La DGA réalise le premier tir guidé d’un missile Meteor depuis un...

La DGA réalise le premier tir guidé d’un missile Meteor depuis un Rafale

C’est un petit évènement qui s’est déroulé ce mardi 28 avril 2015 au-dessus du site de la DGA Essais en vol de Biscarrosse dans les Landes. Un équipage du CEAM a réalisé le premier tir guidé d’un missile air-air Meteor depuis un Rafale B. Pour mémoire cette arme a été conçu et est fabriqué par le missilier européen MBDA.

Destiné à équiper à terme les Dassault Rafale de l’Armée de l’Air et de la Marine Nationale le MBDA Meteor permettra d’augmenter les capacités d’interception du chasseur omnirôle français. Si on en croit le ministère de la défense cette arme devrait permettre d’abattre un avion ennemi évoluant à une altitude de trois mille mètres et à cent kilomètres de distance. Une capacité bien supérieure à celle des actuels Mica employés par nos Rafale et par les Mirage 2000-5F : ceux ci sont en effet « limité » à une distance d’environ soixante kilomètres.

Le Meteor guidé vient d'être tiré.
Le Meteor guidé vient d’être tiré.

Le Meteor se guide grâce au radar RBE2 du Rafale. D’une longueur de 3.65 mètres et d’une masse de 185 kg ce missile air-air est propulsé par un statoréacteur, le même type de propulseur que les missiles nucléaires ASMP-A également emportés par le Rafale.
Véritable arme européenne le Meteor doit à l’horizon 2018-2020 la Royal Air Force, la Luftwaffe, et l’Ejercito del Aires. Il faut dire qu’en décembre 2014 des essais similaires ont eu lieu sur Eurofighter Typhoon britannique. En outre le missile devra aussi armer les Saab Gripen suédois et thaïlandais.

La future intégration du Meteor dans les rangs des forces européennes sera sans aucun doute un coup dur porté aux missiliers américains, et notamment à Raytheon et son AIM-120 AMRAAM.
Surtout cette arme permettra de donner de nouvelles capacités air-air au Rafale. Un avion qui demeure, on l’avait un peu oublié après les séries de frappes aériennes contre les forces libyennes ou les terroristes de Daech, un excellent chasseur et le principal défenseur des cieux français.

Photos © Armée de l’Air.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

8 COMMENTAIRES

    • C’est la date annoncée par MBDA, même si ça me semble bien rapide quand on connait le penchant ultra procédurier des Français.

  1. Je trouve ça marrant on donne toujours les capacités du météor dans les meilleurs circonstances alors que le mica c’est toujours dans les pires. Je m’explique un missile a une portée plus ou moins longue en fonction de la hauteur de l’avion porteur et du vecteur de l’avion cible et de sa vitesse. Or les 60km du mica c’est lorsque la cible s’éloigne donc en poursuite, elle passe a 80km en mode interception (l’avion de rapproche). Mais quand on parle des 120 km du météor là c’est en rapprochement. Pourquoi ce comparatif inégal ? Le mica restera l’arme princale de l’ada car il est moins cher, parce que le météor ne sera utilisé que pour les cibles à haute valeur (awacs tanker…) et enfin le mica a une qualité unique : c’est un missile ir et em modulable. Pas moyen de faire la différence pour l’avion cible (sauf activation précoce de l’autodirecteur em) il est alors quasi impossible de lacher des contres mesures pour les deux types de missiles en même temps.
    Enfin je ne comprends l’intérêt d’un tel missile a l’heure de la furtivivité toute puissante. Les distances de combats se réduisent et on augmente la portée de nos missiles …

    • La furtivité c’est du flan, les radars modernes détectent les avions furtifs sans trop de difficultés. De plus seul le F22 est furtif sur toute sa surface. Les autres ne le sont que sur le ventre et le nez la plupart du temps.
      Tant que les avions sont protégés par le radar de l’AWACS ou une centrale terrestre, alors ils ne se feront pas surprendre par l’arrivée de chasseurs furtifs.
      De plus un missile d’interception est indispensable pour un appareil qu’on qualifie d’omnirôle. Et j’ajouterai que pour le moment aucune nation potentiellement susceptible de nous attaquer ne dispose de chasseurs furtifs prêts au combat, ni de chasseurs suffisamment rapides pour fuir le missile, ce qui signifie que même si le missile est esquivé, le rafale a le temps de se rapprocher afin d’engager un combat rapproché aux missiles ou au canon.

      • 1) « la futilité c’est du flan », c’est ce que j’entendais en disant « la toute puissante furtivité ».
        2) Missile d’interception le mica à une allonge de 80km quand le record du monde opérationnel c’est 50km…
        3) Le météor (en france) est réservé aux cibles à grande valeurs Awacs et tanker, pour ca il existe des missiles avec une portée de 400 km aux USA et en Russie. Ils coutent beaucoup moins chers, ils ont pas besoin d’être très manoeuvrant ou d’être très rapide …
        4) Ca reste très bien d’avoir ce missile, je pense simple que l’urgence est ailleurs, des munitions à bas cout pour les toyotas de daesh par exemple.

  2. Ce que je trouve intéressant avec ce missile, c’est l’aspect Européen, il y a un côté indépendance qui me plaît beaucoup. Pour le reste, performances etc…. seul une utilisation (plus qu’improbable) réelle permettra de juger de son efficacité.
    D’ailleurs je serai curieux (si quelqu’un avait la réponse??), de savoir combien de fois son concurrent US, l’AMRAAM a été tiré en situation de combat réel??

    • Je connais huit ou neufs cas réels de tir de l’AIM-120 AMRAAM, le premier étant je crois un MiG-25 irakien descendu par un F-16 américain fin 1992 au moment de la zone d’interdiction établie par l’ONU sur une partie du territoire du pays. En 93 ou 94 l’USAF a dû descendre un Jastreb serbe par un tir d’AIM-120 depuis un F-15. On remarquera qu’un simple tir canon aurait largement fait l’affaire. Mais c’est surtout en 1999 durant la campagne au Kosovo que les Américains s’y sont illustré avec leur missile. Il s’en sont servi pour détruire quatre ou cinq jets serbes dont au moins quatre MiG-29. Il faut d’ailleurs se souvenir que c’est à cette occasion qu’un MiG-29 fut abattu par un F-16MLU néerlandais, là aussi au AMRAAM.
      Plus près de nous je crois qu’un F/A-18 de l’US Navy a revendiqué en 2011 un MiG-23 libyen abattu lui aussi au AMRAAM, mais sans confirmation officielle.

Laisser un commentaire