Les Blackhawk furtifs existent-ils encore réellement ?

Les Blackhawk furtifs existent-ils encore réellement ?

Le récent et dramatique fiasco de la tentative de libération de deux otages occidentaux au Yémen début décembre 2014 relance un questionnement récurrent parmi les passionnés d’aéronautique dans le monde entier : les hélicoptères d’assaut Blackhawk furtifs sont-ils encore opérationnels de nos jours ? Ils étaient apparus au printemps 2011 au moment de la mise à mort du terroriste saoudien Oussama Ben Laden durant une audacieuse opération aéroportée au Pakistan.

Le 2 mai 2011 alors que le monde entier apprenait la mort du chef politique d’Al-Qaïda, on découvrait en même temps que l’Amérique disposait d’hélicoptères d’assaut et de transport furtifs. Selon toutes vraisemblances il s’agissait de Sikorsky MH-60 Blackhawk profondément modifiés pour effacer toute signature radar et réduire au maximum ses émissions infrarouges.

Et comment découvrait-on des appareils si secrets ? Simplement par les images des télés du monde entier. L’un des hélicoptères s’était en effet écrasé durant l’opération de nuit, son plasticage par les commandos américains après le crash ayant partiellement échoué. Chacun se souvient des images de ce rotor anticouple si surprenant.

Ensuite c’est Hollywood qui s’empara du sujet, les Blackhawk furtifs étant représentés durant le film Zero Dark Thirty sorti l’année suivante et qui contait la traque du terroriste et les agissements de la CIA pour obtenir les informations nécessaire à sa capture.

Cette infographie permet de voir un Blackhawk furtif tel qu'il est supposé exister et un Blackhawk classique. L'échelle est respectée.
Cette infographie permet de voir un Blackhawk furtif tel qu’il est supposé exister et un Blackhawk « classique ». L’échelle est respectée.

Sauf que depuis 2011 plus aucune trace des Blackhawk furtifs. Hormis une rumeur sur l’utilisation de tels appareils par les militaires israéliens, il semble bien que ces machines aient quitté le service. Mais ont-elles réellement un jour été opérationnelles ? La question reste entière.

Revenons donc sur ce fameux raid du 7 décembre 2014 au Yémen visant à la libération de deux otages, l’un américain et le second sud-africain. Les membres des forces spéciales américaines ont bien eu recours à des aéronefs pour accéder au site d’assaut. Sauf qu’ils utilisaient des Bell/Boeing CV-22B Osprey appartenant à l’US Air Force. Des images de vidéastes amateurs locaux en attestent.

Dans leurs opérations de soutien aux forces internationales, et notamment françaises, en Afrique subsaharienne les commandos américains ont bien recours à des Blackhawk, mais tout ce qu’il y a de plus classique : des MH-60M (similaires à celui vu en couverture de cet article) qui font partis du 160th SOAR. Certes des appareils modifiés, mais pas plus furtifs que d’autres Blackhawk.

D’où cette question : l’Amérique fait-elle encore voler ses Blackhawk furtifs ? Et si non ont-ils été opérationnels une seule fois en dehors de l’opération contre Ben Laden ? Deux questions qui risquent bien de ne pas trouver de réponse de si tôt. Le Pentagone n’étant pas particulièrement prolixe quand à ses programmes militaires les plus secrets. Même quand la planète entière est au courant du programme en question.

Photo et illustration © US Department of Defense et Reuters.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

1 COMMENTAIRE

  1. Peut être (et c’est hautement probable) il s’agissait de prototypes .
    Et que leurs utilisation pour l’opération sur Ben-laden avait été motivé par le fait que le Pakistan dispose d’une réel couverture radar et défense aérienne ce qui n’a pas forcement été le cas ailleurs .
    Le crash de l’hélicoptere a du révéler des défauts de stabilité ou autres qui fait que le pentagone hésite encore a les utiliser . De plus les cibles n’en valais peut être pas la peine .
    Ou plus simplement comme le F-117 les informations sur cette appareil sont gardé secret jusqu’a une date ultérieur (le F-117 a été utilisé en condition opérationel des années avent qu’il ne soit officielement révélé . Laisser le doute quand au fait de disposer d’un tel appareil et sur ses capacités fait aussi partis de la com .

Laisser un commentaire