Rafale et GBU-12, un couple omniprésent au-dessus de l’Irak

Rafale et GBU-12, un couple omniprésent au-dessus de l’Irak

Ce jeudi 25 septembre 2014 au matin deux avions de combat français Rafale ont mené une action offensive contre les forces terroristes de Daech non loin de la ville de Falloujah dans le centre de l’Irak. Lors d’une mission de reconnaissance armée les Rafale français ont détruits quatre bâtiments servant de stocks d’armes pour les djihadistes. Pour cela ils ont utilisés quatre bombes à guidage laser GBU-12.

Les quatre hangars détruits par la chasse française sont ce que l’on appelle dans le jargon militaire des cibles d’opportunité. À la différence des cibles connues à l’avance par les pilotes, celles ci sont souvent découvertes par ces derniers lors de la mission. Actuellement le Rafale est un des rares avions qui peut sans aucun problème prendre en charge des cibles de ce type lors d’une mission de reconnaissance armée.

D’une durée de sept heures cette mission a nécessité la mise en œuvre de deux avions ravitailleurs, le Boeing C-135FR de l’Armée de l’Air détaché sur la BA-104 d’Al Dhafra et un Boeing KC-135R de l’US Air Force.

Actuellement la principale arme utilisée par les Rafale de l’Armée de l’Air pour frapper les terroristes de Daech est la bombe GBU-12. Guidée par laser cette arme conçue à l’origine par l’équipementier et armurier Texas Instrument, est désormais réalisée par deux entreprises aéronautiques majeures aux États-Unis : Lockheed-Martin et Raytheon. D’une masse de 227 kg elle dispose d’une charge de combat de 87kg d’explosifs sous la forme d’un bombe Mk-82.
Les bombes GBU-12 de l’Armée de l’Air sont guidées par le pod Damoclès, un équipement développé et construit en France par Thalès.

Deux bombes GBU-12 montées sous un Rafale de l'Armée de l'Air.
Deux bombes GBU-12 montées sous un Rafale de l’Armée de l’Air.

Une fois encore ce raid aérien a été l’occasion pour l’Atlantique 2 de la Flottille 23F de réaliser une mission dite « Battle Damage Assesment 2« . Celle-ci, d’une durée d’environ dix heures a permis de transmettre en direct les images après bombardements des cibles d’opportunité à l’état-major régionale de la Marine Nationale mais également aux plus hautes instances militaires et politiques à Paris.

Plus que jamais nos aviateurs et marins démontrent à leurs alliés les réelles capacités de l’arme aérienne française, flexible d’emploi et toujours à la pointe de la technologie. Outre la bombe GBU-12 les Rafale français peuvent emporter une vaste palette d’armes « intelligentes » dont les désormais fameuses A2SM franco-françaises.

Photos © Armée de l’Air.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

7 COMMENTAIRES

    • Désolé de devoir vous contredire Alex mais l’A2SM est 100% français. Certes le corps de bombes est issu d’une arme américaine mais le système « intelligent » lui est totalement français : développé et usiné par Sagem, aujourd’hui Safran. Mais la force de cette arme française c’est que le système A2SM peut tout à fait être monté sur une bombe provenant d’un autre fabricant.

  1. Salut, j’avais juste une petite question technique, combien nos avions Rafales peuvent en emporter de ces petites bombinettes modulables?
    Merci Arnaud pour tes post, toujours très intéressants.

    • Cela dépend du profil de mission, mais grosso-modo ça va de deux à six de ces armes. Théoriquement il pourrait en emporter plus mais cela sacrifierait des réservoirs de carburant. Une mission « classique » c’est quatre GBU-12. Sachant qu’en sus les Rafale emportent le pod Damoclès et un missile d’autodéfense Mica.

      • Merci Arnaud, une bonne force de frappe donc, et en cas de mission de courte durée, pas comme en ce moment avec des heures de vols à rallonge, une force de frappe énorme.

  2. Je suis étonné par la configuration du rafale sur la photo illustrant l’article.

    Il manque les deux GBU du côté gauche de l’appareil, je présume que la photo a été prise au retour d’une mission, les 2 autres ayant été larguées durant celle-ci.

    Pourquoi ne pas larguer 1 GBU de chaque côté afin d’équilibrer poids et traînée aérodynamique?

  3. Bonjour.
    La configuration totale de l’appareil (version F3) est de 2 missiles Mica IR, de 2 Meteor en point latéral « AR », des emports tribombes équipés de 3 AASM chacun – 3 Bidons de 2000 Litres – et le pod Damoclès en point latéral « AV ».
    Dans la configuration irakienne le Rafale pourrait emporter 6 GBU mais par peur du risque de non éjection du GBU de dessous celui-ci empêcherait les deux autres missiles d’être tirés, raison pour laquelle il n’y a que deux GBU sur le tribombe AT-730 de la société Raffaut

Laisser un commentaire