Même si l’été est plutôt la saison de la baignade, du surf, et des châteaux de sable sur la plage, beaucoup d’entre nous partent à la montagne. Et tout autant que l’hiver c’est un environnement dangereux. Car si la neige ne recouvre plus l’ensemble des domaines, les sports alpins demeurent à risques. C’est la raison pour laquelle les sauveteurs du Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne et leurs hélicoptères sont en alerte permanente pour porter secours et assistance aux vacanciers et usagers de la montagne. Et force est de constater que ces derniers jours ils ont eu pas mal de boulot.

Une dizaine de morts en à peine une semaine. Ces quelques jours autours du weekend du 15 août 2014 auront été particulièrement meurtriers dans les Alpes françaises. C’est notamment le massif du Mont-Blanc qui a payé le plus lourd tribut avec neuf morts dont deux guides de haute montagne particulièrement aguerris. On compte aussi la mort d’un adepte du base-jump, une forme extrême de parachutisme qui consiste à se jeter d’un immeuble ou dans ce cas précis d’un pic montagneux. La victime, un Australien de 35 ans, était un sauteur confirmé. C’est d’ailleurs le deuxième accident de ce genre en Haute-Savoie cet été.

Alors certes les équipages des Eurocopter EC145 bleus et blancs ont pour missions de rechercher et de rapatrier les corps de ces malheureuses victimes, mais il ne faut pas oublier qu’ils doivent aussi porter assistance aux victimes vivantes. C’est notamment le cas des quelques privilégiés qui skient encore à cette saison dans la station des 2 Alpes en Isère, une des rares à pratiquer le ski estival. En haute altitude il faut le reconnaître et sur une neige un peu dure, mais garantie 100% naturelle. Toutefois là encore une simple chute peut tourner au drame et nécessiter une évacuation rapide par hélicoptère pour ramener le skieur blessé vers la station ou l’hôpital de Grenoble. Les femmes et les hommes du PGHM et leurs hélicoptères biturbines sont aussi spécialisés dans la recherche et le sauvetage des alpinistes en difficultés.

Alors oui comme le chantait Jean Ferrat que la montagne est belle, mais elle demeure dangereuse, même en plein mois de juillet ou août. Et pour permettre aux adeptes de pratiquer en toutes sécurités, sauveteurs et pilotes de la Gendarmerie Nationale mettent chaque jour leur vie en jeu. Reconnaissons leur courage et leur très grand professionnalisme.

Photo © Gendarmerie Nationale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom