Un Écureuil de la Gendarmerie Nationale intercepte cinq chauffards britanniques

Un Écureuil de la Gendarmerie Nationale intercepte cinq chauffards britanniques

C’est devenue une mode chez les jeunes huppés de la jet-set britannique : ils confondent les autoroutes françaises avec des circuits. Pis ils s’en servent pour lancer des bolides puissants sans aucun respect pour les règles du code de la route ou pour les autres usagers. Face à ces canon-ball la Gendarmerie Nationale n’a pas d’autre choix que de faire appel à ses hélicoptères. C’est ce qui s’est passé dans le département des Landes ce vendredi 8 mai 2015 en après-midi.

Alors qu’il circulait en famille sur l’autoroute A63 qui relie Bordeaux à la frontière espagnol un sous-officier de gendarmerie hors service a été doublé, dans le sens nord-sud, par cinq gros bolides sportifs immatriculés au Royaume-Uni. Immédiatement l’automobiliste en a avisé ses collègues autoroutiers.
Conscients du danger, et malgré le déploiement d’une des puissantes Renault Mégane RS d’interception les gendarmes décident d’alerter l’hélicoptère AS-350B Écureuil basé à Bayonne.

Arrivé à la verticale des cinq bolides le pilote identifie des véhicules de luxe dont une Lamborghini, deux Porsche, et une Audi. Les cinq voitures de sport slaloment entre les véhicules, à grande vitesse sans se soucier des autres.
Immédiatement, du ciel l’équipage de l’hélicoptère coordonne la mise en place d’un barrage destiné à immobiliser les chauffards. Plusieurs véhicules de gendarmerie sont nécessaires.

C’est au péage de Biarritz que les cinq pseudo-pilotes ont été appréhendés par la Gendarmerie Nationale. L’amende risque bien d’être salée, sans compter les poursuites pénales éventuelles.

Surtout ce fait divers prouve bien que le duo Mégane RS d’interception et Écureuil permet à nos gendarmes de mettre fin aux courses de ces bolides aux pilotes inconscients. Heureusement c’était un canon-ball et non un go-fast. Les gendarmes n’ont pas eu à se montrer menaçants face à ces délinquants de la route. Bon et puis généralement les go-fast roulent sur l’A-63 dans l’autre sens.

Photo © Olivier Cabaret.

8 COMMENTAIRES

    • Malheureusement on ne peut pas leur retirer leur permis, Britanniques et Français n’ont jamais réussi à s’entendre sur la question de la réciprocité entre les deux codes de la route. Néanmoins je crois savoir que désormais le procureur de la république peut ordonner soit la confiscation du véhicule soit une amende proprement exorbitante.

  1. Le problème c’est qu’ils s’en vantent ouvertement . La BBC ne manque pas de montrer ces pratiques dans des émissions automobile en faisant passer les gendarmes français pour des « stupid french frog », véridique ( defois je me dit qu’ont est vraiment un peuple tolerant ) . En attendant il y’a eu des morts durant ces nombreux canon-ball, notament un couple de personne agé . Le probleme c’est que ces conducteurs étrangers très fortuné comme toujours n’ont pas les mêmes sanctions que les conducteurs français et connaissent bien la faille du système .

    Bravo aux gendarmes , en espérant que la sanction suive !

    • Ce cas ne peut se produire en Amérique du Nord. Lorsque certaines de ces infractions sont commises dans une province canadienne (Ontario) ou dans un État américain (Maine, New-York) avec lesquels le Québec a conclu une entente de réciprocité, la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) en est informée. Elle traite alors votre dossier comme si ces infractions avaient été commises au Québec.

  2. C’est bien comme système et c’est juste . En europe ont arrive pas à s’entendre . Si un chauffard non-français se fait prendre, il devra juste payer 90 euros . Souvent ces chauffards ont déjà l’argent prêt à être donné pour repartir immédiatement continuer la course . Cette amende n’a aucun effet car ils sont trés riches . Ca ne concerne pas les millions de conducteurs étrangers qui respectent trés bien la legislation .

Laisser un commentaire