Les sauveteurs héliportés, héros de la zone du crash de l’A320

Les sauveteurs héliportés, héros de la zone du crash de l’A320

Dès que les premières images de la zone autour du crash de l’Airbus A320 de Germanwings furent connues, la multitude d’hélicoptères de sauvetage engagés sauta aux yeux. Une DZ particulièrement conséquente fut installée à Seyne-les-Alpes dans les premières heures de l’après-midi de ce mardi 24 mars 2015 afin de soutenir les actions de sauvetage autours du site du crash. Des machines de toutes les couleurs, arborant la cocarde tricolore française s’y trouvaient.

Bien entendu les appareils les plus répandus furent les biturbines Eurocopter EC135 et EC145 de la Gendarmerie Nationale et de la Sécurité Civile qui permirent de déposer rapidement des sauveteurs mais également les gendarmes et experts aéronautique en charge des investigations au plus près du lieu où reposaient les débris de l’avion de ligne allemand.

Une partie des hélicoptères de sauvetage, au milieu des véhicules de soutien des pompiers français.
Une partie des hélicoptères de sauvetage, au milieu des véhicules de soutien des pompiers français.

L’Armée de l’Air a également participé à la hauteur des attentes avec bien entendu ses Eurocopter AS-555 Fennec mais également un Eurocopter AS-332 Super Puma. Ce dernier appareil fut en fait utilisé pour balader les personnalités au-dessus de la zone de crash.
Dans le même genre d’appareil un Eurocopter EC130 civil fut utilisé par les dirigeants d’Airbus Group pour se rendre sur la drop zone.

Mais alors pourquoi autant d’hélicoptères ?
Tout simplement parce que la zone où l’avion avait percuté le sol se trouvait à un peu plus de 1600 mètres d’altitude, trop haut pour les véhicules de gendarmerie et de sapeurs-pompiers y compris les puissants 4X4 des équipes de sauvetage en haute montagne.
Les gendarmes du PGHM et de la GTA furent donc les premiers passagers de ces appareils. Ils furent bientôt rejoints par les médecins légistes déployés de partout sur le territoire une fois l’issu macabre connue.

EC145 de la gendarmerie en stationnaire au-dessus de la zone du crash.
EC145 de la gendarmerie en stationnaire au-dessus de la zone du crash.

Ce sont notamment les hélicoptères de la Gendarmerie Nationale qui ont permis de rapporter rapidement la première boite noire, celle-ci même qui au Bourget entre les mains des enquêteurs du BEA permit enfin de connaître la vérité sur ce drame qui finalement n’avait rien d’un accident.

Le ballet des hélicoptères n’a néanmoins pas cessé depuis cette découverte, même si en fin de semaine le dispositif a été quelque peu allégé permettant à certains hélicoptères de la Sécurité Civile de rejoindre leurs bases d’affectation. Les appareils continuent de survoler la zone et d’hélitreuiller gendarmes et experts. Ce sont d’ailleurs eux qui doivent ramener dans la vallée les dépouilles des passagers et membres d’équipage afin que les spécialistes puissent les identifier avant de les rendre à leurs proches.

Aussi dramatique que soit ce fait divers il aura permis de mettre en lumière l’efficacité de la chaîne de commandement du sauvetage aéroporté français, y compris en haute montagne. Un exemple souligné par nombre de médias et de spécialistes dans le monde.

Cet article est avant-tout un hommage aux gendarmes, militaires, sapeurs-pompiers, et bénévoles engagés dans les opérations de sauvetage suite à ce crash. Leur abnégation sans faille ainsi que leur professionnalisme ont permis aux enquêteurs de faire rapidement la lumière sur ce drame hors norme.

Photos © Fédération Nationale des Sapeurs-Pompiers de France.

22 COMMENTAIRES

  1. Arrêter de qualifié de héros des hommes et des femmes qui font simplement leur travail , même si ils peut être dangereux , cette perte de repère qui qualifie tout et n’importe qui de héros ou de star et a vomir .

    • Quelle violence dans vos propos. Pourquoi « à vomir » ? Oui rechercher des corps disloqués et partiellement carbonisés ma chère Jade est pour moi héroïque tout comme le fait de piloter des hélicoptères dans un environnement aussi hostile que la haute montagne. Désolé que ce titre vous choque, mais ce n’est pas avec vos mots que je le changerais.
      Bien à vous. 🙂

    • Je suis moi meme sauveteur et ancien pilote d’avion. Votre commentaire, madame, démontre une grande méconnaissance de ce qu’implique ce genre d’opération.

      1. Pourquoi les pilotes devrait-ils etre félicité? Simple, le vol en montagne est, même par beau temps, un exercice des plus risqué car les condition y sont jamais stable. Rafale de vent frappant de toutes les directions, sans aucun avertissement, couvert nuageux arrivant d’ont ne sait ou et qui fait passé la visibilité de 10/10 a 1/10. Sans oublier la perte de portance causé pas l’altitude. Berf, pour plus de détails, plusieur site sont dispo.

      Les équipes au sol: Intervenir sur ce genre d’incident implique un manque d’oxygene due a l’altitude, donc une fatigue physique plus rapide, surtout pour ceux qui provienne de régions d’une altitude sous les 500m d’altitude. L’escarpement rend aussi tres difficile tout déplacement sur le site. En bref, c’est comme courir un marathon, mais en marchant que quelques centaine de metre.

      La ou c’est le plus difficile, et je peut le confirmer car je l’ai fait. Rammaser des corps, ou des partie de corps… Ont ne veut jamais avoir a faire cela. Ramasser un pied ici, une tete la, un torse plus loin ect… C’est quelque chose qui marque et pompier, policier et n’importe quel autre intervenant ne peuvent pas s’y habituer. Ce sont, comme vous et moi, des être humains, ils ont des familles, des amis, peut etre meme des enfants.

      Alors svp mme jade, avant de commenter un sujet, prenez les information sur ce qu’implique le dit travail. Et si vous etes capable de faire mieux que les intervenant sur place, et que tout vos connaissance aussi peuvent le faire, alors nous ne diront plus héro. Toutefois, je me permet de douter que cela soit possible.

      Dany H.
      Ex Premier répondant médical, Canada

    • Chère Jade:

      Habituellement discret ici, cette fois-ci la teneur de votre commentaire me fais réagir. Je ne serai pas impartial, car je suis moi-même gendarme en unité montagne ( près d’AURILLAC – Auvergne ) et totalisant 23 ans de service. Je suis également titulaire du brevet de pilote dit  » TT  » ( à l’époque ) et ai servi en BGTA ( Brigade de gendarmerie des Transports aériens ). Votre réaction particulièrement  » basique  » , pour ne pas dire autre chose, illustre l’état d’esprit actuel du français  » standard « , qui ne voit les CRS, policiers et gendarmes que sous le volet répressif, apte à maintenir les quotas de  » pêches  » aux bords des routes. Je tiens à vous rappeler que ce genre de boulot reste un métier « passion  » ( peut être comme le vôtre? ) ou un métier dédié aux services des autres. la volonté d’assistance aux victimes est intact, pour moi, après toutes ces années. Je vous sent particulièrement aigrie, Jade…. Un échec personnel? quelque chose vous manque? regardez ces gars qui se dépensent sans compter pour les victimes. Depuis toujours, tout petit, ils m’ont vendu du rêve, et j’ai voulu les rejoindre. Ouvrez votre esprit, quittez votre canapé et faites vous une bonne balade. Et lorsque un problème surviendra , ce que je ne vous souhaite pas plus à vous qu’à quiconque, dites vous qu’ après avoir composé le 15, 17, 18 ou 112, des hommes et des femmes se plieront en 4 pour vous. Bonne journée, Jade ! 😉

  2. je me permets de dire ce que font les sauveteurs de la gendarmerie nationale et tout les experts, avec
    les hélicoptéres dans un endroit très hostile pour une besogne très macabre de l’histoire de l’aviation
    tout mon profond respect!!!!!! ainsi que toute la sécurité civile héliportée.

  3. Bel hommage, mon frère étant pompier de Paris, je sais se que l’on doit à ces corps de métiers, et ramasser des corps déchiquetés n’ai pas à la porté de n’importe quel quidam. N’en déplaise à « JADE », oui ces gens sont des héros……. Sinon allez-y vous ramasser des bouts de chair humaine sous une rame de RER, ou sur un lieu de crash d’avion et on en reparlera….
    Sylvain

  4. J’aimerais simplement ajouter à ceci, la cohorte de gens simples, « de base » comme on dit dans l’armée, qui partout en France veillent 24/24 sur la sécurité de ces quidams inconscients, qui, parfois, sans vergogne ne tiennent aucunement compte de ce qu’on leur dit ou leur impose (réglements) et sont bien contents lorsque l’on vient les les tirer du mauvais pas où ils se sont volontairement mis et souvent au risque de mettre en danger la vie de leurs sauveteurs.
    Alors mesdames et messieurs de la gendarmerie, de la police, des pompiers, duSAMU, de la protection civile, les urgentistes etc…. chapeau bas et tout mon respect.
    A titre de conclusion je rappellerai cet auto collant que l’on trouvait sur certaines voitures aux USA dans les années 70:
    IF YOU DO NOT LIKE THE POLICE, NEXT TIME YOU NEED HELP CALL A HIPPIE (Si vous n’aimez pas la police, la prochaine fois où vous aurez besoin d’aide, appelez un hippie)

    Bonne journée

  5. Je viens de lire l’article, très complet comme souvent avec Arnaud et je ne comprends pas ce qui gene Jade. Je n’aimerai pas etre à la place des secouristes qui ramassent ses bouts de corps dans la nature. Je comprend donc qu’on les considere comme des heros.

  6. TOUT CES COMMENTAIRES NE M’EXPLIQUE PAS POURQUOI ALLEZ CHERCHER DES CORPS MÊME EN MORCEAUX EST UN ACTE HÉROÏQUE, c’est certainement pénible , mais ces tout ,surtout qu’ils n’y avait aucun dangers pour eux , OU ALORS LES VRAIS HÉROS COMME CEUX QUI SONT MONTER DANS LES WORLD TRADE CENTER EN METTANT LEUR VIE EN DANGERS SONT QUOI A VOTRE AVIS .
    Ce que je voulait dire , c’est l’absence de repère est occupé a miner le monde avec des héros a chaque intervention , même ceux sans dangers comme ce qui c’est fait sur l’avion .
    Les termes ( héros , hors norme , star, etc ) finisse par enlevé toutes valeur a ces noms balancé a longueurs de journées par les médias . Je pensait que le milieux de l’aviation était un peut plus raisonnable et intelligent , tant pis , cette dérive à l’américaine est préjudiciable au vrais actes héroïque

    • Simple, mois de 2% de la population mondial sont en mesure de ramasser des corps en morceau SANS devenir completement dépressif. LEs risque encourue a ramassé ces débris, tant humain que matériel sont plus nombreux et surtout beaucoup plus subtil que ceux d’un incendie, d’une fusillade ou d’une sauvetage nautique. Il y a les risque psychologique qui sont 100x plus élevé, biologique/bactériologique car un cadavre c’est un vrai réservoir de maladie et terreau de developpement de maladie GRAVE. Il y a les risque de blessures, tans a cause du terrait que des débris (piece de metal, os ect).

      Pour ton info, un secouriste se coupe avec un débris, il a 85% de subir un infection grave, de cette infection, entre 30 et 65% de chance de déces vu la difficulté d’acces pour le secourir rapidement. Pire, il recoit une giclé de liquide biologique au visage et dans une plaie, le risque d’infection non seulement va augmenter mais ils y a aussi les maladies.

      En moyenne, ont calcule que sur une intervention de ce genre, 3.25% a 9.35% auront une mort prématuré causé par: 1. blessures psychologique, 2. maladie/infection. La moyenne chez un policier qui ne fait pas face a une catastrophe de ce genre est de moins de 0.5%, 0.94% pour les pompiers.

      Un acte héroique est un acte commis dans des circonstances exceptionnel, pas besoin d’avoir des bombe qui éclate partout ni de tour qui s’effondre.

      En passant: Ceux qui sont monté dans les tours ne sont pas vu comme héro pas les secouriste mais comme martyr. Différence: Le héro prendra des risque RAISONNABLE pour sauver un maximum de vie, et prendra tout les moyen pour préservé la sienne.

      Martyr: mort en vain pour un idéologie. Oui les pompiers de new york qui sont entrer dans les tour AVANT l’effondrement ont fait preuve de courage, mais la regle numéros 1 du service d’urgence est de ne JAMAIS se mettre en danger SANS avoir la certitude que l’ont peut sauver plus de vie que celle de secouriste perdu. Plusieurs rapport d’enquetes confirme que les gars savait que ca allait tomber 18 minutes AVANT.

    • Vous savez quoi ma chère Jade, vous avez raison, ce ne sont pas des héros, vous par contre vous êtes une véritable héroïne, une héroïne de la mauvaise foi. Quand à votre conclusion sur le « milieu de l’aviation », je ne la comprends pas. Bien à vous madame.

  7. Personne qui se distingue par sa bravoure, ses mérites exceptionnels, etc. : Des soldats morts en héros.
    Principal personnage d’une œuvre littéraire, dramatique, cinématographique : Les héroïnes de Racine.
    Personne à qui est arrivée une aventure, qui a joué le principal rôle dans une certaine situation.
    Relisez le Larousse .

    • Un mort n’est pas un HÉRO pour un secouriste, c’est une gaspille. Un soldat tombe au champs d’honneur, ou revient en héro, il ne meurt pas en héro. Un pompier meut en service, mais pas en héro. Hormis quelques RARES exception, si tu meurt, ont ne te verra pas comme un héro au sens de glorieux et tout ce que tu avance. Ont te rendra tout les respect et les honneurs, mais nous savons que le vrai héro sait revenir vivant.

      • Donc René Pomier-Layrargues, aviateur français de la seconde guerre mondiale qui, lorsque son escadrille a été prise par surprise par celle de Mölders (meilleur as allemand de l’époque), fait face, abat Mölders et un de ses ailiers avant d’être pris en chasse par plus d’une demi douzaine de BF 109 n’est pas mort en héros pour la simple raison qu’il est mort?
        Le capitaine (dont je ne me souviens plus le nom, ce sont de lointains souvenirs de la BD historique de la Bataille de France de biggles que je lisais enfant) qui, l’avion touché, choisit de se sacrifier sur une batterie de DCA allemande pour laisser une chance à ses ailiers n’est pas mort en héros non plus?
        Les sapeurs de Napoléon qui plongent dans les eaux glacées de la Bérézina en plein hiver, Maréchal en tête, pour construire les ponts et permettre aux autres de passer, n’étaient-ils pas des héros? Pourtant ils l’ont fait à grand risque, et beaucoup sont morts, fauchés par les blocs de glace à la dérive, entre autres.

        Votre propension à employer des mots forts pour vous extirper tant bien que mal de la monotonie quotidienne m’agace, moi aussi. Et je soutiens Jade dans ce qu’elle dit, qui n’a par ailleurs pas grand chose d’aigri, contrairement aux commentaires virulents qui l’attaquent.

        Je respecte les hommes de la Gendarmerie et de toutes les forces engagées bien évidemment. Je souhaite par ailleurs moi même devenir militaire. Mais, et ça m’est confirmé par l’un des responsables de la gendarmerie présent sur place et suffisamment pertinent pour être interviewé par les journalistes TV, que je connais, c’est leur métier. Ils l’ont choisi, il n’est pas drôle ni simple, mais c’est leur métier.

        • tu l’a dit, mort c’est brave, mais si vraiment tu est un héro, tu revient vivant (bien sur il y a des exceptions, mais je par le de regle générale)

          Souvent ceux qui pleure quand ont utilise ce terme, le font par jalousie, ou par pur méchanceté.

          Il faut comprendre que la signification d’un mots varie selon le lieux, l’époque et les coutumes local. Héro n’est pas un mot a définir de maniere inflexible, mais bien une appréciation personnelle de la personne qui emploi ce mot.

          Pour un soldat canadien en afghanistan, les chien militaire et les hélico sont souvent leurs héros, pour celui pris dans un incendie, si petit soit il, ce sera le pompier.

          Alors pour moi, piquer une crise pour l’utilisation d’une simple mots démontre soit une grande jalousie, soit de la méchanceté, soit une complete ignorance du sujet.

        • Pierre, je suis d’accord sur pas mal de choses avec vous ( première partie ). Cependant son agressivité gratuite et injustifiée ( de Jade ) me rappelle ce que je rencontre au quotidien. Vous le verrez si vous êtes militaire ou, peut-être, gendarme, nous sommes le reflet exact de la société. vous croiserez d’invraisemblable ronds de cuir, des fainéants, et incompétents. vous pouvez choisir ce métier….Et minimiser les risques ( concernant la Gendarmerie, moins l’armée traditionnelle ). personne ne m’a botté le c… pour y entrer ! mais je sais jusqu’où j’irai pour l’autre et le pays. Je vous prie de croire que c’est assez loin. Je ne cherche pas de médailles ou d’appellation héroïque, je m’en tape réellement. Mais les propos injurieux à notre encontre appellent à une réponse, et ce comportement rappelle celui d’un compagnon d’une ex-ministre, gaucho attardé, qui injuria un certain 14 juillet notre armée. Cautionner des personnes comme Jade est un soutien à l’irrespect.
          Bien à vous, et bonne chance pour votre candidature, Pierre.
          Arnaud, comme d’habitude, excellent article et plaisir permanent à vous lire.

    • Bon, ben là c’est clair, Jade: J’ai prêté assistance à une personne suicidaire, et j’ai eu tout plein d’aventures en outre-mer ( et pas qu’au bar de la plage ).

      Donc je suis un héros.

      Merci, merci, vous pouvez tous rester assis.

      :))))))))))))))))))))))))))))))))

    • Eh bien parfait : les sauveteurs de ce crash se distinguent par leur bravoure, leurs mérites exceptionnels, ce sont donc des héros, au sens propre du terme.

Laisser un commentaire