Les Mirage 2000D de l’opération Chammal réalisent leur première mission réelle

Les Mirage 2000D de l’opération Chammal réalisent leur première mission réelle

Les Dassault Mirage 2000D français de l’opération Chammal sont enfin entrés en action. Ce samedi 6 décembre 2014 deux monoréacteurs de l’Armée de l’Air ont réalisé leur toute première mission opérationnelle, en l’objet un vol de reconnaissance armé au-dessus du nord de l’Irak. Pour l’occasion chaque avion était armé de deux bombes à guidage laser GBU-12 et d’un missile air-air d’autodéfense Magic 2.

Il semble que les Dassault Mirage 2000D de l’Armée de l’Air n’aient pas tirés la moindre munition durant cette mission, cependant ils ont su collecter les images et les informations nécessaires à la conduite de leur mission.

Cette première mission n’est peut-être pas aussi flamboyante qu’on aurait pu l’attendre en France, pourtant elle est largement nécessaire aux forces françaises et irakiennes dans leur lutte contre les forces terroristes de Daech. Elle permet en effet de suivre les progressions des djihadistes sur le terrain tout en augmentant les possibilités de reconnaissance aérienne de forces loyalistes irakiennes qui manquent de matériels en ce sens. La France est donc largement la bienvenue.

Nos deux Mirage 2000D ont eu recours aux services d’un ravitailleur en vol américain McDonnell Douglas KC-10A appartenant à l’US Air Force. Le rayon d’action de combat a toujours été le défaut majeur de l’avion d’attaque français. Cependant le maillage de ravitaillement en vol conçu par la coalition internationale devrait savoir palier cela.

Gageons que les Mirage 2000D de l’Armée de l’Air sauront dans les prochains jours démontrer la précision de leur tirs. D’autant que trois avions supplémentaires sont attendus en Jordanie dans les tous prochains jours, portant ainsi à six le nombre de nos deltas présents sur place.

Photo © Armée de l’Air

10 COMMENTAIRES

    • Cela malheureusement on ne le sait pas encore, mais il est à remarquer que la photo d’illustration fournie par l’Armée de l’Air semble plutôt représenté un de ces Mirage 2000D lors d’une de ses phases d’entraînement.

    • Normalement même sans pod de reco un avions peut faire de la reconnaissance .
      Il y avais un monde avent les pods vous savez xD .
      Normalement tous les avions disposes de capteurs et de caméras internes qui existais avent les pods .
      Et même sans ces chose il y a la reco a vue . Un poil archaïque je vous l’accorde mais ça ce fait encore .

      • Avant les pods Reco, les avionneurs proposaient une version spécialement vouées à la reco, avec en général, les caméras (et capteurs) à la place du radar. Voire à la place de l’armement de bord.
        Donc il n’y en avait pas sur tous les avions, loin s’en faut.
        Maintenant, avec le (ou mieux les deux pour un biplace) pilote équipé d’appareils photos numériques dans le cockpit, ça le fait aussi en effet 😉 !

        • Qui te parle d’un appareil numérique ? Une caméras 8mm devrais largement faire l’affaire xD .
          Ah,si seulement la guerre était aussi simple .

        • 8 mm… on n’a plus des stocks de plaques photographiques de 14-18… 😉 ?
          Après tout jamais aucun papier photo n’arrivera à la finesse des plaques…

Laisser un commentaire