moins sécurisé qu’à bord d’un appareil du 89th Airlift Wing habituellement en charge des déplacements officiels.

C’est au moment de redécoller que l’équipage du Boeing C-32A s’est rendu compte d’une panne qui touchait le système électrique de l’avion. Généralement employé pour le transport du Président des États-Unis (ou de son vice-président) ce biréacteur est également mis au service de la diplomatie américaine, lorsque la situation l’exige. Et dans ce cas précis elle l’exigeait. En effet Kerry revenait d’une tournée internationale pour discuter avec plusieurs de ses homologues de la situation en Irak et à Gaza. Il embarquait à bord, outre son cabinet et son équipe de sécurité, un important contingent de journalistes internationaux.

Il faut souligner que le Boeing C-32A est sous les feux des projecteurs de la presse américaine depuis plusieurs mois. En effet de nombreux sénateurs américains estiment que les quatre avions en service au sein du 89th Airlift Wing ne sont pas efficaces du tout. Dans un pays où la compétitivité est poussée à son paroxysme ces critiques sont particulièrement mal perçues par l’opinion publique.

Ce que les parlementaires reprochent à l’avion ce sont ses tailles et sa consommation en carburant. Bien plus gros que les Airbus ACJ et Boeing BBJ actuellement disponibles sur le marché, et plus petit que le Boeing VC-25A ils ont du mal à le considérer comme un avion réellement rentable. En outre l’importante flotte de jets d’affaire Gulfstream C-20 et C-37 rend quotidiennement bien plus de service que la version militaire du Boeing 757.

Cette panne pourrait donc être exploitée par celles et ceux qui veulent voir la disparitions des Boeing C-32A bleus et blancs. Par contre les deux machines similaires en service au sein du 193rd Special Operations Wing ne courent aucun danger, leurs missions spéciales les mettent à l’abri des critiques du Congrès.
Le Boeing C-32A vit-il donc ses dernières heures dans sa mission de transport prioritaire ? On n’en est pas encore là, même si certains aimeraient accélérer son retrait du service opérationnel.

Photo © Wikimedia Commons.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

PAS DE COMMENTAIRES

Laisser un commentaire