Quel sera le prochain avion de combat nord-coréen ?

Quel sera le prochain avion de combat nord-coréen ?

Un programme officiel d’acquisition d’un nouvel avion de combat, c’est généralement une source de joie pour les équipes de direction des grands avionneurs. Sauf quand le client en question s’appelle « Corée du Nord ». En effet, la force aérienne nord-coréenne a récemment annoncé son intention d’acquérir un avion de chasse destiné à rajeunir sa flotte de combat. Le problème c’est que bien peu de pays peuvent réellement lui fournir un tel matériel.

La cause en est simple : le pays vit sous un embargo commercial et militaire quasi total de la part des États-Unis, de l’Union Européenne, et plusieurs grandes puissances un peu partout sur la planète. Ce qui pourrait être considéré comme un casse-tête par certains va finalement simplifier la vie des généraux nord-coréens. En effet, seuls deux pays semblent pouvoir fournir un tel avion : la Chine et la Russie.

Seuls deux avions semblent avoir la préférence des aviateurs nord-coréens : le Sukhoi Su-35 et le Shenyang J-11. Ce qui est original c’est que les deux avions dérivent directement du Sukhoi Su-27 Flanker développé par les Soviétiques dans les dernières années de la guerre froide.

Le futur chasseur aura pour rôle de remplacer les derniers MiG-19 Farmer (oui, oui, le même MiG-19 qui affronta les Américains au Vietnam) et MiG-21 Fishbed d’origine soviétiques, ainsi que les Chengdu J-7. Ces derniers sont en réalité des MiG-21 construits sous licence en Chine et vendus dans le monde entier.

Pour le reste la chasse nord-coréenne semble reposer sur d’antiques MiG-23 Flogger et des MiG-29 Fulcrum de premières séries acquis durant la guerre froide. Beaucoup d’experts internationaux ignorent l’état de vol réel de ces avions, mais ils émettent de sérieux doutes sur le niveau opérationnel.

Car là est le paradoxe nord-coréen. Si son actuel dictateur est l’un des hommes les plus riches de la planète l’économie du pays est une des plus faibles selon le FMI. En outre la Corée du nord ne dispose d’aucune forme d’industrie aéronautique, même embryonnaire. Elle ne peut donc pas moderniser elle-même ses avions de combat.

Mais ce n’est pas parce qu’elle veut acheter de tels avions qu’elle le fera. Chinois et Russes sont-ils réellement prêts à fournir des avions aussi modernes à l’un des pays les plus instables au monde ? L’avenir nous le dira.

Photo © AFP

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

4 COMMENTAIRES

  1. Je parierai plus sur la Russie, qui traverse une mauvaise passe financière et qui eux aussi ont un embargo de l’UE et USA . De plus leur réputation est déjà bien entamée .
    La Chine est gênée par la Corée du Nord incontrable . La Chine a une image a défendre, mais d’un autre côté elle veut crédibiliser son industrie aéronautique .
    Je pense donc a la Russie .

  2. Je ne connaissais pas le J-7, mais après avoir pris des infos, il ne s’agirait pas d’un MiG 21 construit sous licence mais plus exactement d’une copie d’un MiG 21. La fabrication sous licence ayant avorté à cause du refroidissement des relations sino-russes… Un détail. Je sais, j’enc… les mouches.
    Bravo à vos articles qui sont toujours autant intéressants.

  3. Sinon, pour le fond du problème, qui fournira les avions à la Corée ?
    Peut-être personne. C’est probablement un effet d’annonce dont la Corée est coutumière. Pas sûr qu’elle en ait les moyens. Mais en tout cas, c’est probablement un moyen de maintenir la pression dans les relations de forces avec les pays occidentaux. Cela fait aussi le jeu des Russes et des Chinois qui mettent un peu de poids dans la balance géopolitique.
    En tout cas, moi, je n’y crois pas. L’avenir le dira.

Laisser un commentaire