Des F-16 bientôt armés d’AASM ?

Des F-16 bientôt armés d’AASM ?

L’arme guidée préférée de l’Armée de l’Air sera t-elle bientôt disponible sur le chasseur occidental le plus répandu au monde ? C’est la question qu’on peut légitimement se poser. Depuis quelques semaines l’US Air Force procède à des essais de tirs de l’AASM depuis un de ses avions de combat. Il s’agit d’un General Dynamics F-16C du 40th Flight Test Squadron similaire à celui vu ci-dessus, et basé à Eglin-AFB en Floride. Ces essais de validation revêtent une importance considérable pour l’industriel français Safran, concepteur de l’AASM, et qui entend bien en tirer profit pour vendre sa munition phare dans le monde entier.

L'Armement Air-Sol Modulaire de Safran monté sur un avion de l'Armée de l'Air.
L’Armement Air-Sol Modulaire de Safran monté sur un avion de l’Armée de l’Air.

Il faut dire que l’AASM, pour Armement Air-Sol Modulaire, est actuellement une des bombes guidées parmi les plus réputées dans le domaine de la défense. Ses coups au but durant les frappes au-dessus de l’Afghanistan, de la Libye, ou plus récemment du Mali ont largement démontré sa très grande polyvalence. Que ce soit contre une base militaire ennemie, une colonne de véhicules en mouvement, ou bien des chars de combats sur le champs de bataille l’AASM semble désormais capable de tous les détruire.
Seulement voilà il reste étroitement lié encore aujourd’hui au Rafale, par ailleurs toujours invendu à l’étranger. Et cela, les gens de chez Safran ne peuvent l’accepter. Il faut donc s’assurer que la vingtaine de pays utilisateurs du F-16 puisse un jour acheter l’AASM.

Même les Américains sont visés par ces essais. Eux qui désignent cette arme comme AN/SBU-38 Hammer savent bien qu’elle est désormais un des fleurons dans la guerre aérienne.
Si aujourd’hui l’AASM n’est adaptable que sur des corps de bombes de 250 kg, les spécialistes de Safran assurent qu’elle le sera très prochainement sur des armes de 125, 500, ou même 1000 kg. De quoi satisfaire bon nombre d’utilisateurs du F-16, des plus puissants aux moins fortunés.

Ces essais sont donc extrêmement importantes pour l’industrie française d’armement et pour les centaines de milliers d’emplois directs et indirects qu’elle génère. Et ça en période de crise c’est toujours bon à prendre.

Photos © US Department of Defence & Armée de l’Air.

 

1 COMMENTAIRE

  1. Petite correction, l’AASM n’est pas invendu à l’étranger, puisque le Marco l’a choisi pour équiper la version modernisée de son Mirage F1 avec le projet Astrac.

Laisser un commentaire