La région nantaise aura son nouvel aéroport

La région nantaise aura son nouvel aéroport

Le droit a été rendu, il doit désormais être appliqué. Le tribunal administratif de Nantes a décidé, ce vendredi 17 juillet 2015, de rejeter les dix-sept demandes de recours déposées par les opposants au projet du nouvel aéroport de Notre-Dame-des-Landes en Loire-Atlantique. À priori les habitants du grand-ouest devraient donc pouvoir dans les années à venir disposer d’une nouvelle plateforme aéroportuaire bien plus adaptée que l’actuel Nantes-Atlantique.

Sur le papier ce dernier est le dixième de France en terme de trafic aérien, principalement un trafic passagers intérieur et européen. En été plusieurs vols moyen-courriers ont également lieu vers l’Afrique du nord.
Mais surtout la métropole de Nantes, la huitième plus importante de notre pays, n’a actuellement aucune capacité d’accueil sécurisé des très gros porteurs Airbus A380 et Boeing 747-8 qui permettraient de rallier ne serait-ce que hebdomadairement l’Amérique du nord, l’Océanie, ou l’Asie du sud-est.

Alors certes les opposants au projet de nouvel aéroport soulignent l’existence de cet aéroport, en oubliant mystérieusement de préciser qu’il n’est plus du tout adapté aux besoins économiques de la région. En effet à Saint-Nazaire se situe une des principales usines du groupe européen Airbus, une usine primordiale pour l’assemblage des avions de ligne de la marque. Hors Nantes-Atlantique ne sera pas en mesure de recevoir les Airbus A330ST, les Bélouga de deuxième génération, qui remplaceront les avions tel celui vu ci-dessus justement à Nantes. Un souci de taille pour l’avionneur mais aussi pour la région dont une partie de l’activité professionnelle repose sur l’aéronautique.

Les plus radicaux des opposants, les zadistes (de ZAD, pour Zone A Défendre) n’ont pas hésité à squatter les terrains promis au futur aéroport, s’opposant souvent avec force et violence contre les CRS et gendarmes mobiles venus les expulser. Ils ont également défrayé la chronique par quelques actions encore moins glorieuses comme l’accueil de deux mineures fugueuses en rupture familiale.
Désormais les zadistes, malgré un relatif appui d’élus locaux et régionaux, vont devoir plier bagages et laisser la place aux engins de chantiers .

Mais au fait que défendaient-ils exactement ? Quelques centaines d’hectares de bocage, de marécages, et de prairies habités par la faune et la flore habituelles, rien de très original en fait. Mais comme ailleurs, à Sivens ou Roybon, c’est le combat d’une certaine idée de la lutte écologiste contre l’intérêt économique et professionnel. La nature ou l’emploi en un sens. Chacun se fera une idée de la réelle priorité de l’histoire.
Reste qu’en attendant Nantes aura dans quelques années son futur aéroport n’en déplaise à ses détracteurs, qu’ils aient tort ou raison dans leur combat.

Photo © Olivier Cabaret.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

13 COMMENTAIRES

  1. Bonsoir,
    je crois que c’est bien la première fois que je ne suis pas vraiment d’accord avec un de vos articles.
    Peut être n’ai je pas compris le sens de votre propos…
    Je ne crois pas que la nécessité pour Airbus de ce nouvel aéroport justifie la construction de celui-ci. Pour les besoins d’Airbus je crois que St Saint-Nazaire n’est pas loin de l’eau… On sait transporter de grosses pièces par route terrestre et maritime… Peut-être aussi pour les diriger vers d’autres aéroports plus adaptés… A se poser la question…
    Quand aux hectares dont vous parlez, oui, ils sont précieux à notre écosystème. Que fera t’ont quand on aura bétonné toute la France? Quelques centaines d’hectares? C’est la taille de ma commune…
    La surcharge de Nantes Atlantique (loin d’être surchargé, on le sait très bien, voir Londres)?
    Est il normal de se focaliser sur le projet destructeur de Notre Dame des Landes au lieu de revoir le visage global du transport aérien Français et de tout concentrer sur quelques plateforme dont peut-être juste une réorganisation suffirais?
    Quid de tout ces aéroports provinciaux qui pourrais prendre en charge surement une partie du flot de Nantes, et d’autres aussi d’ailleurs? Quid de la centralisation bien Française de nos transports (Au niveau européen aussi d’ailleurs)? Je ne rentrerais pas dans l’aspect économique… Et encore moins sur l’aspect politique de ce projet.
    Je suis moi même pilote mais aussi proche de la nature, je vis en Touraine au milieu de cette dernière en cultivant à mes loisirs un grand potage bio ( contradictoire diront certain). Je suis sur un fil en ce sens mais ne tomberais surement pas du côté des défenseurs de l’aberration de Notre Dame des Landes.
    Bien à vous néanmoins car je suis un fidèle votre site.
    Bravo pour votre travail.

  2. Pour information, je suis moi même ingénieur aéro….

    « La nature ou l’emploi en un sens. Chacun se fera une idée de la réelle priorité de l’histoire. » Justement l’histoire retiendra surement que les priorités de notre société n’ont pas été les bonnes. Que « quelques hectares » étaient très précieux. Qu’on a eu beaucoup de mal à voir l’aspect économique même de la biodiversité, car en fait c’est l’absence de bio-diversité qui coute, à la santé, à l’agriculture, donc à l’économie.. L’écologie n’est plus une affaire de babacool, Montrons que nous somme l’espèce intelligente que nous pensons être et commençons sérieusement à réfléchir globalement et à long terme!

    Pour info, les zones humides (riche en biodiversité) ont drastiquement diminué ces dernières dizaines d’années en France: « Quelques centaines d’hectares de bocage, de marécages, et de prairies habités par la faune et la flore habituelles, rien de très original en fait ». si justement, cela va surement devenir très original dans notre pays. et je ne parle pas de la « faune habituelle » en voie d’extinction.

  3. Bonjour
    Je suis bien d’avis avec Jean François c’est peut etre la première fois qu’un de vos articles me chagrine
    Je pense etre directement impacté par cette décision, travaillant a Airbus Nantes (et oui les radôme, aileron et caisson central de voilure sont construit ici, accouplé a l’actuelle Nantes Atlantique) et vivant a 10 minute de l’aéroport je peut vous confirmé que Corsair fait régulièrement décollé un 747, d’autre appareille genre A330/340 sont visible de temps a autre, je ne pense pas qu’un nouveau Béluga soit plus lourd qu’un 747, et de plus pour les tronçons assemblé a Saint Nazaire, le Béluga a juste a ce posé sur la piste collé a l’usine et non a Nantes Atlantique …
    Et sans parlé du coté écologique qui est tout de même largement discutable selon moi
    Bref comme je n’est pas l’habitude de commenté sur le site j’en profite pour vous remercier pour ce jolis site

    • Comme je dis souvent Rémy, heureusement qu’on est pas tous d’accords les uns avec les autres, sinon qu’est-ce qu’on s’ennuierait. Après c’est un article d’humeur, j’espère bien qu’il créé un minimum de débat. Le débat quand il est constructif et respectueux est toujours intéressant.
      A+

      • Bonsoir,
        je suis tout à fait d’accord avec vous Arnaud.
        Même si je ne suis pas d’accord avec le projet de Notre Dame des Landes, la raison veux que l’on expose chacun ses arguments.
        Je continue pour ma part à penser que ce projet est un hérésie. Polotico/financière?
        Peu importe!
        Il n’y a aucune justification à ce nouvel aéroport si ce n’est le besoin d’expansion permanente sans limite…
        Voir un peu de mégalomanie de certain? A voir!!!
        Sauf que la limite s’appel un mur.
        Et quand on va le prendre en pleine tronche ce mur ça va nous faire tout drôle… Mal aussi!
        Perso je n’ai pas la solution.
        Je me contente de prendre conscience.
        Alors vive l’échange d’idées…
        Merci pour votre super site.
        JF

        • Jean-François pour justifier le nouvel aéroport, je ne vous rappellerais qu’un fait : quand Nantes Atlantique a été ouvert il se situait en grande périphérie de la ville, aujourd’hui à cause du développement de cette dernière il y est pleinement intégré. Hors pour des raisons de sécurité chacun sait qu’aucune habitation durable (hors hôtels) ne peut se trouver trop près d’un tarmac d’aéroport international. Dans le projet même de NDDL une zone d’exclusion est justement prévue, aucun lotissement, aucun immeuble ne pourra y être construit, seulement des entrepôts et des entreprises ne présentant aucune forme de risque. Aucun site seveso ne saurait y être construit. Cette close a été émise dès l’origine du programme. NDDL protège donc un peu mieux les riverains en cas de risque de crash.
          Et ça bizarrement nos chers zadistes oublient soigneusement de le rappeler quand ils exposent leurs arguments.
          Quand au besoin, et je vous cite « d’expansion permanente sans limite », il est à mon sens inhérent à l’espèce humaine qui par définition est nettement plus urbaine que rurale, malgré certains épiphénomènes médiatisés depuis quelques années sous le terme souvent usité de « retour à la campagne ». Hors Nantes est appelé avec les futurs « super régions » françaises à prendre encore de l’ampleur, coincée entre Rennes et Bordeaux.

        • Bonjour à tous,

          Je ferais exactement comme Arnaud, le jour ou vous aurez un concorde Bis sur l’aéroport de Nantes vous vous plaindrez qu’on a laissé l’aéroport actuel en service…

          Pour moi oui la nature est importante et il faut la préserver mais accepteriez vous comme beaucoup de gens aujourd’hui en périphérie de Nantes d’avoir 10 à 20 fois par jours un avions 100 m au dessus de vos têtes en approche finale ou pire au décollage…

          Donc outre la sécurité qui est pour moi l’argument premier, il y a également comme le rappel Arnaud les nuisances qu’entraînent l’aéroport actuel.

          Juste pour vous donner un exemple, j’habite pour ma part en plein centre de Bruxelles et depuis maintenant 6 ans les routes aériennes de décollage ont changées et elles survolent toutes dorénavant la ville.

          Je vous fais le topo tous les dimanches matin à 7h15 j’ai un joli 747 qui passe globalement entre 300 et 500m au dessus de chez moi plein gaz en phase de montée après décollage. Outre le bruit qui est chiant mais auquel on finit par s’habituer (et c’est inquiétant pour les tympans) je n’ose vous décrire ce qui se produirait si celui-ci venait se vautrer tel le concorde en plein centre de Bruxelles…

          La région Bruxelles capitale a déjà fait des estimations et des plans d’urgences pour cela et devinez les conclusions ?

          -Aucun moyen de secours adéquat pour une telle catastrophe: on parle là d’un manque d’effectif et de matériel chez les pompiers de l’ordre de 1000 à 2000 pour répondre à une catastrophe de cet ampleur

          -Estimation la plus faible si un crash de 747 venait à ce produire dans Bruxelles centre: entre 10 000 et 30 000 mort

          Alors vous préférez quoi? Une jolie nature et des morts par centaines voir par milliers au prochain crash? ou alors oui effectivement un peu moins de nature et plus de sécurité.

          Personnellement ce qui me choque le plus dans cette histoire de NDDL c’est l’absence de vrai plan de reconversion de l’aéroport actuel et si je devais choisir je prônerais pour la création d’une zone humide à la place justement.

          En tout cas Merci Arnaud pour cet article qui succite le débat dans une bonne entente pour justement nous faire tous progresser. Nous ne serons jamais tous d’accord mais nous pourrons au moins comprendre les arguments des un et des autres.

          D’ailleurs on peut faire le parallèle avec les éoliennes, il en faut pour être écolo mais personnes n’en veut prêt de chez soi ou dans ses paysages…

  4. je suis tout à fait d’accord, avec Jean François, François et Remy!!!!! donc aucun commentaire de ma part!!!!!et restons cool pour l’échange d’idées!!!! bien à vous tous sur le site!!!!!

  5. Je pense surtout que le principal problème viens des élus incompétent qui ont laissé la ville s’agrandir jusqu’à intégrer l’aéroport. Il aurait été si simple d’agrandir la piste à peu de frais si cela avait été pensé intelligemment. Mais comme d’habitude, l’agent prime !
    Et pour en revenir a la faune et la flore, nous sommes déjà dans un état critique quand à notre survie dans bien des pays car on a justement bien trop détruit les zones humide qui sont essentielles à la vie.

  6. Bonjour,

    il y a une petite erreur dans l’article: le Béluga est construit sur la base de l’A300 ( premier avion de ligne conçu par les ingénieur d’Airbus ).
    Quand au projet de NDDL, agrandir l’aéroport de Nantes Atlantique et l’aménager de manière intelligente ( espace vert au sein de l’aérogare et structures respectueuses de l’environnement) serait préferable

    • C’est pour cela Antoine que dans l’article je parle d’un « Bélouga de deuxième génération » le futur A330ST actuellement en cours de développement.

Laisser un commentaire