L’US Army réduit la voilure en Allemagne

L’US Army réduit la voilure en Allemagne

Voilà une annonce qui ne fait pas que des heureux aux États-Unis. Le Department of Defense a décidé d’alléger le dispositif permanent de l’US Army en Allemagne, impactant au passage le nombre d’hélicoptères au sein de la 12th Combat Aviation Brigade. C’est ainsi que les forces terrestres américaines vont perdre un total de soixante-six appareils.

Le Blackhawk, la cheville ouvrière de l'US Army en Allemagne.
Le Blackhawk, la cheville ouvrière de l’US Army en Allemagne.

Ainsi ce sont vingt-quatre hélicoptères de combat, des McDonnell Douglas AH-64 Apache, et quarante-deux hélicoptères d’assaut et de transport qui vont quitter le territoire allemand et rejoindre prochainement les stocks de l’armée américaine. Concernant cette dernière catégorie d’hélicoptères le retrait s’appliquera à trois Boeing-Vertol CH-47F Chinook et à trente-neuf Sikorsky UH-60 Blackhawk, dont neuf machines d’évacuation sanitaire. En outre l’US Army in Europe a prévu que le retrait définitif prochain des Bell OH-58D Kiowa Warrior impliquerait un redéploiement des Apache en Europe.
Et c’est là que le bas blesse. Si il semble bien que les hélicoptères pourraient être remplacé au nombre près ils ne seront pas prélevés au sein des forces « européennes », mais bel et bien au sein des unités métropolitaines américaines.

Pis c’est l’US Army National Guard qui devra fournir les appareils. Il semble d’ailleurs que ces Apaches soient récupérés au sein du 1-151st Aviation Battalion et/ou du 1-183rd Aviation Battalion sises respectivement en Caroline du sud et dans l’Idaho.
Alors pourquoi ces deux unités ? Simplement parce que l’état major américain prévoit de remplacer les Apache prélevés par des Blackhawk. Hors ces deux unités sont mixtes Apache / Blackhawk et disposent d’AH-64D Apache récemment modernisés pour les missions de reconnaissance de nuit.
Cette fin annoncée de la mission Apache en Caroline du sud et dans l’Idaho ne ravit pas les équipages des hélicoptères de combat qui se voient mal transformés sur hélicoptères d’assaut et de transport. Forcément c’est moins sexy.

Par contre on peut s’étonner du fait que ce retrait progressif et le redéploiement consécutif ne concerne aucun avion de l’US Army dans la région. Hors cette arme américaine possède plusieurs avions de liaisons et de transport rapide Beechcraft C-12 Huron et Cessna UC-35 Citation basés en Allemagne. Sans compter les avions de reconnaissance et d’interception des émissions ennemis, qui eux aussi sont basés en Europe.
Bon concernant ces derniers peu de risque que le Pentagone n’y touche, ils sont assurés de continuer à voler tant que des intérêts américains pourraient être en péril sur le Vieux Continent.

Image typique de l'US Army in Europe : un Apache "en appui" d'un exercice terrestre.
Image typique de l’US Army in Europe : un Apache « en appui » d’un exercice terrestre.

Il est original de voir que cette annonce a été faite le 29 avril 2015, soit un peu plus d’une semaine avant les commémorations du 8 mai 1945. Une date qui scelle la création de l’US Army in Europe, d’abord comme force d’occupation de l’Allemagne post-nazie puis comme rempart terrestre et aéroterrestre face à la montée du péril communiste. Soixante-dix ans après la chute du régime hitlérien et vingt-cinq ans après la désagrégation de l’URSS il est en effet peut être temps pour l’Amérique de revoir sa copie en Allemagne.

Photos © US Army.

1 COMMENTAIRE

  1. Il rester 48 Apache en Europe. La moitié d’un coup rayé des effectifs, même s’il y a des rotations, cela diminue beaucoup la puissance de feu de l’US Army Aviation.

Laisser un commentaire