L’aviation chilienne placée en alerte au tsunami

L’aviation chilienne placée en alerte au tsunami

C’est une alerte majeure qu’a subi ce mercredi 16 septembre au soir l’aviation et la marine chiliennes suite au tremblement de terre qui a frappé le pays. Toutes les composantes de aériennes et navales militaires ont été placés en « alerte au tsunami », avec en priorité bien entendu les hélicoptères de sauvetage. Des moyens militaires dans certains pays voisins ont également été déployés.

D’une magnitude de 8.3 sur l’échelle ouverte de Richter ce séisme est un des plus puissants que le Chili ait connu depuis une dizaine d’années. Il est d’ailleurs à noter qu’une partie du trafic aérien autour de l’aéroport international de Santiago de Chile, la capitale du pays a été suspendu. Les infrastructures et la tarmac ayant visiblement été « secoués » par le tremblement de terre.

Mais c’est de l’océan Pacifique que provient la plus grande méfiance désormais. En effet 98% de la population chilienne vit sur une bande de terre de trois kilomètres le long du littoral. Le risque de tsunami a été considéré comme très fort par les autorités scientifiques locales, mais aussi américaines et européennes.

C’est pourquoi l’ensemble des avions de transport et de reconnaissance maritime, ainsi que des hélicoptères de transport  et de sauvetage ont été immédiatement mis en alerte pouvant décoller sous moins de quinze minutes. Les premiers avions alertés sont les Casa C-212 et Airbus Defense and Space C-295 appartenant à la Fuerza Aérea de Chile et à l’Armada de Chile, ainsi que les avions de patmar Lockheed P-3ACH. Les hélicoptères quand à eux sont surtout des Dauphin 2, Cougar, et Bell 412.

Le Cougar, un des principaux hélicoptères militaires de sauvetage au Chili.
Le Cougar, un des principaux hélicoptères militaires de sauvetage au Chili.
Cet état d’alerte devrait perdurer toute la journée du jeudi 17 septembre ainsi qu’une partie du lendemain. Bien entendu ces aéronefs ne sont que le premier maillon d’une vaste chaîne de secours et de médicalisation des futures victimes.
D’ores et déjà au moment où ces lignes sont écrites le séisme a tué plus de dix personnes dans le pays.

Photos © Armada de Chile.

4 COMMENTAIRES

  1. Je sors un peu du domaine aéronautique pour une brève remarque : la magnitude n’est pas sur l’échelle de Richter, c’est une valeur sans unité ; c’est une erreur commune relayée par les média de rajouter « sur l’échelle de Richter ». L’échelle de Richter est une échelle de destruction, elle n’est donc pas égale à la magnitude, qui est l’intensité réelle du séisme. C’est un peu comme l’échelle de Beaufort pour le vent 😉

    Bon courage à ces Chiliens dans leur mésaventure, que ce soit aux victimes ou aux sauveteurs !
    PS : très belle photo du P3 !

  2. Une question que je me pose après avoir lu votre article, très intéressant au demeurant: a quoi peut bien servir un Lockheed P-3 contre un tsunami ? Est-ce que les chiliens vont essayer de tirer des torpilles contre la vague ?

    • C’est un avion de patrouille maritime. Pour surveiller les côtes et le large, cela semble assez utile d’utiliser un tel avion. Avion qui d’ailleurs ne se résume pas à être un « torpilleur ».

    • Je suppose que c’est pour repérer les éventuelles vagues : leur position, taille, vitesse, direction, etc. , et alerter les autorités concernées à terre ?
      Bon courage aux Chiliens.
      Bravo pour les belles photos (comme toujours 😉 !)

Laisser un commentaire