Rafale M et Super Étendard Modernisés en action contre Daech

Rafale M et Super Étendard Modernisés en action contre Daech

L’arrivée du porte-avions français dans le Golfe a été salué par la majorité des médias hexagonaux, mais désormais c’est dans un quasi total anonymat que nos marins réalisent leurs missions quotidiennes. Les pilotes de l’Aviation Navale sont engagés chaque jour pour des missions de reconnaissance et de combat contre les forces armées du groupe terroriste Daech. Sur le pont du Charles-de-Gaulle les rotations s’enchaînent.

Si les Super Étendard Modernisés réalisent en priorité des missions d’appui aérien rapproché et de destruction de cibles peu protégées les Rafale M de leurs côtés mènent des missions très variées. À l’instar des avions de combat de l’Armée de l’Air les biréacteurs embarqués sont employés principalement pour la reconnaissance armée et l’attaque de cibles d’opportunité. Ils peuvent également assuré des missions de défense aérienne au profit des forces internationales, reconnaissons-le pas les plus dangereuses, vu l’inexistence totale d’aviation de combat djihadiste. Cependant chaque mission compte.

Armement Air Sol Modulaire et bombes à guidage laser GBU-12 et GBU-49 sont donc quotidiennement installés sous les ailes des avions français. Il est à noter que cette dernière arme n’est employé en opération dans la Marine que par les pilotes de Super Étendard Modernisés. S’articulant autour du corps d’une bombe lisse de 227kg elle a une précision décimétrique.
Elle peut aussi avoir un guidage GPS et/ou inertiel.

Les pilotes de la Marine Nationale ont notamment participé à une opération récente visant à la destruction d’un site terroriste visant à l’entraînement des forces et aux communications. Il semblerait qu’un atelier de fabrication de bombes artisanales s’y trouvait aussi. Plusieurs armements de précision ont été tirés.
Plusieurs cibles d’opportunité ont été détruite depuis l’arrivée de nos marins dans la région, ils sont le fait des pilotes de Rafale M.

Les deux types de chasseurs embarqués français. Tous deux sont activement engagés dans la guerre contre les terroristes pseudo-religieux de Daech.
Les deux types de chasseurs embarqués français. Tous deux sont activement engagés dans la guerre contre Daech.

Pourtant les missions des équipages de l’Armée de l’Air ne s’arrêtent pas pour autant, Rafale B & C et Mirage 2000D continuent de réaliser eux aussi leurs vols quotidiens au-dessus du territoire irakien, renseignant l’armée et lui apportant un appui non négligeable.

Photos © Marine Nationale.

5 COMMENTAIRES

  1. On largue des bombes US alors que Sagem est en passe de fermer son usine fabriquant le AASM faute de commandes… Je sais qu’il est plus cher que les kits US. Mais tout de même vu le nombre de munitions utilisées ne serait-il pas plus souhaitable d’adopter la « marinière attitude » ?

    En tout cas je salue le super boulot de nos soldats, de tous grades et de toutes armes.
    Cordialement
    Ricko

    • 22 000$ pour le kit GBU-12 contre 164 000€ pour un AASM, c’est tout de même 10 fois plus cher !

      Et sur un théâtre d’opérations « asymétrique » tel que celui-ci, pour bousiller quelques tranchées / pick-ups / bâtiments lambda, je ne blâme pas nos forces d’utiliser des kits US bien meilleur marché, le budget de la défense étant déjà bien assez étriqué comme cela.

      L’accent devrait plutôt être mis sur la création d’un kit de guidage européen meilleur marché, à l’instar de ce qui se fait en ce moment sur les hélicos avec les roquettes à guidage laser (bien plus économiques que les missiles Hellfire / Brimstone pour l’appui-feu).

Laisser un commentaire