Le Merlin d’assaut fait son entrée au sein de la Fleet Air...

Le Merlin d’assaut fait son entrée au sein de la Fleet Air Arm

Depuis plusieurs années ils étaient devenus les taxis volants des commandos de la Royal Navy et des troupes d’assaut du Royal Marines, les menant aussi bien au-dessus de l’archipel des Malouines, qu’au plus près des déserts irakiens ou dans les montagnes afghanes, sans oublie bien sûr au-dessus de la campagne kosovare. « Ils », ce sont les Westland Sea King HC Mk-4 de la Fleet Air Arm. La version de transport du célèbre hélicoptère de sauvetage et de lutte anti-sous-marine a été utilisé intensivement par les marins britanniques.

Cependant depuis le 30 septembre 2014 il en est tout autrement. Les Sea King HC Mk-4 vivent désormais leurs derniers mois au sein de la Fleet Air Arm. Le coupable ? L’Agusta-Westland Merlin HC Mk-3 bien entendu. Le désormais célèbre triturbine européen a fait son entrée au sein des forces aéronavales de sa Majesté comme hélicoptère de transport et d’assaut. Pourtant point de nouvelle commande de la part de Londres. Simplement, les hélicoptères qui appartenaient au Squadron 78 de la Royal Air Force ont été transféré au sein du Naval Air Squadron 846.

Ils n’ont même pas été repeints, tout juste leurs marquages d’origine ont-ils changé. Pour les pilotes d’hélicoptères britanniques habituellement basés à Yeovilton dans le sud-ouest de l’Angleterre ce changement est radical, d’autant qu’ils sont formés à RAF-Benson une base nettement moins maritime. Entre le Sea King et le Merlin ce sont vraiment deux générations : la première encore très mécanique et la seconde nettement plus numérique. Et puis il faut passer du biturbine au triturbine.

Merlin et Sea King en patrouille. Remarquez les marquages Royal Navy.
Merlin et Sea King en patrouille. Remarquez les marquages Royal Navy.

C’est au printemps 2016 que le Sea King HC Mk-4 fera définitivement ses adieux britanniques. Cependant on peut se dire qu’ils sauront trouver une seconde jeunesse sur le marché d’occasion, en tant que Westland Commando, la version export.

Photos © Royal Navy.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

5 COMMENTAIRES

  1. Je vais me faire taper dessus mais bon : j’adore cette helico . Plus que le NH-90 .
    Qui êtes vous ? Lachez moi !!!! NON !!! NOOOOOOOOOOOOOOoooooooooooooooooooooo………
    Bang …

    • Moi qui suis un fan incontesté de ces grosses tondeuses à gazon que sont les hélicos, je dois avouer aussi un certain faible pour le Merlin. Mais bon je préfère tout de même le NH90.

  2. Les Royal Marines sont au 18-19e siècle à la fois fantassins de marine (utilisés en débarquement) et fusiliers marins (ils combattent à bord durant les combats navals). Ils dépendent de la Navy au niveau de l’administration des ressources humaines pour ces raisons. Leur rôle a changé durant la 2nde guerre mondiale lorsqu’ils furent transformés en « commandos », unités amphibies assez larges destinées à mener des raids sur l’Europe occupée.
    Après la guerre, au cours de laquelle ils avaient aidé à former les commandos Français, Norvégiens et Néerlandais et avaient mené des opérations en Norvège occupée, ils conservèrent le rôle de troupes de choc amphibie avec la dénomination de « commando » tout en devenant l’unité de montagne des forces armées britanniques. En effet durant la guerre froide, ils auraient été déployés en Norvège avec les Commandos des Royal Marines néerlandais. A ce titre ils cumulent plusieurs casquettes, de part la dureté de leur entrainement comparable à celle de la Légion, leur vocation au déploiement outre-mer et amphibie comparable aux troupes de marine y compris parachutistes (un grand nombre de Royal Marines Commando sont également formés aux sauts) et enfin leur rôle dans le combat en montagne et en milieu arctique comparable aux Chasseurs Alpins.

Laisser un commentaire