Le Hawkeye, un fringuant quinquagénaire

Le Hawkeye, un fringuant quinquagénaire

C’est un anniversaire en forme de clin d’œil que l’US Navy célèbre pour le Grumman E-2 Hawkeye. En effet, alors que la marine américaine fête les cinquante ans de service de son avion embarqué de veille radar, ses unités reçoivent les premiers exemplaires de la 4ème génération de cet avion légendaire. Désormais, c’est donc le Northrop-Grumman E-2D Advanced Hawkeye qui sera le fer de la lance de la détection aéroportée à bord des porte-avions américains.

Et histoire de prolonger le clin d’œil, c’est le squadron VAW-125 Torch Bearers qui a été choisi pour recevoir les premiers E-2D opérationnels. C’est cette même unité qui en 1964 fut la première à être transformée sur le Grumman E-2A Hawkeye, en remplacement des Grumman E-1B Tracer utilisés jusque -là. Un sacré bond technologique à l’époque.

Après plusieurs mois de tests intensifs au sein du squadron VX-1, et notamment à bord du porte-avions USS Harry S.Truman (CVN75) l’avion est depuis le 10 octobre 2014 déclaré opérationnel. C’est ce jour- là qu’il a reçu son fameux IOC (pour Initial Operational Capability) l’autorisant à un service actif au sein des services du gouvernement fédéral américain, dont dépendent les forces armées.

Mais ne nous y trompons pas, le bond est tout aussi important entre l’E-2C et l’E-2D. Déjà extérieurement, ce qui saute aux yeux ce sont les nouveaux turbopropulseurs Rolls-Royce T56-A427-A entraînant chacun une hélice à huit pales. Divers autres appendices et antennes sont également visibles.

Northrop-Grumman E-2D à l'appontage.
Northrop-Grumman E-2D à l’appontage.

Niveau avionique l’E-2D est apte aux communications en Liaisons sécurisées 11 et 16, à l’utilisation de la nouvelle liaison satellite AN/ARC-210, mais surtout il dispose d’une meilleure portée radar grâce au radar AN/ADS-18 couplé à un nouvel identificateur IFF. On le dit capable d’identifier les avions furtifs de nouvelles générations développés en Chine et en Russie.

Les opérateurs vont pouvoir travailler sur des écrans 20 pouces plus grands que ceux utilisés jusque-là par la marine américaine. Outre l’avionique pure, c’est en effet l’ergonomie de la cabine de travail qui a profondément été repensée. Le cockpit se dote d’un quatrième siège, en sus du pilote, du copilote, et de l’opérateur-mission. Un navigateur spécialisé vient prendre place auprès d’eux, étant à même de traiter les informations données en direct.

Ce sont 75 E-2D Advanced Hawkeye que l’US Navy a commandé à Northrop-Grumman, des avions qui devront demeurer en service actif jusqu’en 2045 au moins. A cette époque-là, le Hawkeye sera vraiment devenu un vieillard, mais gageons qu’il aura su rester vif.

Un bel anniversaire donc pour celui qui vole également sous les couleurs égyptiennes, japonaises, mexicaines, et taïwanaises. Sans oublier, bien entendu, la Flottille 4F de l’Aviation Navale, seule unité non-américaine à opérer des Hawkeye depuis le pont d’un porte-avions.

Photos © US Navy

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

1 COMMENTAIRE

  1. Les E-2C Hawkeye de la Marine vont recevoir de nouveaux systèmes de guerre électronique d’ici 2018. Question : Ce n’est pas un passage E-2C vers E-2D ?
    Bonne journée

Laisser un commentaire