L’Aviation Royale Canadienne célèbre à sa manière la Bataille d’Angleterre

L’Aviation Royale Canadienne célèbre à sa manière la Bataille d’Angleterre

Depuis le 27 mars dernier un chasseur-bombardier biréacteur CF-188 Hornet de l’Aviation Royale Canadienne vole avec de surprenantes peintures. Fini le terne et morne gris uniforme, vive la couleur et le camouflage deux tons de brun, l’avion de combat canadien a adopté une livrée spéciale célébrant le soixante-quinzième anniversaire de la Bataille d’Angleterre. Il faut dire que nos amis canadiens avaient eux aussi participé à cette importante page de la Seconde Guerre Mondiale.

Détail d'un des deux empennages de l'avion.
Détail d’un des deux empennages de l’avion.

Pour l’occasion le Hornet canadien a donc été repeint dans des couleurs qui rappellent fortement celles portées par les Hawker Hurricane que la Royal Air Force alignait à l’été 1940 face à la Luftwaffe.
Le moins qu’on puisse dire c’est que les mécanos canadiens se sont éclatés. Tout y est, de Winston Churchill, aux avions de l’époque (britanniques autant qu’allemands) ou encore le blitz au-dessus de Londres. Et bien sûr les pilotes canadiens, avec entre autre le portrait du Squadron Leader McGregor.
Ces commémorations de la Bataille d’Angleterre, première grande bataille aérienne de l’Histoire, sont importantes dans un monde où l’on a trop facilement tendance à oublier notre passé pour mieux reproduire ses erreurs.

C’est aussi l’occasion de rappeler que des pilotes venant de toutes les anciennes colonies britanniques étaient venus se battre dans les cieux anglais contre la chasse allemande à ce fameux été 1940, quelques semaines seulement après la capitulation de la France face aux armées allemandes. Des pilotes américains, australiens, canadiens, néo-zélandais, sud-africains, mais aussi français et polonais avaient rejoints les rangs de cette RAF qui n’était pas encore entrée dans la légende.

Vue du dessus la livrée spéciale éclate encore mieux.
Vue du dessus la livrée spéciale éclate encore mieux.

Les enseignements tirés de cette Bataille d’Angleterre furent importants pour la reconquête de l’Europe, et notamment de notre France et l’annihilation du nazisme. Une fois encore les pilotes de chasse et les équipages de bombardiers étaient en première ligne.

Espérons que l’Armée de l’Air saura en faire autant…

Photos © Aviation Royale Canadienne.

 

5 COMMENTAIRES

  1. « la capitulation de la France  » ???
    Vous vouliez certainement parler de l’armistice du 22 juin 1940 ?
    C’est précisément le refus de Weygand de faire capituler l’armée (comme aux Pays-Bas) qui a provoqué la chute du gouvernement Reynaud.
    Armée de l’Air saura en faire autant… : certes mais pour quelle commémoration ? Les Fafl et Koufra ou Bir-Hakeim ? Un Rafale avec une déco de Blenheim ou de Hurricane, ça aurait de la gueule…
    Surtout qu’un Rafale couleur sable/ocre… ça serait aussi d’actualité 😉 !

  2. Vous parlez des Hurricane mais pas des Spitfire, pourtant c’est le Spitfire le chasseur de la bataille d’angleterre. Vous le saviez pas ?

    • En fait désolé de casser un mythe mais le Spitfire n’a eu qu’un impact marginal sur la Bataille d’Angleterre. Le gros des missions de défense aérienne britannique a été réalisé par les Hurricane et quelques chasseurs bimoteurs.

  3. Sans m’avancer trop, je pense qu’ils doivent être au courant… 😉 !
    Ceci dit, si on parle du nombre d’exemplaires et de squadrons, c’est le Hurricane, le chasseur de 1940, pas le Spitfire, qui a fait quand même la différence et la supériorité (ou l’égalité) avec le Me-109 E.

  4. Selon ma compréhension, c’est l’équipe Hurricane/Spitfire qui a fait la différence. les Spitfire s’attaquaient surtout aux Me-109 alors que les appareils Hurricane, disponibles en bien plus grand nombre, s’attaquaient aux autres avions allemands. Dans l’imaginaire populaire, la vedette de la bataille d’Angleterre demeure le Spitfire, mais dans les faits les Hurricane ont joué un rôle tout aussi important, si non plus.

Laisser un commentaire