Un monomoteur Jodel D140 sur une piste… de ski !

Un monomoteur Jodel D140 sur une piste… de ski !

MaJ suite aux informations fournies par Adam SHAW, pilote de voltige et créateur de la patrouille Captens

« il semblerait que l’avion n’ait jamais pu décoller. Il est resté au sol, il a dû effectuer un virage mais on ne sait pas pour quelle raison. Ensuite, il a dévié sur la piste qui se trouve à 300 mètres ». Les traces observées sur la piste de ski montrent « qu’il est arrivé en roulant et avant de s’immobiliser il est passé sous le télésiège du Proclou”. Stéphane Lerendu, directeur de l’office du tourisme de la station

Selon les documents du BEA (Bureau Enquêtes et Analyses) : « Lors de la mise en puissance au décollage, l’avion glisse dans un dévers et pénètre dans un domaine skiable, heurtant une skieuse »


 

Comme le chantait si bien Jean Ferrat : « Pourtant que la montagne est belle ». Eh bien ce jeudi 13 mars elle a failli devenir la scène d’un drame. Un avion de tourisme Jodel D.140 a du réaliser un atterrissage en urgence sur une piste de ski de la station d’Avoriaz, blessant grièvement au passage une vacancière. Malgré cela on peut considérer que le pilote a réaliser un véritable exploit.

En effet il a réussi à faire passer son avion sous les télésièges et leurs câbles, à éviter un bosquet de sapins, et même un groupe d’enfants en classe de neige. Cependant il n’a pas pu empêcher la collision avec une skieuse polonaise de 55 ans. Celle-ci a été grièvement blessé à l’avant-bras et à la main après avoir percutée l’avant du D.140 Mousquetaire. Sous le choc sa main a été quasi intégralement amputée.
La victime a été évacuée par hélicoptère vers un centre hospitalier spécialisé dans les polytraumatismes.

On ignore encore les raisons de cet atterrissage en urgence. Tout juste sait-on que le pilote, particulièrement habile, était confirmé pour les atterrissages sur altiport. Il est d’ailleurs vu ci-dessus en 2011 à Courchevel lors d’une fête aérienne.
Les investigations ont été confiées par le parquet aux enquêteurs de la Gendarmerie des Transports Aériens.

Cet incident risque bien de relancer le vieux débat sur l’interdiction de survol des pistes de ski en période hivernale par les avions de tourisme, les planeurs, et les ULM. Une interdiction qui serait synonyme à moyen terme de fermeture définitive des altiports, la saison estivale ne pouvant pas combler le manque à gagner de l’hiver.

Photo © DGAC

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

4 COMMENTAIRES

  1. Exploit? Le F-PIL n’avait jamais quitte le sol, juste interrompu son décollage… en prenant la pire option, celle de s’engager parmi des skieurs, alors qu’un dégagement a droite était tout a fait possible… mais qui risquer « casser du bois. » Bon réglage carbu et richesse? Bonne sélection magneto? Bonne appreciation du vent, de la température et de la glisse? Les vraies pannes moteurs sur Lyco 180 HP sont extrêmement rares. Signe A.Shaw/ Montagne/Voltige + de 5670 HDV dont plus de 4.500 avec des Lycoming.

    • Ces bizarre quand tu dis qu’il a jamais quitté le sol. France 3 et Europe 1 disent le contraire, ils disent bien que l’avion était en vol.
      Par contre aucun journaliste n’a parlé d’un Jodel D-140, vous êtes les premiers sur ce site à dire quelle avion ces.

  2. Le sarcasme n’a pas de place dans les REX, Monsieur ( courageusement anonyme). Si ce site permettait de joindre une photo, le choix de dégagement an cas de décollage interrompu tout droit ou vers la droite a Avoriaz serait illustré. Pour le reste (magnétos carbu, richesse, glisse, vent) ce n’est que du B-A-BA… parfois oublié (je en dit pas que ce fut le cas du F-PIL) et donc utile a remettre en mémoire.

Laisser un commentaire