Le Super Étendard Modernisé frappera-t-il Daech ?

Le Super Étendard Modernisé frappera-t-il Daech ?

C’est l’un des avions emblématiques de l’arsenal français, le dernier véritable avion d’assaut en service dans notre pays. Alors que son retrait est programmé pour la mi-2016 le Super Étendard Modernisé est actuellement embarqué à bord du Charles de Gaulle, et donc présent dans le Golfe, non loin du théâtre d’opérations irakien. Le vénérable avion de combat monoréacteur pourrait bien y connaître son ultime baroud d’honneur, et démontrer une fois encore qu’il demeure une machine de combat efficiente.

Car ce que beaucoup semblent oublier c’est que le Super Étendard Modernisé est un avion clairement taillé pour les attaques de précision. Capable d’emporter deux bombes à guidage laser GBU-49 cet avion peut frapper n’importe quelle cible avec une précision de l’ordre de cinquante centimètres. Peu d’avions de sa génération peuvent en dire autant.

Il suffit de se souvenir qu’au lendemain des opérations aériennes au-dessus du Kosovo le Super Étendard Modernisé (alors au standard 4 et non 5 comme aujourd’hui) fut avec le Fairchild A-10A Warthog américain l’avion de combat le plus précis dans les frappes aériennes. Un taux de réussite reconnu par l’OTAN de 94%, ce n’est pas rien.

Alors certes dans l’inconscient collectif le Super Étendard c’est avant tout un avion tueur de navires, grâce au couple qu’il forme avec le missile antinavire Exocet, une réputation acquise durant la guerre des Malouines mais aussi avec les cinq avions prêtés à l’Irak de Saddam Hussein dans les années 1980 en attendant l’arrivée en service des premier Mirage F1-EQ. Une réputation qui n’est pas surfaite, mais qui n’est plus vraiment d’actualité.

Reste donc qu’au-dessus de l’Irak les pilotes de Super Étendard Modernisés pourraient une dernière fois faire la preuve de leur professionnalisme et de l’efficacité redoutable de leur avion, pour le plus grand malheur des combattants djihadistes de Daech. Attendons de voir, ça ne m’étonnerait pas qu’il soit dans la région dans cette optique.

Photo © Marine Nationale.

4 COMMENTAIRES

  1. Bonjour
    Votre article est comme d’habitude très intéressant . Néanmoins , une toute petite erreur a été commise. Au Kosovo, les SEM étaient au standard 3 et non 4 comme indiqué. Les premiers standard 4 sont arrivés début octobre 2000.
    Cordialement

  2. Ce qu’il faut rappeler aussi, c’est qu’aujourd’hui, 99% des chasseurs ont un pod de désignation laser et on donc la même précision que les super étendards modernisés (dites moi si je me trompe). Ce point fort qu’il a gardé très longtemps ne l’est donc plus vraiment…
    Par contre, la capacité d’emports est limitée, sa vitesse est un élément de plus qui le rapproche du A10 (ce qui n’est pas forcément positif) et même si la fiabilité de la bête n’est plus à démontrer depuis le temps, son architecture mono réacteur pourrait avoir des conséquences dramatiques en cas de panne au dessus du territoire ennemi…

    Bref, à part dans des conditions de missions dont la fréquence très soutenue saturerait la disponibilité des rafale M, je pense que si le choix est possible, il vaut mieux garder pépé au garage… même s’il fait de la résistance…

  3. Bonsoir.
    HA !!!! le bon vieux super étendard (avec sa queue d’ avion à hélice), il va faire des dégâts, c’est certain. L’air de rien cette avion a un bon palmarès. Vous avez omis le bombardement de Baalbeck au Liban.

Laisser un commentaire