Crash mortel d’un Su-24 Fencer dans l’Est russe

Crash mortel d’un Su-24 Fencer dans l’Est russe

Dur début de mois de juillet pour l’aviation militaire russe. Ce lundi 6 juillet 2015 un biréacteur de combat Sukhoi Su-24 a été perdu lors d’un vol d’entraînement dans la partie asiatique de la Russie, son pilote et son copilote sont morts sur le coup. Il semble que le système d’éjection des sièges n’ait pas fonctionné correctement.

On ignore encore les raisons exactes de ce crash. Tout juste sait-on que le Su-24 venait de réaliser une série d’exercices dans l’extrême-est du pays. L’avion, habituellement basé à Komsomolsk, une base aérienne proche du Pacifique, s’est écrasé non loin de la ville voisine de Khurba. Tombé dans une zone inhabitée l’accident n’a pas fait d’autres victimes que l’équipage.

Soixante douze heures après la perte, sans victime cette fois-ci, d’un chasseur MiG-29 ce second accident ressemble étrangement à un début de série noire pour l’aviation de combat russe.
Mais surtout il pose de nouveau la question sur l’état réel de la flotte des Fencer russes. En effet ce crash mortel est le second depuis le début de l’année, après l’un survenu en février. L’an dernier, au moins quatre de ces avions furent perdus eux-aussi lors d’accidents. La question qu’on peut raisonnablement se poser concerne le professionnalisme des équipes mécaniques militaires dans ce pays. Car au fond le Sukhoi Su-24 n’est pas un si vieil avion que ça.

Au final peu de chances que des informations circulent ultérieurement sur les causes de cet accident, la Russie de 2015 cultive toujours autant le secret, comme au « bon vieux temps » de la dictature communiste.

Photo © OTAN

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

10 COMMENTAIRES

  1. Heureusement certains Russes ne disent pas  » La question qu’on peut raisonnablement se poser concerne le professionnalisme des équipes mécaniques militaires dans ce pays », à chaque fois qu’il y a des séries noires en France comme en 2011 ou 2014 sur 2000 😉 !
    Par contre, les avions Russes, ça me semble se rapprocher plus des étasuniens : plus performants, mais moins fiables que les européens… (pas conçus pour durer…)

  2. étant un fan de la chasse russe!!!! c’est la loi des séries!!!!!! en attendant ils ont d’exellent mécanos!!!!
    mais voila ils restent secret!!!!! et cela géne les occidentaux!!!!! et il ont parfaitement raison.

    • En fait la qualité du travail des mécanos laisse perplexe. Certes une partie des avions étaient très bien entretenus du temps de l’URSS, mais pas tous. En fait ceux proches des grands centres décisionnaires soviétiques. Après l’effondrement de la dictature communiste, il semble aussi que le talent de ces mécanos se soit aussi effondré.

  3. Vu que l’armée russe se remodernise à grands coups, ces avions ne sont-ils pas en cours de remplacement ? Pourrait-on les voir vendus à des nations mineures comme la Serbie ou la Biélorussie ?

    • Bonsoir!

      Il semblerait que l’Argentine en réceptionne 24…en échange de céréales!

      Des machines d’occasion dont il sera difficile de juger l’état initial…

      Si l’affaire prend la même tournure que les MIG-29 SMT algériens…

      Bonne soirée!

    • Bonjour,
      Je ne pense pas que la peinture veuille dire que l’avion est mal entretenu.
      Déjà ça dépend de la qualité de la peinture retenue (et donc son prix), de l’exposition aux éléments, etc..
      En France on a souvent eu des avions aux couleurs bien fatiguées, du Mirage III au Rafale…. En passant par les Transall, Hercules, etc…
      Je pense qu’en période de difficultés économiques la peinture paraît moins importante que le reste…

  4. Je pense surtout que le retour à une intense activité opérationnelle de l’AdA russe depuis quelques années ne ménage pas les appareils. Mettons de côté la qualité de l’entretien sur laquelle nous ne pouvons que spéculer : la loi des séries existe certes, mais dans le cas présent je pencherais plus pour un taux d’attrition en augmentation, phénomène qui n’épargne cependant aucune armée de l’air active digne de ce nom.
    Car plus les avions volent, plus les cellules s’usent, plus la maintenance nécessaire est importante, et plus les erreurs / accidents ont de chances de survenir, etc. Une grande part des accidents allant de pair avec l’activité opérationnelle (maintenance y compris), cette recrudescence de crashes n’est donc pas forcément étonnante.

    Je n’en tire personnellement aucune conclusion sur la qualité des aéronefs / personnels, par contre cela confirme la montée en puissance que tente l’AdA russe depuis quelques années déjà, elle remet en l’air ses avions, fait faire des heures à ses pilotes, fait rêver la population avec de nombreuses vidéos internet / émissions TV, et joue de nouveau avec les nerfs de l’Otan. Mais cela on le savait.
    A voir maintenant si elle sera dotée à la hauteur de ses ambitions dans les prochaines années avec les SU34, 35, et TU160 prévus.

Laisser un commentaire