L’aviation nigériane est-elle à l’origine d’une tragique bavure au Niger ?

L’aviation nigériane est-elle à l’origine d’une tragique bavure au Niger ?

Depuis plusieurs jours les médias du monde entier s’étaient emparés de cette affaire. On appris ce mercredi 18 février 2015 qu’un avion militaire avait lâché une bombe sur le village d’Adabam au Niger près de la frontière avec le Nigeria tuant au passage trente-six civils innocents, dont plusieurs enfants. Il est désormais clairement établi que ce bombardement est une bavure et les enquêteurs semblent s’orienter vers une patrouille de combat composée de deux ou trois chasseurs Chengdu F-7 Airguard de l’aviation nigériane. Si tel est bien le cas c’est un grave coup porté à l’image de cette force aérienne, image déjà écornée ces dernières années par des affaires de corruptions.

Cette bavure risque également de renforcer les tensions existantes entre le Niger et le Nigeria. Si les deux pays sont engagés dans la lutte contre la secte terroriste Boko Haram, ils le sont aussi aux côtés de la France dans la guerre contre Al Qaïda au Maghreb Islamique. Et pourtant diplomatiquement les relations ne sont pas au beau fixe.

Pour mémoire le Chengdu F-7 Airguard est la version destinée à l’export du Mikoyan-Gurevitch MiG-21 Fishbed soviétique construit sous licence par la Chine. Douze de ces machines, dont deux biplaces, ont été acquis par le Nigeria dans les années 1990. S’ils sont incapables d’emporter des bombes à guidage laser, ils peuvent néanmoins tirer des roquettes, des bombes lisses, ainsi que des missiles air-air et antinavires.

On remarquera que le Nigeria utilise beaucoup ses avions de combat dans la guerre contre le terrorisme islamiste, trop peut être. C’est en tout cas ce que souligne plusieurs médias internationaux. Dans le même temps ses deux principaux alliés de la région, le Cameroun et le Tchad, semblent avoir recours à leurs avions de combat de manière nettement plus parcimonieuse. Il s’agit respectivement d’Alpha Jet et de Su-25 Frogfoot.
L’une des carences souvent soulignée dans la région concerne le recueil du renseignement, et ce même si le Nigeria s’est engagé récemment dans la recherche d’un drone de reconnaissance, cette bavure démontre encore plus le besoin d’informations claires avant toute décision de frappe aérienne.

Photo © Wikimédia Commons.

CONTENUS SIMILAIRES

PAS DE COMMENTAIRES

Laisser un commentaire