Le Caïman débarque au Mali

Le Caïman débarque au Mali

Depuis ce lundi 3 novembre 2014, les forces françaises engagées dans l’opération Berkhane au Mali disposent d’un nouvel outil : le NH-90 TTH. En effet deux Caïman de l’ALAT viennent de faire leur apparition dans les cieux africains, apportant leur concours à la stabilisation politique du Sahel et à la lutte contre la menace terroriste islamiste. Ces appareils viennent relever deux Puma.

Espérons que les nouveaux arrivants sauront se montrer aussi efficace sur ce théâtre d’opérations que leur prédécesseur. En attendant ils démontrent au moins que les Caïman ne sont pas dans l’Armée de Terre uniquement pour faire de la figuration et défiler au-dessus des Français le 14 juillet.
Ces deux machines appartiennent au 1er Régiment d’Hélicoptère de Combat de Phalsbourg (57) et sont arrivées par leur propres moyens, réalisant trois escales techniques d’avitaillement avant d’atteindre le Mali.

Mais ce déploiement, le premier opérationnel en Afrique, a aussi symbole de tests pour tous les NH-90 à venir. Non seulement il sera riche en enseignement pour les militaires français, et notamment les mécanos, mais surtout il permettra aux industriels de savoir réellement de quoi l’hélicoptère européen est réellement capable dans les conditions maliennes. Déjà l’Italie avait déployé deux de siens en Afghanistan en 2013, la France lui emboite donc le pas sous d’autres latitudes toutes aussi âpres pour les machines et les équipages.

Avec désormais des machines comme le Caracal de transport d’assaut spécialisé et d’infiltration/exfiltration, le Tigre de combat et d’appui, ou désormais le Caïman lui aussi d’assaut, la France montre bien la modernité réelle de sa force terrestre. C’est aussi l’ALAT du XXIème siècle.

Photo © Ministère de la Défense.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

5 COMMENTAIRES

    • Pour le coup bonne question, merci de l’avoir posée. Après la colle sur l’empennage de l’avion sans aile, celle sur le filtre des Caïman de l’ALAT. Continuez comme ça Magali je crois que vous me plaisez. Je vous dirais à priori on en voit pas sur la photo, mais ce n’est pas parce qu’on ne les voit pas qu’ils n’existent pas. Donc si un gentil mécano hélico de l’Armée de Terre passait par nos pages je serais ravi qu’il nous aide à y répondre.

Laisser un commentaire