Une étudiante décapitée par le rotor d’un Mil Mi-17

Une étudiante décapitée par le rotor d’un Mil Mi-17

Le drame a profondément ému la société péruvienne. Ce vendredi 7 août 2015 une jeune étudiante de vingt ans est morte par décapitation suite à un accident au contact d’un hélicoptère de transport de hautes personnalités appartenant à l’Ejercito del Peru. L’appareil incriminé était l’un des Mil Mi-17 personnels du Premier Ministre Pedro Cateriano.

L’hélicoptère venait de se poser quelques minutes auparavant et le premier ministre péruvien en était à peine descendu quand le drame est survenu. Une étudiante de vingt ans, prénommée Dioselinda Feijoo Zapata s’est approché de l’appareil avec l’intention de remettre un courrier en main propre à l’homme d’état. Elle voulait plaider la cause de son frère incarcéré dans le pays.

Les images laissent supposer que la jeune femme n’avait pas remarqué que le rotor anticouple du Mi-17 tournait encore quand elle l’a percutée. Elle est morte sur le coup, sa tête tranchée nette.

Les équipes de secours présentes n’ont pu que constater le décès de la victime. L’hélicoptère quand à lui a été placé sous scellés par le justice péruvienne qui devra décider si le fonctionnement du dit rotor était alors conforme aux règles d’emploi de la machine.

Ce genre de drame est fort heureusement extrêmement rare, et on comprend mieux pourquoi les mécaniciens aéronautiques sont toujours si stricts sur les règles de sécurité autour des hélicoptères en fonction.

Photo © Wikimédias Commons.

NDLR : C’est par choix assumé que j’ai décidé de ne pas vous montrer les images filmées en direct du drame, elles pourraient heurter la sensibilité de nos lecteurs, et notamment des plus jeunes.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

4 COMMENTAIRES

    • Dans la fougue du moment pressee sans doute de lui remettre ce courrier. Moi je me dis surtout que pour un helicoptere officiel on peut trop facilement s’en approcher…

      • En fait je pense qu’on peut approcher de tels hélicos dans pas mal de pays dans le monde. Cela surprend dans nos démocraties ultra-sécurisées où l’on crée une véritable bulle autour de la personnalité et de son véhicule, sanctifiés à l’extrême dans le peur d’un attentat. J’ai eu quelques fois l’occasion de voir de près un dispositif de ce genre en France et en effet il serait inconcevable qu’une personne puisse ainsi s’approcher de l’hélico du premier ministre. Même au sein des forces de sécurité tout le monde ne pourrait pas y avoir accès.

  1. Si seulement il y avait une protection en tube comme sur les alouettes 3… cela ne ferait pas beaucoup de poids en plus et eviterait cela mais les russe ne sont pas à cela près !

Laisser un commentaire