Dassault vend vingt-quatre Rafale à l’Égypte

Dassault vend vingt-quatre Rafale à l’Égypte

La spirale infernale semble bel et bien derrière Dassault et son Rafale. L’Élysée confirme la vente de 24 chasseurs Dassault Rafale aux forces aériennes égyptiennes pour un montant dépassant les cinq milliards d’euros. Dans la foulée la France place auprès de son client une frégate furtive de classe Aquitaine.

Déjà il y a quelques jours nous vous annoncions l’imminence de cette commande, suscitant au passage quelques critiques pas toujours des plus constructives. Mais bon tout est oublié. L’Égypte l’a prouvée : le Rafale est bien actuellement le chasseur qui compte. Bye bye ses concurrent américains, européens, ou russes le Rafale est dans la place, et ce à quelques semaines d’une annonce similaire qui devrait provenir de New Delhi.

Dans cette région, traditionnellement plutôt encline à acquérir des avions militaires conçus à Saint-Cloud, un autre pays fait les yeux doux à l’avion de combat omnirôle français : le Qatar. Allié économique et militaire de la France ce pays se verrait bien commander prochainement entre vingt-quatre et trente-six Rafale.

Il est original de se souvenir que l’Égypte avait déjà été dans les années 1980 le premier client export du Mirage 2000, l’autre produit phare de Dassault. Comme quoi nos chasseurs plaisent dans cette partie du monde, et ce malgré les tentatives de forcing en provenance de Moscou ou de Washington-DC.

Cette annonce de commande officielle est également un gros soulagement pour les employés de l’avionneur, des sous-traitants, et plus largement de l’ensemble des industries françaises de défense.

Photo © Reuters.

 

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

14 COMMENTAIRES

  1. Super bonne nouvelle, avions et navire, coup double, bravo. Les américains avaient laisser tomber l’Egypte lors de la prise de pouvoir des intégristes frères musulmans, dans cette partie du monde la mémoire et la rancune sont tenace, tant mieux pour Dassault, qui de toute manière le mérite largement.

  2. Donc les égyptiens vont posséder tout à la fois des Mirages 2000 et des Rafales ? Je crois que c’est pareil pour les indiens. Est-ce que d’autres pays propriétaires de Mirages 2000 pourraient en faire autant ?

  3. Bonjour !
    Oui, c’est une très bonne nouvelle pour l’industrie aéronautique française, depuis le temps, mais une question se pose, l ‘Egypte à l’heure actuelle, ce pays est-il crédible, si à défaut de paiement, qui paiera la note ?

    • Pour le moment l’Egypte est crédible (militaires au pouvoir), s’il advenait qu’elle ne paye pas, c’est la Coface (Compagnie Française d’Assurance pour le Commerce Extérieure) qui le fera. Malgré sa privatisation, elle ne s’occupe que de la gestion pour l’Etat des « grands contrats ». Aussi c’est l’Etat qui touche les primes (d’assurance payées par Dassault ou l’Egypte), et versera, en cas de défaut de paiement de l’Egypte, les sommes du contrat à Dassault. L’Etat, c’est à dire vous et moi 😉 !
      Le cas s’était déjà produit avec l’Iraq, qui voulait nous acheter des Mirage 2000 en 1990, mais la Coface avait émis un avis négatif en préférant attendre le paiement définitif des Mirage F.1, qui n’ont donc jamais été finis d’être payés… (ce qui ne fut pas pour déplaire aux Américains).
      Le Koweit a peut-être payé à sa place ?

    • pourquoi ce faire tant de souci? c’est simple; on leur vend des Rafales et ils les payent, tant mieux!! sinon ils restent en France où l’on aurait été obligé de les acheter a Dassault pour maintenir ouverte la chaîne de production. Si ça marche, tout le monde y gagne, sinon on n’y perd pas (ou peu)

      • Sauf qu’ils sont d’abord livrés (contre acompte), et après payés (le solde), ou pas !
        Et ils ne reviennent pas en France, ils restent en Egypte… 😉 !

  4. Bonjour,

    « L’Égypte l’a prouvée : le Rafale est bien actuellement le chasseur qui compte. Bye bye ses concurrent américains, européens, ou russes le Rafale est dans la place »

    L’Egypte n’est pas franchement un Pays qui compte sur le plan diplomatique, militaire ou économique… vous vous emballez… typiquement français…

    Et puis de là à déclaré vainqueur haut la main le Rafale face aux autres… Le Rafale n’est pas Le Chasseur qui compte… c’est UN chasseur à envisager…

    Ok pour dire félicitations à Dassault mais de là à le déclarer tel l’empereur… pour 24 avions en 30 ans…

    Pourquoi n’avait vous pas féliciter Airbus…enfin le consurtium pour l’Eurofighter ?

    Bref… Pas d’emballement, et bonne continuation.

    • Bonjour,
      L’Égypte un pays qui ne compte pas ?
      C’est le 1/4 du monde arabe avec 90 millions de personnes, le cœur battant de la culture.
      Et l’un des 4 centres de la religion.
      Le pays peut comptait sur l’AS et les EAU pour l’aspect financier.
      Enfin le pin de l’Égypte est aussi important que celui de l’AS (avec beaucoup plus d’habitants certes).
      Le rafale a 13 ans d’excistance opérationnel et non 30. Les usa produisent le f35 mais disent qu’ils n’est pas fini … (On pourrait aussi en dire autant du f16).

      Il est intéressant de voir que le rafale est le chasseur que les clients en guerre veulent.
      L’eurofighter l’Autriche a acheter des apareils de seconde main aux allemands (ils sont sortie neuf des usines pour être revendu immédiatement d’accord mais avec une ristourne payer par le contribuable allemand)

      Bref c’est bon de sourire parfois dans la vie …

  5. C’est à la fois géostratégique et géopolitique, ça permet de vendre notre technologie et j’espère que ça découlera sur d’autres opportunités d’exportation de toute nature, nous avons besoin d’être présents sur ces marchés porteurs.

Laisser un commentaire