Et si l’Égypte se tournait vers le Rafale ?

Et si l’Égypte se tournait vers le Rafale ?

Parmi les pays qui s’intéressent de près au Dassault Rafale figure désormais une nouvelle puissance régionale : l’Égypte pourrait dans les prochains mois passer commande pour une vingtaine d’exemplaires du chasseur omni-rôle français. Cela sera au centre d’une partie des pourparler officiels entre les présidents égyptiens et français les 20 et 21 novembre prochain à Paris.

Déjà l’ancien régime égyptien s’était intéressé au Rafale mais les discussions avaient tournées courts devant la faiblesse économique du géant africain. Actuellement les besoins de l’Al Quwwat Al Jawwiya Il Misriya seraient de 20 à 24 chasseurs de nouvelle génération qui permettraient le remplacement des derniers MiG-21 Fishbed hérités de l’ancien allié soviétique et désormais usés jusqu’à la corde. Il faut dire que depuis quelques temps cet avion jouit d’une réputation assez catastrophique suite à plusieurs incidents dont certains graves.

Lors de cette visite officielle, les militaires égyptiens devraient également finaliser la modernisation des Mirage 2000EM & BM acquis dans les années 1980, et dont nous vous avions déjà parlé cet été.
Lors de ces mêmes entretiens, il sera question de plusieurs contrats de fournitures d’armements, aussi bien avec le missilier MBDA que le constructeur naval DCNS.

Une série de commandes d’armements qui raviraient les industriels (et les syndicats) français mais qui inquiète certains voisins de l’Égypte, tels Israël et la Libye. En effet, une commande de Rafale passée dans le courant 2015 ou 2016 par Le Caire remettrait les militaires égyptiens dans le trio de tête des nations armées dans la région, mais aussi en Afrique.
Affaire donc à suivre.

Photo © Arnaud Lambert

CONTENUS SIMILAIRES

9 COMMENTAIRES

  1. C’est assez compliqué ce dossier. Il y a quelques années (2011), Dassault ne voulait pas vendre, ce qui veut bien dire qu’on se méfie de l’instabilité du pays.

  2. Si les autres pays de la régions ne veulent pas que l’ons vende des armes à l’Egypte ils n’ons qu’a nous en acheter .
    Ils ont pas les moyen ? Ils sont déjà sous contrat avec une autre pays ? Et alors ?

      • Ont vend un produit . Ce que le client en fait n’est pas notre problemes . C’est- super cinique je sais mais on n’est pas en position de faire dans le sentimentalisme si on veut survivre face a la concurence .

        • Donc Laurent si je suis bien votre cynisme la France devrait accepter de vendre à n’importe qui, au risque de fournir à des dictateurs sans moral ? Mais à ce moment là, la France ne risque t-elle pas de se renier elle-même ?
          Plus pragmatiquement, devons-nous vendre des armes, notamment des avions de combat, à des pays contre lesquels nous avons le risque de nous retrouver à moyen terme ?

  3. La semaine dernière j’étais en Israel et là bas les gens voient d’un mauvais oeil que la France vende des Rafale aux Arabes. Bon dans le même temps les Israéliens de la rue disent que le Rafale ne tiendrait pas la route face aux F-16 Barak et aux F-15 Ra’Am.
    Mon cousin qui lui est pilote dans l’IAF me disait par contre que ses collègues eux bavent tous devant le Rafale, et qu’ils aimeraient bien en voir voler sous l’étoile de David. Mais ça c’est pas évident.

  4. Alors,pour répondre a touts le monde : Non,pas a TOUTS le monde (j’avoue que j’ai répondus un peut rapidement sans prendre le temps de réfléchir a toutes les hypothèses) .
    A l’époque personne n’imaginait la guerre contre Kadhafi (alors quand a l’idée de savoir si oui ou non il fallait lui vendre les rafales ça reste un débats sans font) .
    C’est vrais qu’il ne faut pas vendre du matériels a des personnes qui risque de le l’utiliser contre nous ou des alliers . Dans un monde parfais on ne vendrais même pas d’armes pars que personne n’en aurait besoins . Mais voilà,on est loin d’un monde parfais .
    Quand a l’idée que la France puisse se renier elle même … franchement,je ne sais pas quoi dire . Je suis le premier a défendre l’idée que la France a une morale a promouvoir et une éthique a respecter . Mais voilà,la réalité du monde fait que nous ne pouvons pas et ne devons pas être naïf .
    Entre des emplois en France et la supposition d’un conflit ailleurs un choix dois être fait . Se choix est loin d’être simple . Et ont vas pas se mentir : personne n’a la réponse .

    Pour répondre a Magali : ce que pense la rue est souvent faux pars que le commun des mortels n’y connais rien en matières de défense (j’en fait les frais a chaque fois que j’en parle a des gens qui n’y connaissent rien et qui,pour la plus part,refuse de reconnaitre qu’ils n’en savent pas plus que ça . Moi j’ai le courage de dire que je suis loin d’être un expert mais que j’en sais plus que le commun pars que c’est ma passion,que je me renseigne et surtout que ce que je dis n’engage que moi,je ne suis qu’un type qui pose des commentaires sur un site qu’il adore) .
    Pour le fait que les F-16 et F-15 de l’IAF pourrais rivaliser avec le rafale c’est loin d’être vrais,mais c’est aussi loin d’être faux : même si ses avions sont d’une génération antérieurs au rafales il ne faut pas oublier que les versions d’on dispose Israel sont les meilleurs versions crée et au top en matière d’électroniques et qu’a cause de ça ils pourraient être des adversaires sérieux . Mais ça fait plaisir de savoir que des pilotes qui ne sont pas sur rafales en rêve ^^ .
    Aujourd’hui les pays Arabes ne sont pas la menace qui pèse le plus sur la sécurité d’Israel . Et l’Egypte est,aussi longtemps que l’armé tiendras les frères musulmans loin du pouvoir,l’un des pays qui a le moins de chance d’être une menace militaire pour Israel .

    • Quand a savoir si il faut vendre le rafales a Israel personnellement je suis partagé pour une raisons simple : ce serais bête de négligé un client potentiel mais un contrat avec Israel serais synonyme d’une chose : un échange de technologies . Et l’échange de technologies est,je pense,l’un des grand péril qui touche notre industrie (a tous les niveaux et a tous les secteurs) . Je suis toujours inquiet quand j’entend dire qu’il y a des échanges de technologies lors qu’il y a des grand contrat qui sont signé .
      On pourras toujours dire que ça peut insitter l’industrie française a se surpasser et pas rester sur ses acquis,mais voilà,je m’inquiète .

Laisser un commentaire