Les pilotes de transport européens s’entraînent à Orléans

Les pilotes de transport européens s’entraînent à Orléans

Voilà un exercice pour les amateurs d’avions cargos à turbopropulsion. Du 18 au 29 mai 2015 les pilotes de cinq pays européens participent actuellement à un exercice conjoint leur permettant de se qualifier en tant que leader dans le cadre du programme EAATTC.
L’EAATTC (pour European Advanced Airlift Tactics Training Course) permet en effet de mettre en commun les moyens de projection de forces des pays européens. C’est un des éléments fondateur de la future Europe de défense.

Ainsi ce sont deux Transall, l’un allemand et l’autre français, mais aussi trois Hercules, respectivement belges, français, et italiens qui s’entraînent donc aux opérations logistiques. Pour cela l’EAATTC s’appuie sur le concours de troupes aéroportées françaises qui se mettent au service de l’exercice. Pour elles aussi cela est bénéfique elles peuvent ainsi peaufiner leurs méthodes de travail avec des pilotes et équipages étrangers, et notamment non francophone.

Des instructeurs de l’EAATTC observent et commentent l’action de chaque équipage.
Pour cela ils ont à leurs dispositions les installations de la Base Aérienne 123 d’Orléans Bricy. Celle-ci abrite une partie de la flotte de projection française, dont les puissants A400M Atlas européens, récemment entrés en service dans l’Armée de l’Air. Les six avions engagés dans cette série d’exercices volent quotidiennement.

Transall allemands et français participant à l'EAATTC. Remarquez le Noratlas préservé en lisière de piste.
Transall allemands et français participant à l’EAATTC. Remarquez le Noratlas préservé en lisière de piste.
À terme les équipages qualifiés pourront servir au profit des pays participant à l’EAATTC, que ce soit sur des théâtres d’opérations extérieures ou simplement pour des vols domestiques. Cette mutualisation des moyens de projection permet entre autre de mieux étaler les flottes et de prévenir les usures intempestives du matériel.

Photos © Armée de l’Air.

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire