L’Armée de l’Air quitte définitivement Douchanbé

L’Armée de l’Air quitte définitivement Douchanbé

C’était la base symbole de l’engagement français en Afghanistan. Ce mardi 28 octobre, soit deux ans après l’annonce élyséenne de la fin des opérations françaises dans la région le Détachement Air 433 de Douchanbé a fermé ses portes. Désormais la plateforme ne sera plus qu’un aéroport international comme tant d’autres dans le monde.

La cérémonie de clôture de ce Détachement Air a été particulièrement suivi au Tadjikistan tant les autorités locales sont reconnaissantes envers l’Armée de l’Air qui a su « nettoyer » en profondeur les pistes et surtout reconstruire aux standards actuelle cette plateforme qui datait de l’ère soviétique et n’avait jamais été remis au goût du jour. Fini les carcasses d’Antonov An 14 et An 24, d’Ilyushin Il-76, et de Tupolev Tu-134 qui jonchaient le tarmac.

Il faut dire que les aviateurs français, arrivés fin novembre 2001 devaient préparer au plus vite cet aéroport pour recevoir les premiers avions de l’Armée de l’Air. Durant la guerre contre les talibans et les terroristes d’Al-Qaïda des avions aussi différents que le Mirage 2000D, le Transall, le C-135FR, ou encore le Mirage F1-CR ont évolués depuis le DA-433 de Douchanbé.
Autant dire que les hommes et les femmes du 25ème Régiment du Génie de l’Air n’avaient pas le droit à l’erreur.

Désormais ce sont donc des avions de lignes qui vont disposer des infrastructures tadjiks. Airbus A320, Boeing 737, et autres Tupolev Tu-204 opéreront désormais seuls, sans l’appui des militaires français.
Les pompiers de l’aéroport ont eux-aussi été formés par l’Armée de l’Air, avec du matériel dernier cri en provenance d’Europe occidentale.

Après treize années de présence militaire à Douchanbé, il est évident que les Français auront marqué leurs homologues tadjiks dans leur manière de travailler et d’appréhender le domaine aéronautique.
Désormais ce sera à ces derniers de démontrer leur professionnalisme en maintenant leur aéroport au top-niveau. Ne doutons pas qu’ils réussiront.

Photo © Armée de l’Air

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

2 COMMENTAIRES

  1. Je continu a trouver ça bizarre que l’armé de l’air dispose d’un régiment de génie .
    Mais en même temps c’est logique,c’est fini le temps ou un prés de 500m de long était suffisant pour faire une base . Et puis après y toutes les missions de remise en état d’aérodrome somaire comme on en a vus au Mali etc etc etc

  2. Le 25ème Régiment du Génie de l’Air est une unité de l’Armée de Terre au service de l’Armée de l’Air. Il est basé à Istres prés de la Base Aérienne 125.

Laisser un commentaire