Crash mortel d’un Antonov An 12 en Algérie

Crash mortel d’un Antonov An 12 en Algérie

À peine plus d’un mois après l’accident du vol AH5017 l’Algérie est de nouveau au cœur d’un accident aérien mortel, mais cette fois ci sur son propre territoire. Ce samedi 30 août 2014 tôt le matin, un avion cargo faisant une liaison commerciale entre le Royaume Uni et la Guinée Équatoriale s’est écrasé non loin de la ville de Tamanrasset. Il n’y a aucun survivant parmi les sept membres d’équipage. L’appareil incriminé était un Antonov An 12 appartenant à la compagnie spécialisée Ukraine Air Alliance, et portait l’immatriculation UR-DWF. Le quadriturbopropulseur venait de réaliser une escale d’avitaillement quelques minutes seulement avant l’accident.

L’avion avait quitté l’aéroport écossais de Prestwick (voir photo ci-dessus) en fin de soirée du vendredi 29 août. Il transportait du matériel destiné à une société de prospection et d’extraction pétrolifère.
La compagnie Ukraine Air Alliance est une société de transport de fret charter réputée, et ses Antonov An 12 sont parmi les plus fréquemment aperçus sur les aéroports européens et africains. Outre un ancien avion de l’Aeroflot datant de l’ère soviétique, ce sont pour la majorité d’entre eux d’anciens appareils militaires ukrainiens acquis de seconde main et totalement remis en condition pour des vols civils.

Malgré la rapidité des services locaux des secours il a été impossible de retrouver le moindre survivant à cet accident. Particulièrement escarpée cette région ne favorise pas les recherches des corps et des débris de l’avion. Cependant celles-ci se déroulent correctement depuis le crash.
Des enquêteurs de l’aviation civile ukrainienne sont attendus dans les prochains jours en Algérie.

Photo © NTSB.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

PAS DE COMMENTAIRES

Laisser un commentaire