Exercice européen de RESCO en Hongrie

Exercice européen de RESCO en Hongrie

Depuis le mercredi 9 septembre 2015 et jusqu’à la fin du mois la base militaire hongroise de Pápa accueille un vaste exercice européen. Des équipages d’hélicoptères militaires et des personnels provenant de treize nations s’entraînent aux procédures de recherches et sauvetage au combat. L’idée est de développer un concept commun d’engagement de ces moyens au travers de la future Europe de défense. Concernant la France cette participation prend la forme de deux Aérospatiale SA-330B Puma et de plusieurs commandos du CPA-30.

Niveau européen cet exercice, désigné CJPRSC ( pour Combined Joint Personnel Recovery Standardization Course, c’est à dire Stage Interallié et Interarmées de Standardisation à la Récupération de Personnels), a vu l’engagement d’une dizaines de machines parmi lesquels des Agusta-Westland AW.101 et des Agusta-Bell AB-412 italiens, des PZL W-3 polonais, des Puma et Super Puma espagnols, et des Mil Mi-24 hongrois.
Ces derniers peuvent en outre apporté un appui armé à l’exercice.

L’an dernier cet exercice s’était tenu en Belgique. Après cet épisode hongrois peut être verrons-nous le CJPRSC se tenir en France dans les prochaines années. Quoiqu’il en soit cet exercice est plus que jamais d’actualité, au moment où une force aérienne internationale intervient en Irak et en Syrie. Si par malheur un de nos avions y était abattu, nos équipages et nos commandos sauraient comment réagir… ensembles.

Un Merlin italien sous la protection d'un Sokol polonais. Le CJPRSC en une photo.
Un Merlin italien sous la protection d’un Sokol polonais. Le CJPRSC en une seule photo.

Cet exercice permet également aux équipes commandos de chaque pays de se familiariser avec des hélicoptères sur lesquels ils n’ont probablement jamais travaillé. En effet si Espagnols et Français étaient venus avec des Puma, force est de constater que ces machines sont très différentes les unes des autres, les Puma français de l’EH 1/67 Pyrénées n’ont plus grand chose à voir avec ce qu’ils étaient en sortant d’usines voici un peu plus de trente ans. Leurs équivalents espagnols ont, quant à eux, été nettement moins « modifiés ».

Le Resco (que les anglophones appellent C-SAR pour Combat Search & Rescue) européen s’est organisé en juillet 2015 autour de l’EPRC pour European Personnel Recovery Centre. Cette structure est sise à Poggio Renatico dans le nord de l’Italie. Les pays à son origine sont l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, la France, l’Italie bien entendu, les Pays-Bas, et le Royaume-Uni. D’autres comme le Portugal, la Roumanie, et la Suède devraient rapidement les rejoindre. L’EPRC peut engager indépendamment des autres commandements européens ses moyens si un état membre en fait la demande. Discrètement l’Europe de défense semble plus que jamais en marche.

Photos © Armée de l’Air.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

2 COMMENTAIRES

  1. Avec cet exercice européen la France perd encore un peu plus de sa souveraineté en matière de défense nationale. Vous semblez être un partisan de cette Europe de défense mais vous oubliez qu’elle se fait au détriment de notre puissance nationale.
    Et puis la France n’envoie que de vieux Pumas, pourquoi pas des Caracals ou des NH-90 nettement plus modernes ?

  2. Je ne vois pas où il y a perte de souveraineté, au contraire, il y a extension de force. Si des hélicoptères alliés peuvent récupérer nos pilotes, tant mieux !
    Il y a bien longtemps que les opérations extérieures sont multinationales, il est normal qu’on s’y entraîne. Nous n’avons pas les moyens, vus les coûts (même les Etats-unis n’y arrivent plus, et je parie aussi que vous trouvez déjà qu’il y a trop d’impôts…), de posséder tous les arsenaux de toutes les armes.

Laisser un commentaire