Pourquoi je n’irai pas au Bourget cette année…

Pourquoi je n’irai pas au Bourget cette année…

Effectivement, j’ai décidé de ne pas me rendre au 51ème Salon du Bourget. Bien évidemment, il ne s’agit que de mon choix personnel et avionslegendaires.net y sera présent par au moins un autre de ses représentants. Pour ma part, ce choix est logique pour plusieurs raisons que je me dois d’expliquer.

En premier lieu, le manque d’attrait pour le salon du Bourget est justement lié au fait qu’il s’agisse d’un salon et non pas d’un meeting aérien. L’ambiance y est fondamentalement différente, hormis peut-être le week-end où le grand public prend possession des lieux. En semaine, on reste dans une foire commerciale où l’objet aéronautique est présenté sous sa forme industrielle et a pour objectif la vente. On est donc loin de l’esprit du meeting aérien que j’affectionne où l’avion est là pour être magnifié en vol comme au sol. A ce titre, je trouve la dénomination internationale de « Paris Air Show » presque trompeuse, mais il s’agit d’un avis personnel.

Passionné d’aviation militaire, l’intérêt principal du Bourget (pour moi, toujours) est de pouvoir y admirer des avions de combat que l’on n’a pas l’occasion de voir ailleurs. Comme je ne m’intéresse que très peu à l’aviation civile (même si je reconnais toutes ses qualités d’avancées technologiques), si je viens au salon de l’aéronautique et de l’espace, c’est pour y admirer même en statique des appareils exceptionnels. En 2015, qu’y a-t-il de surprenant ? Rien… Pas d’avions exotiques a être venu, hormis le JF-17 pakistanais. La seule nouveauté réelle est la présence du Scorpion de Textron, mais ce n’est pas ce qu’on peut considérer comme une grosse bête.

Logiquement, on devrait y voir le F-35 qui équipera des forces aériennes européennes prochainement ou des appareils russes modernes dont on nous rabâche qu’ils sont parmi les plus performants (selon certains) et qui titillent les PO européennes. On se contentera d’un unique Antonov avec le An-178. L’USAF qui a pourtant déployé en ce moment en Europe des appareils légendaires, comme le B-2 ou le B-52, ne nous présente d’intéressant que l’A-10 ou le P-8 Poseidon, mais uniquement au sol. J’aurais pu mis rendre pour voir le Warthog voler, car en statique c’est du réchauffé. On se content que de l’habituel : du F-16, du F-15 et toujours les mêmes hélicoptères qui ne volent jamais au Bourget. Ça aurait pourtant de la gueule d’admirer les évolutions d’un Chinook ou un F-15 par exemple. Non ?

Pour le reste, même certains fleurons de l’industrie européenne sont absents du programme. Où sont les Typhoon, les Gripen ou encore le M-346 ? Ce dernier qui pourrait bien être un des prétendants à la rude succession de l’AlphaJet (absent aussi hormis ceux de la Patrouille de France) ne pointe pas le bout de son nez. Ce n’est pas une question de distance. Quelqu’un peut-il m’expliquer ? Coté voilure tournant même constat pas d’Agusta-Westland… Etonnant tout de même.

Déjà que le statique est très fade, les démonstrations en vol sont finalement peu attrayantes pour un public français. Du Dassault ou de l’Airbus et puis pas grand chose d’autres. Que ce soit l’A400M malgré le crash récent ou le Rafale fidèle au poste, on peut les voir (et les avoir vu) dans bien d’autres meetings. On se consolera en regardant le JF-17 Thunder, mais ça ne déplacera pas les foules.

L’autre élément déterminant est que je reste un passionné d’aviation ancienne. Et le Bourget n’est pas vraiment le lieu pour ces démonstrations, surtout en semaine. Après y seront présent des appareils légendaires : Mustang, Skyraider, Flamand, Yak-3, Broussard, Magister, etc… Je préfère les voir voler en meeting ailleurs où la proximité est plus flagrante et le lieu plus adapté.

Sur ce, je souhaite une bonne visite à ceux qui s’y rendront, en espérant de ne pas les avoir dissuader. J’en profite pour remercier les attachés de presse qui m’ont envoyé des invitations. Et j’espère que dans 2 ans, je serais plus enthousiaste à l’idée de me rendre au salon du Bourget. Mon prochain rendez-vous aéronautique sera le meeting de Luxeuil.

Passionné d'aéronautique et formateur en Web et PAO, il est le fondateur, en 1999, de l'encyclopédie de l'aviation militaire www.avionslegendaires.net. Administrateur et rédacteur en chef du blog, il vous fait partager ses avis et coups de coeur (ou de gueule) sur l'actualité aéronautique.

27 COMMENTAIRES

  1. Vous oubliez l’absence remarquable des avions de chasse russes, et de leurs présentations en vol toujours étonnantes et détonnantes : il manque quelque chose, c’est sûr dans ce salon.
    Mais le Bourget reste un évènement unique, où toute la profession aéronautique mondiale est là, et c’est vraiment quelque chose.
    Il n’est pas encore trop tard pour y aller, donc.
    Et merci pour avionslégendaires : on ne s’en lasse pas

  2. Non, non je ne les ai pas oublié, lire dans le texte: « ou des appareils russes modernes dont on nous rabâche qu’ils sont parmi les plus performants (selon certains) et qui titillent les PO européennes. »

    Vous avez raison, le Bourget reste un événement unique mais cette année je n’y ai rien trouver de « sexy »

  3. Pareil !!!!
    Rien à rajouter que d’acquiescer à ton commentaire !
    Je préfère largement La ferté où là, l’avion est vraiment mis en valeur.
    Sinon quelqu’un a déjà fait Reno ? Je compte mis rendre l’année prochaine et j’aimerais avoir des tuyaux ?
    Merci.

  4. +1.Il y a belles lurette que j’économise de l’essence et du péage d’autoroute en n’allant plus au Salon du Bourget. Marre des sempiternels F16, Rafale, A380, Patrouille de France etc etc…Tant qu »à dépenser autant mettre « le paquet », pour Oshkosh, là au moins on en a pour son argent. C’est un de mes grands projets.
    Je me contenterai des magazines et des sites internets.
    Bien à vous

  5. concernant le salon du bourget, c’est pas ma tasse de thé cette année, je regrette que la chasse russe ne soit pas présente car il y a du nouveau, vu l’état d’esprit de notre gouvernement vis àvis de la russie on n’à pas à s’en étonner!!!!! les rapports son plutôt froid.

  6. « Je n’irai pas », puisque c’est choix définitif pour vous ça devient du futur et non de l’hypothétique.
    Pour ma part le Bourget est surtout un salon destine a vendre des avions. Je préfère les autres meeting de taille plus humaines, ou bien les portes ouvertes de bases.

  7. J’en reviens. Effectivement c’est la démonstration de la rivalité commerciale Airbus, Boing qui prime sur le tarmac.
    C’est surtout un salon de l’aviation civil.
    Il y a beaucoup moins de belles choses à voir dans les halls, le service supplante l’industrie. Un peu frustrant pour l’amoureux de belles mécaniques que je suis.
    En vol pas grand chose aujourd’hui. A noter le chasseur chinois.
    Notons quand même que c’est la plus grosse concentration d’intelligence technologique au monde.

  8. Bon j’apporte mon (modeste) grain de sel au débat. J’y ai passé toute la journée d’hier, jusque la fermeture, et j’y retourne aujourd’hui. Tout ça pour des raisons professionnels. Hormis sur les stands du ministère de la défense, d’Airbus, et de Dassault, qui sont très très bien et super accueillants on a vraiment l’impression que les commerciaux présents n’en ont rien à faire. Certes les hôtesses sont avenantes mais les gens présents n’y connaissent que dalle en dehors de leurs propres produits. Ils ne connaissent même pas la concurrence.
    Si j’arrive à décolérer vous aurez peut être droit à un petit reportage, mais c’est pas gagné.
    Et comme le dit GLM, c’est en effet dans les allées des stands des sous-traitants qu’on trouve le plus de trucs intéressants. Frustrant, le mot est trouvé.

  9. Pour rebondir sur les remarques d’Arnaud, je dirais que ce qui m’a le plus frustré et rendu furieux, c’est le manque complet de considération des professionnels du salon, pour le « pékin de base » que nous sommes, lorsque l’on visite ce salon du Bourget le dernier weekend ( désolé , mais à moins d’être un professionnel c’est le seul moyen d’entrer), J’ai eu la très nette impression d’être plus dans un « fête à neu neu » au milieu d’une foule venue voir des « navions » qu’autre chose.
    Les commentaires du show ( toujours le même) sont navrants de platitude et lorsque l’on visite les halls, les trois quarts des stands sont déjà abandonnés. On a l’impression de visiter une ville après sa mise à sac par les barbares. Les coupes de champagne ( en plastique) sont laissées à l’abandon sur les comptoirs, tant que ce ne sont pas les détritus, les canapés du dernier cocktail et les quelques livrets de l’entreprise qui jonchent le sol. Les seules personnes rescapées, nous donnent l’air d’un ennui profond et les explications sont vagues, hâtives et ennuyées , du genre « Bon cassez vous, j’ai pas que ça à faire, j’ai mon train à 18heures.Et puis en quoi cela peut bien vous intéresser ».
    Dehors on se marche dessus dans la chaleur et l’odeur des merguez, les détritus qui jonchent le sol et les braillements des gosses dans leurs poussettes qui n’ont rien à faire là. Sans compter le retour le soir vers le parking dans des bus de la RATP bourrés à mort où l’on manque de mourir étouffé, après avoir attendu pendant une heure ( voire plus!) l’autorisation de monter à bord, sous les lances des pompiers qui arrosent la foule en train de cuire au soleil et éviter les malaises. Et encore, cela si vous avez eu l’intelligence de quitter le site bien avant la fin du show aérien. Sinon, à 8heures du soir vous y êtes encore. Il ne reste plus qu’à vous « taper » la route pour rentrer chez vous, furieux, frustré, collant de sueur et éreinté.
    Non messieurs les organisateurs du Salon du Bourget, vous ne me verrez jamais plus dans ce que je considère comme une belle escroquerie. J’ai donné! Allez donc faire un tour dans les shows organisés outre Manche et outre Atlantique pour apprendre ce que c’est que respecter le visiteur venu assouvir sa passion pour l’aéronautique..

    • Mêler business et passion semble inconcevable en France, c’est soit l’un soit l’autre. Pourtant en Allemagne ou en Angleterre, il arrive à le faire très bien. Surement la culture protestante…

    •  » et les braillements des gosses dans leurs poussettes qui n’ont rien à faire la »
      Que vous soyez énervé, et donc que les cris des enfants vous importunent, soit. Mais je me souviens enfant a brailler au Palyvestre parceque je crevais de chaud et avoir été bluffé par le cri des Crusaders ….
      J espère simplement que ces petits monstres qui vous ont crié dans les oreilles auront plus de tolérance quand ils auront votre âge et ne raillerons ni les vieux « papys » (dont vous ferez alors partie, tout comme moi!) qui ne vont pas assez vite, ni les enfants qui brailleront (à moins qu’on les ait diagnostiqué hyper-actifs et donc sédaté…)
      Amicalement

  10. Vos commentaires ne sont pas objectifs. Ce salon est fait pour les pros, comme moi. Je ne comprend même pas qu’on l’ouvre aux amateurs qui de toutes façons ne feraient pas la différence entre un Airbus A350 et un Boeing 737. Ceux qui se sentent frustrés le sont parcequ’ils n’y connaissent rien en aéronautique moderne.

    • Si l’événement aéronautique et d’aviation ne doit concerner que le sérail sans prendre en compte les passionnés, je trouverais cela bien réducteur. Et je ne croit pas que les passionnées ici présents n’y connaissent rien bien au contraire. Ce n’est pas une raison pour les prendre de haut. Ayant côtoyer encore récemment des responsables de Dassault ou de Safran, je suis heureux de savoir que tous les « pros » du secteur aéronautique ne sont pas aussi sectaire que vous.

  11. On comprend pourquoi les russes ne sont pas présents au salon, mais pour les européens c’est plus difficile, pas de typhoon, pas de gripen et du côté américain, toujours pas de f35 alors que les responsables de looked dont la narrative est toujours très optimiste, disent que l’avion est prêt au combat…y a t il volonté des anglo-saxons de tuer cette manifestation ?

  12. Le dernière fois que j’ai visité ce salon était en 1965 si ma mémoire n’est pas défaillante ! J’étais jeune, j’ai vu le B58 Hustler de très très près, le poste de pilotage compris, ce bombardier avait battu un record de vitesse, trois jours plus tard il s’écrasait avec ses trois passagers. Il y avait de nombreux avions de combat à admirer. Plus tard, par manque d’occasion et éloignement, j’achetais les revues spécialisées, les Sciences et Vie spéciaux en format standard, foules d’infos et de photos intéressantes. Je lis plus haut que ce salon n’est plus intéressant, peu d’avions de combat, trop civil, etc etc. Je ne peux juger par moi-même mais les revues spécialisées, diffusées à cette occasion, que je feuillette sans les acheter me paraissent moins intéressantes que jadis. Ainsi va la vie ……

  13. Je rebondis sur la remarque de Fernand et la réponse de la rédaction que j’approuve à 150%
    1 ) Je ne me reconnais pas dans le portrait « d’amateur frustré »que vous ridiculisez mon cher Fernand. En tant que pilote »amateur » et ancien de l’Armée de l’Air, je crois pouvoir discuter sans rougir avec n’importe quel « initié » de l’aéronautique..
    2) Si l’on va au bout de votre logique, supprimons le Salon de l’Auto.Les « amateurs frustrés » n’ont rien à y faire puisqu’ils ne savent pas faire la différence entre (par exemple) une Ford Focus 2Rs, 3Rs,3St ou 3 Sw…Fermons aussi les 24 heures du Mans. Il ya a tant de « gros nazes » qui ne savent pas faire la différence entre une Audi et une Porsche.
    Tant qu’on y est supprimons le Salon de l’Agriculture Les clampins que nous sommes, ne savent pas faire la différence entre une vache Prim’holstein, Montbéliarde, Charolaise etc…Quant aux noms des fromages, mieux vaut ne pas en parler….
    Supprimons les salons du livre ou de la BD, il y a tant d’ignards qui ne savent que regarder la télé
    Supprimons les salons du vin. Les quidams ne savent pas faire la différence entre un Côtes du Rhône et un Bordeaux sont tellement nombreux
    En un mot supprimons TOUS les salons et ne laissons la place qu’aux « professionnels » comme vous mon cher Fernand
    3)Seulement vous oubliez une chose, c’est que beaucoup de vocations sont nées justement en regardant les avions voler dans les salons ou les meetings. D’ailleurs pourquoi depuis trois ans trouve-t-on une partie du salon réservée aux métiers de l’aéronautique et les entreprises en besoin de recrutement? Pour faire beau?Pourquoi la présence en force de l’Armée de l’Air et ses conseillers en recrutement? Peut-être pour permettre la copulation et la reproduction entre gens du même milieu biologique professionnel?…
    Je retrouve chez vous mon cher Fernand cette auto suffisance et cette arrogance que justement l’on nous reproche, nous, les français. Et on se demande encore pourquoi certaines entreprises françaises se cassent la g……e. Sûrement grâce à des gens comme vous.

    Bonne soirée

  14. Je me suis fait les mêmes réflexions globalement, l’article reflétant bien mon opinion sur le programme de cette année, et pourtant je m’y rendrai, car année après année les raisons personnelles m’avaient fait manquer les précédents. Comme tout autre meeting d’ailleurs… ah qu’il est triste de ne plus disposer de ses weekends.

    Rien de folichon à l’affiche c’est vrai pour les amateurs d’appareils militaires, trop peu de jets et encore moins en vol, on sent bien cette année que le salon est avant tout un événement pro / marché civil, et pas un meeting. Pourtant comme l’a dit Dominique plus haut, l’aéronautique crée des vocations avec des avions en vol, pas au sol. Certaines éditions bien plus spectaculaires dans la programmation avaient fait pourtant s’évanouir ce sentiment et rendu cet événement vraiment populaire et « grand spectacle ». Grâce aux jets. Mais on ne peut pas décider pour nos camarades Américains, Européens et Russes habituellement bien représentés… ils ont tous eu leurs raisons de jouer les absents / timides cette année sûrement.

    Malgré cela, les médias continuent de rebattre les oreilles du public pour qu’il vienne en masse ce weekend.
    Les profanes y trouveront sans doute leur compte cela dit, et je l’espère sincèrement pour les familles / enfants qui feront le déplacement. Heureusement que l’AdA semble bien présente pour le côté ludique et faire le show, sinon hormis quelques warbirds et une ou deux exceptions au sol / en l’air, personnellement je n’attends pas grand-chose du salon.

    Mais bon, quand on habite à côté et qu’on a l’occasion, ce serait tout de même dommage de le manquer.
    Ne serait-ce que pour taper la causette aux pilotes US qui dans mon souvenir sont toujours loquaces et enclins à ouvrir les barrières pour approcher leurs appareils (que de souvenirs, ado, dans le cockpit de l’Apache, combien de photos dédicacées…), bref je croise les doigts pour l’expo statique, surtout pour le Warthog (qui vient du contingent présent dans les pays Baltes) qui est une bestiole rare sur notre territoire.
    Voir du Rafale / Tigre / NH90 / A400M, découvrir les Scorpion / JF17 / P8, et apprécier les vieux coucous.

    Cela vaudra-t-il pour un amateur d’aviation militaire les 14€ + habituelles galères des transports ?
    Verdict sous peu 😉

    • Après quelques heures sur le tarmac, 150 photos, un coup de soleil, une casquette du 510th squadron (F-16C d’Aviano) et une jolie brochure du JF17 en poche, je dois dire qu’au final ça valait tout de même le coup.

      Chapeau :
      – à l’armée de l’air / terre : leurs stands étaient littéralement pris d’assaut (sans jeu de mot ^^), les familles visiblement ravies, TOUS les appareils de combat étaient accessibles au public (plusieurs Rafale, 2 M2000, 2 NH90, A400M), et les intervenants disponibles et souriants, de ce que j’ai pu observer. Revers de la médaille, une queue d’enfer… j’ai donc renoncé à m’asseoir dans du matos Français.

      – à l’US air force : rien que pour ça, il fallait venir ! Je suis resté 3h derrière les barrières à discuter avec les pilotes (A-10, F16, P-8), pris toutes les photos que je voulais, et pu monter dans un Apache, Chinook, Hercules et Blackhawk. Des gens super cool, très abordables eux aussi, mais moins de queue pour y accéder (barrière de la langue et popularité du Rafale obligent) et beaucoup plus de liberté autour des appareils. Ils étaient déçus de ne pas voler, mais « ce sont les ordres du MoD ». Ils m’ont aussi parle de « crazy dude » Poutine et la tension qu’ils ressentent avec leur déploiement en Europe, mais ça c’est politique et c’est leur point de vue ;).

      La présentation en vol était ma foi assez hétéroclite mais plutôt quelconque, les warbirds et autres petits appareils n’étant pas adaptés à ce genre d’événement mais plutôt des meetings à taille humaine. Démos impressionnantes du Rafale et du JF17 (il faut souligner la performance du pilote pakistanais dont l’appareil présentait il faut le dire une étonnante maniabilité), ainsi que des NH90 et A400M (l’A380 aussi, mais c’est sa taille qui fait les 3/4 du job). Le reste était assez lambda, et ne m’a pas fait réellement lever les yeux plus de 30s d’affilée ; mais ça meublait bien tout de même dirons-nous.

      Un salon somme toute pas si décevant que cela, mais pas « sexy » pour autant comme le disait la Rédaction.
      J’ai passé un bon moment, mais je suis du coin donc je ne perdais pas grand-chose à me déplacer. Cependant, l’absence totale de la chasse Européenne et Russe, ainsi que l’expo uniquement statique des US était évidemment des plus notables pour tout passionné d’aviation militaire. Dans 2 ans, exigeons au moins un F35B !

    • Il y a eu quelques actes manqués cette année et l’an passé qui ont empêché -sous couvert du principe de précaution- les Lightning II d’apparaître dans de gros salons internationaux, mais d’ici deux ans j’ose bien espérer que ces appareils auront enfin été présentés au grand public, et que le Bourget ne fera pas exception.

      Comme aux dernières nouvelles la version B sera la toute première à entrer en service d’escadrille, et que la version A la suivra de peu, il y a fort à parier que l’un ou l’autre de ces appareils sera présent sous peu dans les salons. Le F35 étant un immense marché à l’export, dont une bonne part destinée à des pays européens, ça ne tardera pas je pense. C’est dans l’intérêt de Lockheed Martin et des futurs acquéreurs, car pour le moment ce programme brille surtout par ses surcoûts et son retard, et il faut changer cela vis-à-vis des opinions publiques.
      Ça s’est vu cette année avec le Rafale, il était la star du salon, et c’est la seule présentation en vol à avoir été applaudie en-dehors de la patrouille de France.

  15. Je comprends le point de vue de Fernand mais ne le partage pas. Je suis ingénieur en aéronautique et c’est vrai que la majorité des « passionnés » qui viennent le week-end n’y connaissent pas grand chose. Mais au moins ce salon peut combler leurs lacunes et susciter des vocations chez les plus jeunes.
    Je suis surpris d’ailleurs que les lycéens n’aient pas accès aux journées pros, ils pourraient ainsi rencontrer les écoles d’ingénieurs.

  16. J’ai lu avec beaucoup d’intérêt vos commentaires et je vais y aller du mien.

    J’ai fréquenté pendant de nombreuses années les salons du Bourget et Farnborough. Sans vouloir donner dans le ‘french bashing’ à la mode en ce moment, il faut bien avouer que je dois donner aux personnes qui déclarent que la partie grand public du salon ne sert à rien et ceci pour plusieurs raisons.

    1) le dédain des professionnels illustré par les propos de Fernand; les personnes présentent sur les stands sont là pour faire du ‘big business’ et en ont clairement rien à fiche du grand public. Dont acte, n’y allons pas.

    2) le show du samedi/dimanche est indigent et dépourvu d’avion qui font frissonner; c’est toujours plus ou moins le cas au Bourget qui est boudé depuis plusieurs années par les ricains.

    3) l’organisation que l’on pourrait qualifier de méditerranéenne; en gros c’est le foutoir pour y parvenir et le quitter. Une fois dedans, c’est acceptable sans plus notamment les surfaces en herbe.

    En bref, le seul atout du Bourget, c’est Paris.

    Par contre, allez une fois à Farnborough. C’est l’exact contraire du Bourget et en plus les ricains et russes sont très souvent présents. De plus le show est quasiment à chaque fois intéressant et les gens restent sur les stands même en fin de semaine. En plus, Londres n’est pas loin et les accès sont très bien organisés.

    Allez les bouffeur de grenouilles, traversez la manche et allez rendre visite à la perfide Albion, cela en vaut le coup.

  17. Eh bien mon cher Fernand, ça doit être sympa les soirées avec vous.
    En tout cas, j’espère que vous vous y connaissez en tout sur tout car votre dédain est à la hauteur de votre prétention !!!
    Personnellement, je pense savoir faire la différence entre un A 350 et le Dreamliner (et heureusement !!), et la raison pour laquelle, je vais dans ces salons est : Mes enfants !
    Transmettre sa passion, c’est l’avenir de votre métier ! Sans tous ces passionnés (qui ont été les pecnots visitant ce genre de salon), vous n’auriez pas eu de concepteurs, de pilotes, de mécaniciens, etc., et surtout d’A350 à vendre. Alors soyez un peu plus respectueux envers nous, les pecnots qui viennent voir vos avions et qui payons notre place !!!
    Cordialement !!!

  18. …je retrouve cette sensation dans la lecture du « Science & vie special le Bourget » que, en province, j’achète tous les deux ans..! Toujours trés bien fait mais je n’ai rien lu de bien passionnant ! C’est triste mais peut-être qu’il nous manque des guerres et des avions militaires !!! l’aviation civile serait ennuyeuse…?…et les drones…aussi..!!??
    ..Espérons quand même que nous ne retrouverons pas un jour la grande ambiance aéronautique de 39/45 adaptée au 21eme siècle..!

  19. J’y suis allé. Bravo et merci à la Paf (super vu du parking), merci aux warbirds ( dommage trop loin, peut être vu du parking ??), mais il manque cruellement les démos des grandes années quand les USA et surtout les Russes nous en mettaient « plein la gueule ». Salutations.

Laisser un commentaire