L’aviation de combat ukrainienne de nouveau en état d’alerte

L’aviation de combat ukrainienne de nouveau en état d’alerte

Alors que les diplomaties allemandes, françaises, russes et ukrainiennes sont réunies à Paris pour tenter une énième conciliation entre les différents belligérants, la tension ne semble pas redescendre dans l’est de l’Ukraine. Du fait de violences et d’accrochages armés renouvelés les forces ukrainiennes ont cru bon depuis ce mardi 23 juin 2015 de placer de nouveau leurs éléments aériens en alerte au niveau maximal. C’est notamment le cas des avions de combat MiG-29 et Su-27 qui assurent la défense aérienne du pays.

En fait les pilotes de combat ukrainiens ont reçu l’ordre formel de ne pas engager leurs aéronefs dans des missions d’appui aérien au profit des forces loyalistes gouvernementales. Les Su-24 et Su-25 sont donc cloués au sol. Il ne s’agit pas d’une décision prise afin de renforcer les positions des sécessionnistes pro-russes mais plutôt d’encourager une action de baisse des intentions guerrières de la part des deux camps.
Les avions de combat ukrainiens qui prennent donc les airs sont majoritairement des chasseurs et des intercepteurs ayant pour rôle de garantir la souveraineté des cieux ukrainiens.

C’est aussi un message clair envoyé à Moscou. Kiev vise désormais la désescalade dans ce conflit armé.
Pour autant le gouvernement ukrainien tient à conserver la totale maîtrise de son espace aérien, et ce malgré ses fréquentes violations par l’aviation stratégique russe. La paix oui, mais pas à n’importe quel prix.

Remise en condition locale de Su-27 ukrainiens.
Remise en condition locale de Su-27 ukrainiens.

On pourrait aisément se demander si la chasse ukrainienne n’est pas un géant aux pieds d’argile puisque l’intégralité de ses avions de combat est originaire de Russie ou d’ex-URSS. En fait non pas tant que ça.
Bien entendu pour l’instant le gouvernement de Kiev ne peut commander aucun nouveaux chasseurs à son puissant voisin, mais il peut parfaitement faire entretenir les avions qu’il a en dotation dans les ateliers militaires et les usines du constructeur national Antonov.
Ce dernier, généralement spécialisé dans les avions de transport s’est peu à peu mué, depuis le début de la crise russo-ukrainienne, en sous-traitant des forces de défense locales pour l’entretien de leurs avions. Une nouvelle corde ajoutée à l’arc de l’avionneur, qu’il devrait certainement savoir faire évoluer dans les années à venir.

Quoiqu’il en soit les regards semblent donc de nouveau tournés vers l’Europe orientale où cette crise risque bien de profondément déstabiliser une partie de l’ex-Union Soviétique.

Photos © ministère ukrainien de la défense.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

6 COMMENTAIRES

  1. Est-ce vraiment pour faire baisser les tensions qu’il n’y a pas d’appui aérien rapproché ? Je crains que la la DCA des rebelles n’ait prouvé son efficacité avec ses canons AA et missiles. Pour faire baisser la tension, les accords de Minsk prévoient la reprise directe, politique, entre Kiev et Donetsk et ça ne bouge pas. Merci pour la photo de ce beau Mig-29 Ukrainien.

Laisser un commentaire