Le Rafale, un chasseur très attendu par les aviateurs indiens

Le Rafale, un chasseur très attendu par les aviateurs indiens

C’est l’évènement aéronautique de ce lundi 6 octobre 2014. Lors d’une conférence de presse, Arup Raha le chef d’état-major de l’Indian Air Force a fait savoir qu’il continuait de considérer le Dassault Rafale comme le futur avion de combat omnirôle indien. En fait ce général a clairement regretté publiquement la longueur des négociations entre son pays et l’avionneur Français.

En Inde,le contrat du Rafale, aussi appelé MRCA (pour Medium Multi-Role Combat Aircraft) concerne la fourniture minimum de 126 avions de combat, majoritairement construits localement dans le cadre d’un transfert de technologie.

Ces négociations durent depuis l’automne 2009, et auront usé les diplomates français des administrations Sarkozy et Hollande. En effet un programme aussi important que celui de l’exportation du meilleur (et seul) avion de combat français relève en fait autant de Dassault que de l’Élysée. Et là-dessus pas de divergence entre droite et gauche, il faut vendre, cela relève de la raison d’état.

Alors même si ces négociations se déroulent généralement dans le plus grand secret quelques informations ont été distillées au fur et à mesure des mois qui passaient. Tandis que certains soufflaient le chaud et le froid sur ces discussions, d’autres laissaient entrevoir des espoirs d’augmentations du contrat.

Désormais ce sont donc les militaires qui haussent le ton. Et Arup Raha n’y va pas avec le dos de la cuillère. Il déclare espérer une mise en service entre 2015 et 2016. Ce qui impliquerait que les premiers avions seraient très rapidement déclarés opérationnels.

Les récentes réussites du Rafale en Irak ont certainement fini de décider ce chef d’état-major que le biréacteur français était bien l’avion qu’il fallait à ses pilotes pour maintenir l’Indian Air Force au plus haut niveau dans la région mais également dans le monde. Une machine comme le Rafale représente en effet désormais un argument de poids contre quiconque voudrait s’en prendre à son utilisateur.
Affaire à suivre donc.

Photo © Reuters.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

16 COMMENTAIRES

  1. « … le biréacteur français était bien l’avion qu’il fallait à ses pilotes pour maintenir l’Indian Air Force au plus haut niveau dans la région… »
    Malheureusement, il fallait attendre le « Combat proven » soit montré à plusieurs reprises, i.e. dans différents conflits pour qu’il soit reconnu à sa juste valeur. Quand on n’a pas de poids politique…
    Bon, vieux motard que jamais.

  2. enfin une réponse de l’Indian AIR- FORCE!!!!!! comme quoi il faut toujours espérer c’est une valeur technologique sans précédent notre rafale, il faut le reconnaître!!!!!! ces indiens ils sont comme saint Thomas il ne croient ce qu’ils voient!!!!! cet aéronnef à fait ces preuves à diverses occasion!!!!!

  3. La Libye, le Mali, maintenant l’Irak. Frappe air-sol : checked. Maintenant on a plus qu’à attendre qu’un pilote Syrien téméraire engage son Mig contre un de nos Rafales (bien que je ne le souhaite pas pour le pilote) histoire de poser la dernière pierre à l’édifice.

  4. Un avion polyvalent qui a fait ses preuves, malgré la consternation des anglais qui pousse à la roue pour que les indiens reviennent sur leur décision de préférer le Rafale. A chaque fois que l’Eurofighter a été en compétition face au Rafale, c’est ce dernier qui l’a largement devancé.

  5. au lieu de vouloir le vendre a des pays surs on cherche a le vendre a des pays pauvres, ses bien la marque de flamby de chercher des clients comme sa.

Laisser un commentaire