Un Boeing B-52H remisé à Davis-Monthan va reprendre du service opérationnel

Un Boeing B-52H remisé à Davis-Monthan va reprendre du service opérationnel

C’est un mini-évènement dans l’US Air Force. Un bombardier stratégique Boeing B-52H Stratofortress a été sorti de son stockage dans l’Arizona pour être remis prochainement en service opérationnel. L’avion était entreposé depuis 2008 sur la base aérienne de Davis-Monthan aux côtés de centaines d’autres avions et hélicoptères militaires américains.

Actuellement l’US Air Force possède, sur le papier, une flotte de soixante-seize héxoréacteurs Boeing B-52H. Cependant l’un d’entre eux est en passe d’être rayé des cadres suite à un grave accident survenu l’an dernier sur la base de Barksdale en Louisiane. Impossible à réparer l’avion devrait être envoyé bientôt à la ferraille, laissant un vide dans l’arsenal américain.
C’est pourquoi l’état-major américain a décidé de prélever un autre B-52H dans les stocks du célèbre 309th Aerospace Maintenance and Regeneration Group installé dans le désert de l’Arizona.

L’appareil choisi, porteur du numéro de série 61-0007 (voir photo ci-dessus) n’est pas ce qu’on pourrait appeler un perdreau de l’année. Il a en effet servi au sein des forces stratégiques américaines de 1963 à 2008 et a participé à plusieurs conflits différents. Construit à l’origine comme B-52G, il participa à des bombardements au-dessus du Vietnam dans le cadre de l’opération Linebacker en 1972. Après sa transformation en B-52H en 1975 il fut engagé dans des patrouilles nucléaires jusqu’au milieu des années 1980.
En janvier 1991 le B-52H Stratofortress 61-0007 participa aux bombardements contre les forces irakiennes de Saddam Hussein dans le cadre de l’opération internationale Desert Storm.

Bien que remis en état de vol pour réaliser la liaison entre Davis-Monthan AFB et Barksdale AFB il ne pourra cependant pas rejoindre le service opérationnel avant avril 2016. Il faut en effet intégralement le démonter, lui réintégrer une avionique et des systèmes d’armes complets, et vérifier que ses huit réacteurs fonctionnent comme au premier jour.
Un travail de longue haleine pour les mécanos qui s’apparente à celui que peuvent réaliser les restaurateurs de warbirds. Un avion quinquagénaire, il en existe quelques-uns dans des collections privées. Cependant aucun ne sont des B-52 Stratofortress.

Cette remise en service en dit long sur l’état concret de la force de bombardement des États-Unis, incapable de trouver un remplaçant réel au Boeing B-52, et ce malgré l’existence des performants Rockwell B-1B Lancer à géométrie variable et des très onéreux Northrop B-2A Spirit furtifs. Jamais ces deux avions n’ont réussi, pour des raisons très différentes l’un de l’autre, s’imposer dans le rôle de camion à bombes de l’aviation américaine.
Il est impressionnant que début 2015, soit près de soixante ans après son entrée en service opérationnel, ce bombardier soit toujours l’une des armes diplomatiques les plus impressionnantes que possède l’Amérique.

Qu’on le trouve beau ou laid, qu’on l’aime ou pas, quelque soit les critiques qu’on puisse lui opposer, on ne peut nier le fait que le B-52 est un sacré avion, une machine véritablement légendaire, dont la carrière ne semble vraiment pas prête à s’arrêter. Pour le malheur des ennemis de l’Amérique et le plaisir des aficionados d’aviation.

Photo © US Air Force

14 COMMENTAIRES

  1. Bonjour.
    Par curiosité je suis allé voir, avec le logiciel Goggle Earth : Davis Monthan, en Zooman sur Davis Monthan on voit pas mal d’avions, toutes catégories en plein soleil, beaucoup semble en débris, d’autres apparemment entiers, des B 52 plus ou moins désossés, une douzaine plus au nord semble être en bon état.
    C’est amusant d’essayer de reconnaître les avions vus du ciel, des F15, F16 de nombreux F4, des C130, P3 C ORION, C5 GALAXY, F18, KC135. Hawkeye démunis de leur dôme radar, les vieux Skywarrior, A7 Corsair, A4 Skyhawk, F111, A10, T38 Talon, Intruder et quelque pépites méconnaissables qui trainent un peu partout, ainsi que de nombreux hélicos toutes catégories.

    • Dans le genre « pépites » on trouve là bas encore deux ou trois Beechcraft C-45, l’ensemble des Douglas DC-130, et le dernier Boeing EB-47E, un Stratojet de guerre électronique qui a servi à l’entraînement des équipages de l’US Navy jusqu’à la fin des années 1980, époque où il fut remplacé par le très confidentiel Douglas EC-24A, qui se trouve lui aussi à Davis Monthan désormais.

  2. Comme quoi il n’y a pas que les Russes qui ressortent leurs bombardiers de « la naphtaline » comme s’était moqué un Général Américain à la suite du retour des Tu-95 et Tu-160. Ce dernier fait d’ailleurs l’objet d’une remise en production.

  3. Il est quand même magnifique, même si les missions qu’il a accomplies font froid dans le dos. Cet avion n’est pas démodé car nombre de conflits sont dits « asymétriques », sans forces aériennes adverses. Et cela ne manque pas en ce moment!

  4. Je confirme que c’est un bel avion. Une question toutefois. Comparé à la grandeur de la flotte aérienne de guerre US, la remise en service d’un seul appareil peut paraître bien maigre. Un goutte d’eau (certes volumineuse…) dans l’océan. Pourquoi un seul avion ?

  5. Le « Buff » (Big Ugly Fat Fella) comme l’appellent affectueusement les pilotes US de cette bête mythique, ne me semble pas prête d’être retirée du service, malgré les apparences, et le « Bone Desert » de Davis-Monthan AFB contient encore suffisamment d’exemplaires pour en « ressusciter » si besoin était et en cela je rejoins Bernard Dartevel dans son commentaire.Il suffit de se souvenir la terreur qu’inspirait aux Vietcongs un bombardement de B52. Je ne voudrais pas être un djihadiste dans le même cas. Mais on ne va pas les plaindre, hein?
    Cela étant, je suis un fana de cet avion fantastique que j’ai eu le plaisir de voir plusieurs fois dans ma vie soit aux US soit en Europe.

Laisser un commentaire