La dissuasion nucléaire française soutenue par les plus hautes autorités

La dissuasion nucléaire française soutenue par les plus hautes autorités

Domaine privilégié du Président de la République, la dissuasion nucléaire a toujours été depuis 1958 une des composantes principales de la défense nationale française. Et cela ne change pas en 2015. François Hollande vient d’annoncer depuis la Base Aérienne 125 d’Istres-le-Tubé plusieurs décisions majeures confirmant l’attachement de notre pays à son arme nucléaire. Une partie de celles-ci concernent bien entendu les armes emportées par nos avions de combat.

Une des plus symboliques a été la confirmation du retrait à l’horizon 2018 des bombardiers monoréacteurs Mirage 2000N au profit du chasseur omnirôle Dassault Rafale B. Dans le même registre le Président de la République a réaffirmé l’attachement de la France à la poursuite de sa dotation en missiles de croisière de nouvelle génération ASMP-A (pour Air-Sol Moyenne Portée-Amélioré) annonçant même que notre pays disposait actuellement de 54 exemplaires de cette arme nucléaire.

Le fait d’annoncer publiquement le nombre de missiles ASMP-A en dotation est d’ailleurs une grande première dans la courte histoire de la dissuasion nucléaire, habituellement bien plus nébuleuse. Mais surtout le Président de la République a rappelé son attachement à toutes les formes de dissuasion nucléaire, y compris sous-marine. Pour lui la dissuasion nucléaire doit également être un outil.

Il a profité de sa présence sur la BA-125 pour passer en revue les forces en présence. Deux avions majeurs lui ont ainsi été présenté : le Rafale B et le C-135FR. Le Chef des Armées a aussi pu s’entretenir avec les pilotes et équipages, recueillir leurs impressions, et leurs attentes.

Le Président de la République passe devant un Rafale B équipé d'un missile ASMP-A.
Le Président de la République passe devant un Rafale B équipé d’un missile ASMP-A.

Pour nos lecteurs étrangers, il convient de savoir qu’en France la dissuasion nucléaire fait partie de ce que l’on appelle les domaines régaliens du Président de la République. Il est seul décideur de sa mise en œuvre, mais également de son budget. Bien entendu en cas d’utilisation du « feu nucléaire », le président consulterait certainement (en urgence) les présidents des deux chambres parlementaires françaises ainsi que son premier ministre. C’est là un héritage constitutionnel de la Vème République.

Photos © Armée de l’Air & Présidence de la République.

6 COMMENTAIRES

    • La dissuasion nucléaire ne sert à rien contre des islamistes. La dissuasion nucléaire sert à empêcher toute possibilité de conflit de haute intensité entre les plus puissantes nations de la planète : les 5 du conseil de sécurité permanent + Israël + Inde/Pakistan.

      C’est la raison pour laquelle on se doit de garder des forces conventionnelles. Parce que si une nation, ne faisant pas partie de ce cercle des « nucléarisés » attaquaient une partie de notre territoire, on ne pourrait riposter à l’arme nucléaire uniquement si le pays était sur le point de tomber.

      L’exemple le plus flagrant ? Les Malouines. Les anglais pouvaient atomiser l’Argentine, mais l’auraient-ils fait pour défendre une petite île perdue au fin fond de l’Atlantique ? Non, donc ils ont été content d’avoir une force de projection pour reprendre conventionnellement les Malouines.

      Contre des islamistes on fait quoi avec notre arme nucléaire ? La réponse, absolument rien. L’arme nous sert à empêcher des conflits face aux grands comme je l’ai dit, et de fait à avoir un poids diplomatique dans le monde.

      • c’est d’ailleurs le problème de la Russie en ce moment qui face à ses problèmes économiques a tout misé sur le nucléaire en délaissant le conventionnel. Aujourd’hui, la moindre menace et ils nous montrent les muscles nucléaires… faute de pouvoir montrer autre chose… en cas de conflit mineur, mais musclé comme dans les Malouines cela pourrait conduire à une escalade dangereuse…

    • Sauf qu’on utilisera jamais l’arme nucléaire contre les djihadistes ou contre qui que ce soit, c’est là tout le charme de la dissuasion mon cher Ratel.

  1. Saviez-vous que la france à perdu à force de privatisation/fusion/acquisition le contrôle du développement du missile de dissuasion nucléaire M51 ?
    J’ai appris ça dans une conférence de régis chamagne ancien pilote d’avion de chasse à la retraite. Très intéressant le bonhomme !
    Pour les Russes on est d’accords leurs capacités militaires d’invasion ne fait pas peur , aviation pas furtive , nombre de porte avion en service qui se compte sur les doigts d’une main. Bref c’est pas demain que les russes débarquerons ^^

Laisser un commentaire