La Royal Air Force rapatrie les forces britanniques d’Afghanistan

La Royal Air Force rapatrie les forces britanniques d’Afghanistan

Le désengagement progressif des forces internationales présentes en Afghanistan prend désormais la tournure d’un pont aérien. Et ce ne sont pas les dirigeants de la Royal Air Force qui contesteront cela. En effet, les aéronefs militaires britanniques se sont lancés depuis quelques semaines dans des rotations entre les deux pays pour permettre le rapatriement des personnels et d’une partie du matériel, notamment le plus sensible. Le reste transitera par la route puis la mer.

Et en première ligne dans ce pont aérien, ce sont les quadriréacteurs de transport stratégique Boeing C-17A qui réalisent le gros du travail. Des avions que la RAF utilise aussi bien pour transporter les troupes que pour « ramener au pays » les hélicoptères militaires comme les Apache ou les Sea King.

Par ailleurs les Lockheed Hercules assurent eux le rapatriement d’une partie de l’armement et du matériel sensible non urgent. Il est évident qu’il est plus confortable pour les soldats britanniques de voyager à bord des C-17 que des C-130.

Un hélicoptère Sea King de la Fleet Air Arm est rapatrier à bord d'un C-17A.
Un hélicoptère Sea King de la Fleet Air Arm est rapatrié à bord d’un C-17A.

Depuis le retrait des triréacteurs Lockheed Tristar en milieu d’année 2014, ce sont désormais les biréacteurs Airbus Voyager qui peuvent également assurer le transport des troupes. Des avions que la Royal Air Force refuse encore d’utiliser dans ce pont aérien, notamment en raison de l’insécurité toujours omniprésente en Afghanistan.

Outre les forces de sécurité les derniers matériels qui seront évacués par les Britanniques sont les équipements de santé installés à Camp Bastion et à Kaboul. En effet les militaires de « Sa Majesté » assurent depuis 2002 une partie du soutien médical dans le pays, y compris à destination des civils. Ce pont aérien devrait durer encore une partie du deuxième semestre 2015.

Photos © Royal Air Force.

 

PAS DE COMMENTAIRES

Laisser un commentaire