Quel hélicoptère pourra remplacer les Hip polonais ?

Quel hélicoptère pourra remplacer les Hip polonais ?

Voilà un hélicoptère symbole de la guerre froide de plus qui va bientôt dire adieu à la scène. Le ministère polonais de la défense a annoncé qu’il allait étudier les propositions de trois constructeurs occidentaux visant au remplacement prochain de ses hélicoptères Hip encore en service. Sont sur les rangs Airbus Helicopter, Sikorsky, et PZL-Swidnik. Ce dernier est en fait une filiale locale du constructeur européen Agusta-Westland.

Au total, ce sont 70 hélicoptères qui doivent être achetés par la Pologne entre fin 2015 et début 2016 afin de remplacer les vieux Mil Mi-8 et Mi-17 Hip en service depuis l’ère communiste. Actuellement ces biturbines soviétiques très rustiques sont en services au sein des trois principales composantes militaires polonaises. La force aérienne en possède 20 (dont la moitié pour des missions d’assaut), la force terrestre en aligne 38, tandis que deux autres portent les couleurs de la marine pour des missions de soutien logistique.

Soixante dix nouveaux hélicoptères pour en remplacer soixante, vous ne rêvez pas. En ces périodes de réductions des budgets de défense un tel marché est suffisamment rare pour être signalé.
Les machines en compétition sont donc l’EC725 Caracal, le S-70I Blackhawk, et l’AW149.

Trois hélicoptères très différents mais ayant chacun des arguments frappants. À n’en pas douter l’hélicoptère d’Airbus Helicopter pourrait apparaître comme le meilleur, il est également le plus cher à l’achat. Le Blackhawk a pour lui d’être un appareil ultra-rentable ayant démontré ses capacités sur presque tous les champs de bataille depuis vingt-cinq ans. Quand à l’AW149, le fait qu’il soit produit localement par PZL-Swidnik pourrait séduire les décideurs politiques polonais.

Mais au fait pourquoi virer tous les Hip, au profit de ces nouvelles machines ? Après tout certains d’entre eux ont rejoints les rangs polonais juste après l’effondrement de l’URSS et la mort du communisme. La réponse est à chercher à Bruxelles, du côté de l’état-major de l’OTAN. En effet les vieux hélicoptères ex-soviétiques ne sont pas vraiment aux « normes » occidentales. Disons qu’ils sont difficilement inter-opérables avec les moyens des pays membres. Enfin sur le papier uniquement, car dans la réalité la situation a toujours été différente, on a bien vu en Afghanistan où ces vieux soldats ont rendu de fiers services entre 2003 et 2012.

Quoiqu’il en soit ce nouveau marché pourrait relancer la carrière d’un Blackhawk que certains disent déjà vieillissant ou finir de démontrer la bonne santé des deux hélicoptéristes européens, définitivement ancrés dans la réalité du marché. Réponse dans quelques mois.

Photo © ministère polonais de la défense.

3 COMMENTAIRES

    • Je suis d’accord avec toi sur le Caracal . Dommage qu’il se sépare d’un bon hélico rustique qui pourrai leur manquer, mais c’est compréhensible d’un certains point de vue.
      Mais franchement j’hésite entre PZL-Swidnik et Sikorsky . Si ils prennent les BlackHawk, ce qui est probable pour moi, il enverraient un message fort d’indépendance retrouvé . Mais la raison serai de prendre les AW149 évidement .

  1. La France et la Pologne ont toujours entretenue des relations privilégiées. C’est pourquoi elle avait soutenu la candidature de la Pologne pour son entrée dans l’Europe en 2003 (espérant par ailleurs lui vendre des Mirage ou Rafale…). 3 jours plus tard, la Pologne signait pour 48 F-16 avec à la clef des échanges industriels et un prêt avantageux accordé par l’administration américaine… Il serait surprenant que la Pologne change de stratégie envers le pays fournisseur qui l’a aidé à rejoindre l’OTAN en 1999… Adossé au géant russe un tantinet fébrile, le Blackhawk me semble donc avoir une longueur d’avance. Et qui pourrait leur en vouloir… Mais attendons la suite: après tout le feuilleton du Rafale en Inde n’est pas terminé…

Laisser un commentaire