Rafale M et Super Étendard Modernisés entrent dans la guerre contre Daech

Rafale M et Super Étendard Modernisés entrent dans la guerre contre Daech

Depuis le temps qu’on en parlait, on se demandait quand est-ce qu’on allait réellement voir le bout de leur queue. Cette fois ça y est, c’est fait. Ce lundi 23 février 2015 au matin le ministre de la défense Jean-Yves Le Drian a annoncé que le groupe aéronaval français, articulé autour du porte-avions Charles de Gaulle, rejoignait officiellement la force Chammal engagée dans la guerre contre le mouvement terroriste Daech. Ce sont donc vingt-deux « nouveaux » avions qui viennent renforcer ceux déjà présents dans la région.

Douze Dassault Rafale M, neuf Dassault Super Étendard Modernisés, et un Grumman E-2C Hawkeye vont donc pouvoir participer aux missions de reconnaissance armée, d’attaque de précision, et d’appui aérien rapproché au profit des forces de défense irakiennes dans leur lutte contre les djihadistes du groupe Daech. Leur embarcation à bord du porte-avions français les met même à l’abri de tout acte terroriste, ce qui n’est pas forcément le cas des avions basés à terre, qu’ils le soient dans les Émirats Arabes Unis ou en Jordanie.

Pour la force Chammal cela revient à plus que doubler son nombre d’aéronefs. Jusqu’à l’arrivée du groupe aéronaval elle disposait de six Dassault Rafale B et C, six Dassault Mirage 2000D, et un Boeing C-135FR pour l’Armée de l’Air, ainsi qu’un Dassault Atlantique pour la Marine Nationale. Un avion de patrouille maritime présent sur ce théâtre d’opérations depuis le début de l’engagement français et utilisé dans des missions très éloignées de la chasse aux sous-marins.

Niveau armement emporté les Rafales M et Super Étendard Modernisés devraient assez logiquement faire appel aux bombes de précision : GBU-12 et A2SM pour les premiers, et GBU-49 pour les seconds. Quand au Hawkeye il va permettre d’alléger la charge de travail des Boeing E-3 de l‘US Air Force et de la Royal Air Force présents dans la région.

Sous l'oeil du chien jaune, ce Rafale M manoeuvre sur le pont du Charles de Gaulle.
Sous le regard du chef pont d’envol-hangar, ce Rafale M lourdement armé se positionne avant de décoller.

Ce groupe aéronavale français, et en partie britannique, intègre également la Task Force 50 articulée autour du porte-avions américain USS Carl Vinson, alias CVN-70. Une flotte qui avec deux porte-avions va disposer d’une puissance de feu rarement atteinte dans le Golfe.
Il faut cependant souligner que la mission du Charles de Gaulle et de ses aéronefs dans la région ne sera pas de longue durée, le groupe aéronavale français est attendu en avril prochain au large des côtes indiennes pour participer à l’exercice de grande ampleur Varuna 2015.
En attendant les Rafale M vont pouvoir démontrer leur polyvalence et leur précision, au plus grand dam des terroristes pseudo-religieux du groupe Daech.

Photos © Marine Nationale.

8 COMMENTAIRES

  1. Bonjour.
    Apparemment une offensive d’envergure se prépare, le géant Carl Vinson en tête avec ses 9O aéronefs et nous, avec nos 21 avions, pesant pas très lourd à côté, mais l’essentiel est d’y participer.

    • Je n’écris pas au nom des autres rédacteurs, uniquement en mon nom, et oui je vous le dis mes écrits ne sont pas neutres du tout. Mais quelle neutralité voudriez-vous ?

  2. L’objectif principal de cette mission n’est -elle pas plutôt d’impressionner l’Inde qui s’apprête à prendre une décision à l’égard de l’achat du Rafale ? Le Rafale M pourrait-il un jour doter un porte-avion indien ?
    C’est ce que je souhaite à la France !

    • Il est indubitable que l’objectif réel de ce déploiement n’est pas la frappe de Daech, pour ça nous avons les Rafale B & C et les Mirage 2000D. Cet envoi des Rafale M a certainement été réalisé, comme tu le soulignais Marcel, dans l’optique du contrat indien. N’oublions pas qu’en France le ministère de la défense est partie prenante de tous les contrats d’armement.

Laisser un commentaire