La Russie réalise un exercice aéroporté aux frontières de l’OTAN

La Russie réalise un exercice aéroporté aux frontières de l’OTAN

Des dizaines de camions, de blindés légers, mais également des chars d’assaut et des hélicoptères de combat Mil Mi-24. Voilà ce que les observateurs internationaux ont vu arriver aux frontières entre la Russie et deux états baltes : l’Estonie et la Lettonie. Selon Moscou, il s’agit là uniquement d’une vaste série de manœuvres aéroportées visant à préparer son armée à d’éventuelles interventions. Le souci c’est que ces deux petits pays, faiblement militarisés, sont membres à la fois de l’OTAN et de l’Union Européenne, deux organisations avec lesquelles la Russie n’est pas particulièrement en bons termes diplomatiques.

Le parachutage depuis un hélico, une spécialité russe depuis l'ère soviétique.
Le parachutage depuis un hélico, une spécialité russe depuis l’ère soviétique.

Le scénario de cet exercice est clair : reprendre un aérodrome russe tombé aux mains d’une puissance militaire étrangère en conditions hivernales. Les opérations doivent se terminer ce samedi 28 février 2015 en soirée. Le largage de plus de 1500 parachutistes est également prévu, ce qui explique la présence de plusieurs quadriréacteurs militaires Ilyushin Il-76 dans la région. Des hélicoptères d’assaut Mil Mi-8 ont également été observés aux abords de la frontière estonienne.

Devant l’urgence de la situation, les deux pays ont déclaré l’état d’alerte pour leurs forces de défense, le gouvernement lituanien a même annoncé le rétablissement immédiat du service militaire obligatoire. Les trois états baltes ne disposent d’aucune aviation militaire capable de les défendre, c’est pourquoi ils se reposent sur les forces internationales de l’OTAN appartenant à l’opération Baltic Air Policing. Tout au plus ces pays là disposent-ils de moyens limités de transport militaire.

On ignore actuellement si la Russie va engager des avions de combat ou des avions espions dans cet exercice. Quoiqu’il en soit les avions militaires russes seront certainement observés de près par les forces de l’OTAN, et aucun d’entre eux n’aura intérêt à sortir de son espace aérien, même « accidentellement ». Gageons que les équipages des Boeing E-3 Sentry de l’alliance ne vont pas chômer pendant ces quelques jours.

Photos © AFP.

10 COMMENTAIRES

  1. Fait trop peu connu malheureusement c’est que l’art 42 du traité sur le fonctionnement de l’union européenne (depuis mastrich, 92) membre ou non de l’OTAN , oblige les états de l’UE à suivre la politique de sécurité et de défense commune qui lui même doit respecter les obligations de l’OTAN.

    Bush fils le dis mieux que moi dans son discours à l’université de Varsovie du 15 juin 2001 : « Toutes les nouvelles démocraties de l’Europe, de la Baltique à la Mer Noire et toutes celles qui se trouvent situées entre les deux, doivent avoir la même chance pour la sécurité et la liberté – et la même chance de rejoindre les institutions européennes. Toutes les nations devraient comprendre qu’il n’y a aucun conflit entre l’appartenance à l’OTAN et l’appartenance à l’UE »

  2. Ne tenez pas compte de mon erreur au dessus***

    Je ne peut pas me résoudre à voir l’Europe faire la guerre à la Russie . Toutes cette histoire est ridicule . Je comprend tout a fait l’inquiétude des anciens pays du bloc de l’Est, mais ça ne vaut pas une guerre . Et l’Amérique qui vient y mettre son grain de sel, c’est l’occasion pour eux de retrouver leur réputation de sauveur et de protecteur des peuples opprimés .
    L’Europe n’aura jamais de crédibilité face à la Russie et les USA tant qu’elle n’aura pas d’organisation militaire indépendante . Nous somme entre deux monstres .

  3. Cela rentre tout naturellement dans le jeu de « guéguerre » psychologique que les deux blocs se jouent depuis le début de la guerre froide et ce n’est pas la chute du mur de Berlin qui a changé la donne.
    Au risque de me répéter, ni l’un ni l’autre n’ont envie de se faire une guerre où personne ne sortirait vainqueur Il faut simplement se souvenir que les occidentaux ont voulu enterrer trop vite (et humilier!!!) une russie sortie de la chute du régime communiste complètement traumatisée. Poutine a été celui qui a voulu redonner une fierté à ce grand pays et bien entendu, il n’a pas fallu longtemps avant que la majorité de la population le suive, même si l’on peut contester ses méthodes « musclées » et parfois peu démocratiques.
    N’oublions pas que la Russie a vécu sous une dictature communiste pendant presque 100 ans ( depuis la révolution de 1917). On n’efface pas ce genre d’expérience en 30 ans seulement.
    Il faudra aussi bien comprendre que notre avenir, nous européens est bien à l’Est, que cela nous plaise ou non. Ne comptons pas trop sur les USA qui n’ont pas intérêt à ce que l’Europe s’unisse et qui se doivent de faire en sorte qu’une tension existe en permanence pour justifier l’existence de l’OTAN et leur présence insidieuse en Europe à l’aide de leur marionnettes que sont la Grande Bretagne (51ème état US et très forte dans le double jeu) et la Pologne comlètement américanisée.
    Non, je ne suis pas un pro Poutine, ni quelqu’un de naïf et candide, mais simplement quelqu’un qui essaie de faire marcher un peu sa cervelle et refuse de tomber dans les panneaux que nous tendent des médias bien peu objectifs, nous servant du « prêt à penser « tout emballé. Je ne pense pas non plus que le russe moyen ait envie de se relancer dans une guerre froide stérile. Lui aussi aspire à jouir de la vie comme tout à chacun.
    Donc pas d’affolement à la vue de ces manoeuvres russes aux frontières baltes; il y en a eu tellement lors de l’affrontement entre les deux blocs et aucune n’a mené sur un affrontement direct. Ce qui ne veut pas dire pour autant qu’il faille baisser la garde.
    Bonne journée.

    • Je crois sauf erreur, qu’il s’agit d’un Mi-8 MTV (ou Mi-17 V à l’export) Hip H ?
      En fait une version récente de la famille Mi-8/17 (la désignation peut dépendre aussi de l’usine de fabrication…)
      Avec un radar dans le nez, des blindages, et des lances-leurres.

Laisser un commentaire