La neige contraint New York à fermer son espace aérien

La neige contraint New York à fermer son espace aérien

Cela pourrait presque ressembler à un scénario de film catastrophe sorti tout droit d’Hollywood. Et pourtant il n’en est rien. Les autorités fédérales américaines ont annoncé que ce lundi 26 janvier 2015 l’espace aérien autour de New York resterait fermé en raison d’une très importante tempête de neige. Les météorologues américains estiment que celle-ci pourrait apporter au moins un mètre de poudreuse dans les rues de la grosse pomme. De quoi largement gêner le trafic aérien et semer une belle pagaille pour les riverains et touristes.

Certes New York est habituée à ces phénomènes, mais rien de comparable avec ce qui est annoncé. Même l’US Air National Guard a considérablement réduit ses prévisions de vols. Seuls les hélicoptères de sauvetage Sikorsky HH-60G Pavehawk du 106th Rescue Wing sont autorisés à prendre les airs, si la situation venait à l’exiger. Les hélicoptères de la police resteront eux aussi clouer au sol le temps que la tempête passe. Des bourrasques de vent particulièrement violentes sont en effet attendues.

Les hélicoptères HH-60G Pavehawk de l'ANG pourraient décoller en alerte le cas échéant.
Les hélicoptères HH-60G Pavehawk de l’ANG pourraient décoller en alerte le cas échéant.

D’ores et déjà les vols intérieurs ont été suspendu dès ce dimanche 25 janvier au soir, le trafic aérien ne restant ouvert que pour les quelques vols internationaux qui ne pouvaient pas être déroutés au sud de la ville.
Sont concernés par ces fermetures les aéroports internationaux de JFK, Laguardia, et Newark ; mais également les aéroports régionaux et locaux de Stewart, Trenton, et Westchester. Les trois héliports de la ville sont également fermés, et les hélicoptères qui ne peuvent pas y être stockés dans des hangars sont envoyés eux aussi plus au sud. Les nombreux aéroclubs de la région sont eux aussi fermés jusqu’à nouvel ordre.

C’est donc toute une partie de la côte est des États-Unis qui se retrouver impacter par cette tempête. Les seuls qui ne vont pas chômer sur le tarmac durant cette période, ce sont les techniciens en charge du déneigement des pistes. Sans compter également les agents en charge du dégivrage des avions, surtout de ceux qui ne pourront pas être remisés à l’abri.

Pour nous autres Français un tel risque est à écarter, que ce soit à Paris, Lyon, ou à fortiori Marseille. En effet notre pays est « protégé » par le Gulfstream, ce courant d’eau chaude qui remonte du Golfe du Mexique et arrose toute la façade occidentale de l’Europe, du Portugal à l’Irlande. Il empêche ce type de tempête d’approcher de nos côtes.

Photos © New York City Transit Authority & US Department of Defense.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire